00om 1***LA RESPIRATION*** 

Inspirer, expirer... Inspirer, expirer... Ce mouvement de flux et de reflux est la clé de tous les rythmes de l'univers. En tâchant de le rendre conscient en vous-même, vous entrez dans l'harmonie cosmique et vous sentez peu à peu votre respiration se fondre dans la respiration de Dieu...Le texte de cette brochure est paru dans : « Les fruits de l'Arbre de Vie », tome 32 de la collection Œuvres complètes, chapitre XVI, sous le titre « Respiration humaine et respiration cosmique »

 

Il est dit dans la Genèse que “Dieu souffla dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint un être vivant.” Évidemment, c’est une image, mais elle mérite qu’on s’y arrête. La vie de l’homme aurait donc commencé par un souffle, le souffle donné par Dieu, et nous entretenons ce souffle par les mouvements de la respiration: inspirer… expirer… inspirer… expirer…

Mais la vie n’est pas dans l’air lui-même, ni dans le fait de respirer. Elle provient d’un élément supérieur à l’air, et pour lequel l’air est une nourriture: le feu. L’air a pour fonction de soutenir le feu. La vie est comme un feu qui brûle dans le cœur, et les poumons sont le soufflet qui entretient continuellement ce feu. L’origine, la cause première de la vie est donc le feu; et l’air, qui est son frère, le soutient et le vivifie. Puis, un jour, avec le dernier souffle, le feu s’éteint: le dernier soupir éteint le feu.

Il vaut donc la peine de nous arrêter sur ce processus de la respiration afin de purifier et d’intensifier la vie en nous.

La majorité des gens respirent trop vite, sans donner à l’air pur le temps de descendre profondément dans les poumons pour remplacer l’air vicié. Il faut respirer lentement, profondément, et même, de temps en temps, retenir quelques secondes l’air avant de le relâcher. Pourquoi? Pour le mâcher. Car les poumons savent mâcher l’air comme la bouche sait mâcher les aliments. Chaque inspiration est comme une “bouchée” remplie d’énergies nouvelles. Si on le rejette trop vite, les poumons n’ont pas le temps de l’assimiler suffisamment pour que l’organisme puisse bénéficier de ces énergies.


Celui qui a compris la signification profonde de la respiration sent peu à peu sa propre respiration se fondre dans la respiration de Dieu. Car Dieu aussi respire, mais évidemment, Ses inspirations et Ses expirations se déroulent sur des milliards et des milliards d’années: Il expire, et un monde apparaît, Il inspire, et ce monde disparaît. À travers l’homme, Dieu respire plus rapidement, mais dans le cosmos, ses respirations sont extrêmement longues. Donc, plus notre respiration est longue et profonde, plus nous nous approchons de la respiration de Dieu.

La science de la respiration s’est particulièrement développée en Inde, depuis des millénaires, avec des techniques souvent très compliquées. Mais vous n’êtes pas des yogis indiens et je ne vous conseille pas d’expérimenter ces techniques. Si vous n’êtes pas raisonnable, vous risquez de vous déséquilibrer et d’abîmer votre santé, comme c’est déjà arrivé à beaucoup de ceux qui se sont lancés imprudemment à faire certains exercices.

Les exercices de respiration que nous pratiquons dans notre Enseignement sont très simples. Les voici:

1. Boucher la narine gauche avec le majeur de la main droite et aspirer l’air profondément par la narine droite en comptant 4 temps.
2. Retenir le souffle pendant 16 temps.
3. Boucher la narine droite avec le pouce de la main droite et expirer par la narine gauche en comptant 8 temps.

Recommencer l’exercice en inversant:
1. Boucher la narine droite et aspirer l’air par la narine gauche en comptant 4 temps.
2. Retenir le souffle en comptant 16 temps.
3. Boucher la narine gauche et expirez par la narine droite en comptant 8 temps.

Répéter 6 fois l’exercice pour chaque narine.

Quand vous serez arrivé à faire facilement cet exercice, vous pourrez doubler les temps – c’est-à-dire 8, 32,16. Mais je vous conseille de ne pas aller plus loin et, surtout, de ne jamais forcer. Les exercices de respiration doivent être exécutés avec douceur.

En respirant, surveillez la position de la colonne vertébrale afin de la tenir aussi droite que possible. La position de la colonne vertébrale est très importante pour la circulation des courants.


Les exercices de respiration sont des exercices de purification. Le sang circule à travers tous nos organes où il dépose l’oxygène de l’air et se charge de déchets; puis il va dans les poumons pour se purifier. Donc, si chaque jour vous faites consciemment vos exercices de respiration, vous parviendrez de mieux en mieux à purifier votre organisme. Et quand je dis consciemment, cela sous-entend que vous accompagniez la respiration d’un travail de la pensée, grâce auquel vous attirez des courants et des particules du monde supérieur afin de réveiller les puissances enfouies dans les profondeurs de votre être.

Le meilleur moment pour les exercices de respiration est le matin très tôt, au lever du soleil. L’idéal serait donc de les faire dans la nature pour bénéficier d’une plus grande pureté de l’air, car c’est dans l’air que nous pouvons recueillir cette quintessence très précieuse que les yogis indiens ont appelée le prâna.

Le prâna est une énergie de vie répandue partout dans la terre, l’eau, l’air, le feu; mais il est principalement transporté par les rayons du soleil, et c’est le matin très tôt qu’il est le plus abondant. On peut comparer le prâna à l’eau qui descend des plus hautes montagnes, à un fleuve qui transporte tous les éléments nutritifs pour les poissons qui le peuplent ainsi que pour toutes les créatures qui habitent sur ses bords. Le prâna est un fleuve de vie qui vient du soleil jusqu’à nous, et qui nous pénètre par les narines et tous les pores de notre peau.

Lorsque nous assistons le matin au lever du soleil, nous cherchons à recevoir cette eau vivante qui circule dans l’univers afin qu’elle nous purifie, nous renforce, nous vivifie. Chaque particule de ce prâna est comme une gouttelette cristalline, une petite sphère lumineuse en suspension remplie d’une essence spirituelle. Et par la respiration, nous absorbons quelques-unes de ces gouttes de lumière.

En faisant passer consciemment l’air par les narines, nous mettons en marche dans notre corps certains centres subtils qui travaillent à extraire cette quintessence. Une fois captée, cette quintessence commence à circuler; elle est comme un feu qui court le long des ramifications nerveuses situées de part et d’autre de la colonne vertébrale. De même que le sang circule à travers les veines, les artères et les capillaires, de même ce fluide très subtil, le prâna, circule à travers notre système nerveux. C’est une nourriture qui accroît en nous la vitalité, l’équilibre, la lucidité. De notre façon de respirer dépend donc non seulement notre santé physique, mais aussi l’acquisition des facultés spirituelles, l’éveil des chakras...Omraam Mikhaël Aïvanhov Extrait du fascicule /Boire l'élixir de la Vie immortelle ©Éditions Prosveta - www.prosveta.frwww.prosveta.com

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov. Extrait d'une conférence improvisée du 8 février 1981. La respiration concerne non seulement notre vie physique mais toutes les manifestations de notre vie psychique. La méditation, la prière, l'extase sont une respiration. Tous les rythmes de notre organisme peuvent s'accorder aux rythmes de la respiration cosmique....

 


Publié par Cristalyne 18 Septembre 2017  Colonne de feu 2

×