08***La Clef-Essentielle pour résoudre les problèmes de l'existence Omraam-Mikhael-Aivanhov***

 

On dit souvent que c'est le cœur qui comprend et on parle de l'intelligence du cœur. . . Même les Évangile font allusion au cœur comme organe de la compréhension. Mais de quel cœur s’agit-il ? Ce n'est évidemment pas le cœur physique, l'organe qui envoie le sang. Non, le vrai cœur, le cœur initiatique : c'est le plexus solaire, c'est lui qui sent, qui comprend, qui saisit les grandes vérités cosmiques. Le cerveau sait seulement un peu étudier, écrire, parler, et surtout plastronner, même ans avoir une idée claire des choses. Regardez comment les choses se pas sent dans Je monde actuel : on discute, on écrit, mais en réalité on n'a rien compris, parce  qu'avec le cerveau il est impossible de comprendre correctement.

 

Il faut vivre les choses pour le comprendre, il faut les vivre avec tout son être.  Quand vous éprouvez un sentiment, quand vous sentez en vous la crainte, l'angoisse, l'amour, vous ne les sentez pas dans le cerveau ni dans le cœur physique, mais dans le plexus solaire. Donc, en plaçant le cœur dans le plexus solaire, les Initiés montraient qu'ils connaissaient beaucoup mieux la véritable anatomie et la véritable physiologie humaines que les biologistes qui ne voient que ce qui est physique et matériel. La véritable réalité de 1'être humain, ils l'ont supprimée. Tandis que les Initiés sont intéressés d' abord par ce côté invisible et subtil. Ils possèdent une science prodigieuse, mais ils gardent beaucoup de choses cachées parce que leur révélation serait dangereuse; alors ils n'en disent que quelques-unes et toutes les autres, on doit les découvrir.

 

Il faut savoir que le plexus solaire contrôle la majorité des fonctions du corps physique, mais surtout que c'est lui qui a créé et qui alimente le cerveau. Oui, le cerveau est une création du plexus solaire, c'est son enfant ; c'est pourquoi le plexus solaire le nourrit, lui envoie des subsides, et quand il cesse d'en envoyer, l'homme perd ses possibilités: ou il devient somnolent, ou il a mal à la tête et ne peut plus réfléchir.

 

Le cerveau n'est pas séparé du plexus solaire, mais s'il ne peut pas toujours bénéficier de son soutien, c'est

qu' il ne sait pas encore entrer en communication avec lui. Or, je vous l' ai déjà expliqué, le  plexus solaire est un cerveau, mais un cerveau inversé, car si dans le cerveau la matière grise est à l'extérieur et la matière blanche à l'intérieur, c'est l' inverse pour le plexus solaire. La matière grise, qui est constituée par les cellules nerveuses, permet de penser, tandis que la matière blanche, constituée par les fibres nerveuses, prolongements des cellules, permet de sentir. Donc, grâce à sa matière blanche située à l'extérieur, le plexus solaire sent tout ce qui se passe dans l'organisme, dans toutes les cellules; c'est pourquoi il peut sans cesse s'occuper de rétablir l'équilibre.

 

Le cerveau, lui, ne sent rien du tout, excepté quand tout va très mal, mais il ne sait pas comment remédier. Si votre cœur bat trop vite ou trop lentement, ou si vous avez des maux d'estomac, le cerveau est incapable de faire quoi que ce soit, et d'ailleurs cela ne dépend pas de lui. Alors que si vous donnez au plexus solaire de bonnes conditions pour fonctionner normalement, il rétablira tout. Il possède une pharmacopée formidable que vous ne pouvez même pas imaginer ; et comme il est en relation avec tous les organes, avec toutes les cellules, il peut intervenir. ll est donc beaucoup mieux équipé que le cerveau. Mais tout cela n'est pas bien expliqué, même dans la science médicale. Avec le développement du cerveau l'homme a acquis la soi-conscience grâce à laquelle il s'est individualisé.

 

Le plexus solaire, au contraire, qui est le siège de la subconscience, met l'homme en relation avec l'océan de la vie universelle, il le lie au cosmos tout entier, ce qui n'est pas le cas du cerveau. En réalité, cette communication pourrait être établie, mais le cerveau n'est pas encore suffisamment développé pour cela, car il est de formation très récente; le plexus solaire, lui, est de formation beaucoup plus ancienne. Le cerveau s'est développé très tard chez les animaux et chez les hommes, et même le cerveau des fourmis, par exemple, est bien mieux organisé que celui de l'homme parce que les fourmis sont plus  anciennes que lui! Le cerveau humain n'est pas encore parfaitement organisé, mais il le sera plus tard, car il a la mission d'enregistrer la totalité des connaissances et de concevoir des nouons encore insoupçonnées. Mais je le répète, celui qui dirige, qui commande et dont tout dépend, c'est le plexus solaire,  avec le centre Hara situé un peu plus bas, car ils sont en communication.

 

L'humanité contemporaine est en train de se détruire parce que l'essentiel de ses activités est situé dans le cerveau : les études, les calculs, les soucis, etc ... Comme il n'est pas tellement préparé à résister à de grandes tensions, beaucoup de maladies nerveuses viennent actuellement de ce que le cerveau est surchargé. Vous devez donc apprendre à répartir le travail entre les deux centres: celui qui est en bas, dans le ventre, et celui qui est en haut, dans la tête. À ce moment-là seulement vous trouverez l'équilibre. C'est une loi mécanique: pour obtenir l'équilibre, il faut charger non pas un seul plateau, mais les deux plateaux de la balance.

 

Le cerveau n'est qu'un instrument, et cet instrument n'est pas indépendant. Pour avoir un bon instrument, il faut l'entretenir. Prenez n'importe quelle machine, ou même seulement une lampe: si vous diminuez ou arrêtez le courant, son rendement ne sera plus le même. Le cerveau des humains est comme une lampe qui éclaire, qui raisonne, qui voit.

 

Oui, mais chez la majorité d'entre eux ce n'est pas une bonne lampe, c'est une bougie qui n'éclaire pas beaucoup. Il faut donc le brancher avec la source inépuisable qui lui donnera toutes les possibilités, c'est-à-dire le plexus solaire. Pourquoi les anciens l'ont-ils appelé " solaire"  ? Parce qu'il est lié au soleil, et le soleil est le cœur de notre univers. Que sont le plexus solaire et le cerveau l'un vis-à-vis de l'autre? Ils représentent deux pôles: l' un masculin, émissif, et l'autre féminin, réceptif. On retrouve cette polarité dans toute la nature. Regardez seulement ce qui se passe dans un couple: Je mari est occupé presque uniquement à gagner de

1' argent pour fournir à sa femme les moyens de s'habiller, se parfumer, se couvrir de bijoux ; et la voilà élégante, somptueuse, attirante, pendant que le pauvre mari, là-bas, dans des vêtements négligés, travaille pour pouvoir tout lui donner. Évidemment, il se peut que ce soit l'inverse, mais je parle symboliquement.

 

Le plexus solaire et le cerveau sont tellement liés l'un à l'autre que tous les deux peuvent s'aider ou au contraire se faire obstacle. Dieu n'a pas donné tous les pouvoirs à l'un des deux seulement. Comme pour l'homme et la femme: Dieu n'a pas donné tous les pouvoirs à  l'homme et aucun à la femme, non, Il a donné des pouvoirs à la femme et des pouvoirs à l'homme, mais ce sont des pouvoirs tellement différents qu'ils ne peuvent se manifester en plénitude que lorsque les deux principes sont unis et travaillent en harmonie dans le même but. Ce que l'homme peut donner, la femme ne le peut pas, et ce que la femme peut donner, l'homme ne le peut pas non plus; mais  quand ils unissent leurs pouvoirs, les résultats sont fantastiques. Et pour les deux cerveaux que sont le plexus solaire et le cerveau de la tête, il est important de comprendre comment ils sont polarisés en masculin et féminin, comment ils agissent l'un sur l'autre et quels sont leurs pouvoirs sur la matière. Vous promenez à droite et à gauche une aiguille sur la pierre et vous n'entendez rien.

 

Pourtant, vous la touchez. Oui, mais vous ne touchez pas son cœur car elle a aussi un cœur, cette pierre !  Dès que vous touchez son cœur, tout de suite vous entendez la musique. Il existe aussi un cœur dans l'univers, mais on ne connaît pas ses lois, c' est pourquoi on n'arrive pas à établir le contact pour capter ses ondes et avoir des révélations.  Pour pouvoir toucher le cœur de l'univers, vous devez intensifier votre amour. C'est un travail qui se fait dans le plexus solaire. À ce moment-là, je vous l'ai dit, vous ne pensez plus, vous projetez une puissance, une énergie d'amour et vous la dirigez, mais votre cerveau se repose. Vous comprenez, vous êtes conscient et vous dirigez les énergies, mais sans que votre cerveau soit tendu ou en activité.

Comment expliquer cela? C'est qu'il existe une autre forme de pensée, une autre forme de compréhension qu'il faut arriver à découvrir...

000om

 

Nous choisissons nos rôles sur la Terre

Tous les actes sont écrits d'avance, ils doivent être joués, mais c'est seulement sur le moment qu'on trouve des artistes pour les jouer. Tous les acteurs prêts à jouer un drame prévu sur la Terre se trouveront présents en temps voulu.Les événements à venir sont tracés, les personnages n'existent pas encore; les acteurs futurs entreront un jour dans leur rôle. Ce sont les artistes qui choisissent les rôles qui leur conviennent. Si les individus étaient fixés d'avance, la liberté existerait-elle?Elle n'existe pas pour le rôle. Si l'on joue Roméo et Juliette, celui qui accepte le rôle doit prononcer des paroles déterminées et non celles de son choix. Voilà comment se concilient la liberté de l'homme et les projets de Dieu. Le rôle, les projets de Dieu ne peuvent être modifiés, mais les acteurs se déterminent eux-mêmes.

 

Il était écrit qu'il y aurait un Judas; c'était obligatoire, mais cela aurait pu être un autre que l'Iscariote. Celui-ci aurait pu refuser le rôle. Le Christ savait que ce drame était écrit d'avance mais Judas ne savait pas qu'il serait l'acteur. Le Christ a vu que Judas choisissait de jouer ce rôle, mais il n'a rien pu faire pour l'en empêcher, car le drame devait être joué. La liberté est en nous, mais pas dans les rôles eux-mêmes. Il faut qu'un crime s'accomplisse à Paris, déterminé depuis vingt-cinq millions d'années, mais l'exécutant n'est pas encore fixé; celui qui a vécu une vie qui le prédispose tout à fait à accomplir cet acte sera choisi au dernier moment. La destinée choisit tel homme pour être assassin parce qu'il s'est préparé pour l'être.Ces connaissances peuvent vous sauver de beaucoup de faux jugements. Cette question est très profonde et philosophique, il faudrait en parler longuement pour montrer où s'étend notre liberté et où elle s'arrête. Nous sommes libres AVANT d'avoir accepté de jouer un rôle, mais dès que nous avons revêtu le costume requis, nous ne pouvons plus le quitter sans en payer les conséquences.

 

Si vous vous inscrivez à l'université, on vous oblige à étudier. Personne n'est préalablement et définitivement marqué pour être méchant, criminel, assassin. Chacun peut être choisi pour un autre rôle; mais une fois le rôle accepté, c'est fini, il faut le jouer. Cela explique beaucoup de choses. Vous êtes monté sur un train ou un bateau. Dans les limites de ces véhicules, vous êtes libre, vous parlez, marchez, mangez, vous vous amusez et travaillez à votre gré. Mais le véhicule est en marche dans une direction déterminée, vous êtes dirigé malgré vous vers un lieu désigné.Nostradamus a prévu ce qui devait arriver en général, mais il n'a rien vu concernant les personnes devant jouer les rôles futurs. Il savait que dans tel gouvernement il y aurait les ministres et que ceux-ci existeraient, car il y aurait pour les places vacantes des candidats. Il ne pouvait indiquer qui serait ministre ou roi deux siècles plus tard.

 

Dans les prédictions, si l'on veut déterminer les personnes qui joueront tel ou tel rôle, on peut se tromper en prenant en considération le côté individuel. Pourquoi n'est-il pas possible d'expliquer la vie d'un grand Initié d'après son horoscope? Parce que l'Initié peut changer beaucoup de choses et éviter de jouer divers rôles prévus.Cette question de la volonté libre restera longtemps incomprise, il faut donc tendre sans cesse à une compréhension meilleure. La chaîne d'êtres, de plus en plus évolués, s'étale des pierres jusqu'au trône de Dieu. Notre liberté augmente au fur et à mesure de notre évolution. Où sommes-nous? Si nous nous trouvons très bas sur l'échelle des valeurs de cette hiérarchie d'êtres, nous sommes très limités, car plus nous descendons plus nous sommes limités. Mais si nous montons de plus en plus haut dans cette hiérarchie, nous sommes de plus en plus libres. Si nous sommes liés à Dieu, nous nous sentons libres parce que Dieu est libre et qu'Il agira à travers nous en toute liberté.Ce n'est pas nous qui sommes libres; c'est Dieu qui est libre et se manifeste en nous. Il n'y a pas de liberté au bas de l'échelle; pour la trouver, il faut monter...

 

Dans l'ascension personnelle, vous aurez compris que la chose importante c'est l'éveil Divin. Quand un être atteint l'éveil Divin, il peut décider de rester encore plusieurs années dans la 3ème dimension. Pour des milliers de raisons. Et quand le moment vient pour lui de quitter la 3ème dimension, il opère sa transmutation et ascensionne. Il disparaît littéralement de la 3ème dimension avec son corps d'incarnation. C'est ce qu'a réalisé le Maître Jésus. Mais il n'est pas le seul. D'autres personnes ont réalisé l'Eveil divin, puis effectué l'ascension personnelle...

 

526288 405941709477899 115113671 n

 

Combien de fois il vous est arrivé de gaspiller votre vie en courant après des acquisitions qui ne sont pas aussi importantes que la vie elle-même !Y avez-vous réfléchi ? Si vous saviez donner la première place à la vie, si vous pensiez à la garder, à la protéger, à la conserver dans la plus grande intégrité, la plus grande pureté, vous auriez de plus en plus de possibilités d’obtenir ce que vous souhaitez. Car c’est justement cette vie éclairée, illuminée, intense, qui peut tout vous donner.
Du moment que vous êtes vivants, vous croyez que tout vous est permis. Eh non, quand vous aurez travaillé des années pour satisfaire vos ambitions, un jour vous vous retrouverez tellement épuisés, tellement blasés, que si vous mettez en balance ce que vous avez obtenu et ce que vous avez perdu, vous vous apercevrez que vous avez presque tout perdu pour gagner très peu. Combien de gens se disent : "Puisque j’ai la vie, je peux m’en servir pour obtenir tout ce que je désire : l’argent, les plaisirs, le savoir, la gloire…" Alors ils puisent, ils puisent, et quand il ne leur reste plus rien ils sont obligés d’arrêter toutes leurs activités. Cela n’a pas de sens d’agir ainsi, car ils on perd la vie, on perd tout. L’essentiel, c’est la vie, et vous devez donc la protéger, la purifier, la renforcer, éliminer ce qui l’entrave ou la bloque, parce que c’est grâce à la vie que vous obtiendrez la santé, la beauté, la puissance, l’intelligence, l’amour et la vraie richesse.
 
Concilier la vie matérielle et la vie spirituelle...
Personne ne vous demande de négliger complètement la vie matérielle pour vous consacrer uniquement à la méditation et à la prière, comme l’ont fait certains mystiques ou ascètes qui voulaient fuir le monde, ses tentations et ses difficultés. Mais se laisser accaparer par les préoccupations matérielles, comme le font de plus en plus les humains, n’est pas bon non plus. Vous devez tous pouvoir travailler, gagner de l’argent, vous marier, fonder une famille, mais avoir en même temps une lumière, des méthodes de travail, afin d’avancer sur le chemin de l’évolution.
 
La question est donc de mettre au point à la fois le côté spirituel et le côté matériel : être dans le monde mais pouvoir vivre en même temps une vie céleste. Voilà quel doit être votre but. Bien sûr, c’est difficile, car vous en êtes encore au point où, si vous vous lancez dans la vie spirituelle, vous laissez péricliter vos affaires, et si vous arrangez vos affaires, vous abandonnez la vie spirituelle. Eh non, les deux, il faut les deux, et vous pouvez y arriver. Comment ?... Eh bien, quoi que vous entrepreniez, commencez par vous dire ; "Je cherche la lumière, je cherche l’amour, je cherche le vrai pouvoir, est-ce que je les obtiendrai en faisant ceci ou cela ? " Réfléchissez bien, et si vous voyez que telle préoccupation, telle activité vous éloigne de votre idéal, abandonnez-la.
 
Consacrer sa vie à un but sublime...
 
Il est très important que vous sachiez dans quel but vous travaillez et pour qui, car suivant le cas, vos énergies prennent telle ou telle direction. Si vous consacrez votre vie à un but sublime, elle va s’enrichir, augmenter en force et en intensité. C’est exactement comme un capital que vous faites fructifier : vous placez ce capital dans une banque céleste, et alors au lieu d’être gâché, gaspillé, il augmente et vous êtes plus riche. Et comme vous êtes plus riche, vous avez la possibilité de mieux vous instruire, de mieux travailler. Celui qui s’adonne aux plaisirs, aux émotions, aux passions, gâche son capital, sa vie, parce que tout ce qu’il obtient ainsi, il doit le payer, et c’est avec sa vie qu’il le paie. Tandis qu’en plaçant votre capital dans une banque en haut, plus vous travaillez, plus vous vous renforcez, parce que de nouveaux éléments plus purs, plus lumineux, viennent sans cesse s’engouffrer en vous pour remplacer ce que vous avez perdu.
 
La vie quotidienne – une matière que l’esprit doit transformer...
 
Dans tous les actes de la vie quotidienne, même les plus simples, vous devez apprendre à mettre en action des forces et des éléments qui vous permettent de transposer ces actes dans le plan spirituel et d’atteindre ainsi les degrés supérieurs de la vie.
Prenons une journée ordinaire : le matin on se réveille, et immédiatement c’est toute une série de processus qui se déclenchent, des pensées, des sentiments, des gestes aussi : se laver, allumer la lampe, ouvrir les fenêtres, se laver, préparer le petit déjeuner, aller au travail, rencontrer des gens, etc. Que de choses à faire et tout le monde est obligé de le faire. La différence, c’est que certains les font machinalement, mécaniquement, alors que d’autres, au contraire, qui possèdent une philosophie spirituelle, cherchent à introduire dans chacun de ces actes une vie plus intense, plus pure, et à ce moment-là, tout est transformé, tout prend un sens nouveau et ils sont sans cesse inspirés.
 
Evidemment, on voit beaucoup de gens se montrer dynamiques, entreprenants, mais toute cette activité est limitée à la poursuite du succès, de l’argent, de la gloire ; ils ne font rien pour rendre leur existence plus sereine, plus équilibrée, plus harmonieuse. Et ce n’est pas intelligent, car cette activité débordante ne réussit qu’à les épuiser et à les rendre malades.
Habituez-vous donc à considérer votre vie quotidienne, avec les actes que vous êtes obligés d’accomplir, les événements qui se présentent à vous, les êtres auprès desquels vous devez vivre ou que vous rencontrez, comme une matière sur laquelle vous devez travailler pour la transformer,. Ne vous contentez pas d’accepter ce que vous recevez, de subir ce qui vous arrive, ne restez pas passifs, pensez toujours à ajouter un élément susceptible d’animer, de vivifier, de spiritualiser cette matière. Car c’est cela véritablement la vie spirituelle : être capable d’introduire dans chacune de vos activités un élément, un ferment susceptible de projeter cette activité sur un plan supérieur. Vous direz : "Et la méditation et la prière… ? " Eh bien, justement, la prière et la méditation vous servent à capter ces éléments plus subtils, plus purs, qui vous permettent de donner à vos actes une dimension nouvelle.
 
Un moyen de rester calme...
 
Combien de gens désaxés par une vie trépidante cherchent des moyens pour retrouver leur équilibre ! Et ils pratiquent le yoga, le zen, la méditation transcendantale, ou bien ils vont apprendre à se relaxer. C’est très bien, mais il existe d’après moi un exercice plus facile et plus efficace : apprendre à manger. Vous êtes étonnés ? Pourquoi ? Au lieu de manger n’importe comment, dans le bruit, la nervosité, la précipitation, les chamailleries même – et après aller faire du yoga ! – ne vaut-il pas mieux comprendre que chaque jour, deux ou trois fois par jour, l‘occasion vous est donnée de faire un exercice de détente, de concentration, d’harmonisation de toutes vos cellules ?
 
Au moment de vous mettre à table, commencez par chasser de votre esprit tout ce qui peut vous empêcher de manger dans la paix et l’harmonie.  Et si vous n’y arrivez pas tout de suite, attendez pour commencer le repas le moment où vous aurez réussi à vous calmer. Quand vous mangez dans un état de trouble, de colère ou  de mécontentement, vous introduisez en vous une fébrilité, des vibrations désordonnées qui se transmettent à tout ce que vous faites ensuite. Même si vous essayez de donner une impression de calme, de maîtrise, il sort de vous quelque chose d’agité, détendu, et vous commettez des erreurs, vous heurtez les gens ou les choses, vous prononcez des mots maladroits qui vous font perdre des amitiés et vous ferment des portes.Tandis que si vous mangez dans un état d’harmonie, vous résolvez mieux les problèmes qui se présentent ensuite à vous, et même si toute la journée vous êtes obligés de courir à droite et à gauche, vous sentez en vous une paix que votre activité ne peut pas détruire.
 
C’est en commençant par le commencement, par les petites choses, qu’on peut aller très loin.Ne croyez pas que la fatigue vienne toujours de ce que vous avez trop travaillé. Non, elle vient très souvent d’un gaspillage de forces. Et justement, quand on avale la nourriture sans  l’avoir bien mâchée, mais aussi sans l’avoir assez imprégnée par ses pensées et ses sentiments positifs, elle est plus difficile à digérer, et l’organisme, qui aura beaucoup de peine à l’assimiler, ne pourra pas en bénéficier pleinement...

 

Le lecteur comprendra mieux certains aspects des conférences du MaîtreOmraam Mikhaël Aïvanhov présentées dans ce volume s'il veut bien ne pas perdre de vue qu'il s'agit d'un Enseignement strictement oral.

 

00nature superieure conscience

Préface...

Tout être humain qui descend s’incarner sur la terre porte en lui les germes des deux mondes, inférieur et supérieur. C’est pourquoi on peut dire qu’il est en même temps une divinité et un animal. Oui, c’est la rencontre de ces deux natures, divine et animale, qui fait qu’il est un homme. Il ne peut se séparer ni de l’une ni de l’autre, mais il doit travailler avec elles afin de les ajuster.Le jour où vous y verrez clair sur cette ques­tion, vous posséderez la clef qui permet de résoudre tous les problèmes de l’existence. Et pour y voir clair, commencez par vous étudier, afin de savoir à tout moment de la journée si c’est votre nature inférieure ou votre nature supérieure qui est en train de se manifester. Rien ne doit passer à travers vous sans que vous cherchiez à l’identifier. Que vous arriviez ensuite à marcher sur la bonne voie, à trouver le meilleur comportement, c’est une autre question, car on ne se transforme pas si vite. L’essentiel est de discerner avant d’agir laquelle des deux natures vous inspire. Il faut d’abord voir ce qu’il est bon de faire, et ensuite vérifier si c’est réellement cela qu’on a fait...

Tout le monde parle de changement, veut le changement, mais rien ne change. Pourquoi? Parce qu'il faut le projecteur formidable de la Science Initiatique pour nous montrer en toute clarté où se trouve le changement. Le changement véritable commence à l'intérieur de chaque être qui a réussi à introduire en lui-même l'apaisement, l'ordre et l'harmonie, seuls capables de déclencher la dynamique d'un perfectionnement ininterrompu. Comparable à un champ de bataille, notre monde intérieur est le lieu d'une lutte perpétuelle entre nos tendances: nos élans généreux se heurtent à nos sentiments égoïstes, et nos pensées désintéressées à nos calculs sordides... Ce que notre intellect décide, notre cœur le refuse, et réciproquement  conflits qui engendrent nécessairement un comportement rempli de contradictions. La cohérence d'une conduite, résultat de l'harmonie des pensées avec les sentiments et les actes, ne se trouve qu'exceptionnellement chez des êtres doués d'une force de caractère supérieure, dévoués totalement à une cause sublime, grâce à laquelle ils ont pu tout  soumettre en eux, et obtenir autour d'eux un changement réel. Mais aussitôt que disparaissent ces êtres d'élite, ce changement extérieur obtenu s'effrite peu à peu si personne ne prend le relais.Seul celui qui s'améliore est porteur de véritables changements...

L'être humain se caractérise par la conscience de soi, c'est-à-dire par la possibilité de réfléchir,d'observer et d'analyser son monde intérieur invisible mais toujours agissant: le monde de ses pensées, de ses sentiments, de ses désirs, de ses volontés. Mais le soi dont il prend conscience n'est  jamais totalement saisi une fois pour toutes car il demeure en grande partie inconscient. Nous ne sommes en mesure d'extraire et de ramener à la surface de la conscience qu 'une infime partie de nos réserves d'énergies et d'images inconscientes. Voilà pourquoi nous sommes surpris par nos rêves, par nos émotions subites, par nos variations d'humeur imprévisibles, par nos idées fixes, qui colorent et cristallisent de façon éphémère notre vie psychique.Ce soi inconscient est à proprement parler notre nature: il échoit à tout homme avec ce caractère subi et incontrôlable, tant qu'un travail spirituel n'a pas été entrepris. Mais ce qu'il a de particulier, c'est qu'il est double, car si nous le subissons, nous le subissons de deux manières radicalement différentes. L'une de ces manières est celle que décrit la psychanalyse...

L'irruption de l'inconscient dans la conscience est tellement perturbatrice - car peu adaptée à la vie sociale - que la conscience s'ingénie à en refouler les manifestations vis-à-vis desquelles elle éprouve un sentiment de honte:narcissisme infantile qui obligerait les autres à n'avoir que soi pour objet d'amour, orgueil démesuré qui veut rivaliser avec l'auteur de toutes choses, désir de vengeance et volonté d'éliminer tous ceux qui entravent ou gênent la satisfaction de son plaisir... Sous la pression de l'éducation et des exigences sociales, la conscience instaure, nous dit la psychanalyse, tout un système de défenses qui censure et refoule les poussées instinctives, les pulsions primaires de notre égocentrisme, et ce avec d'autant plus de force qu'elle refuse de se reconnaître dans ces manifes-tations socialement peu avantageuses.Mais ce que la psychanalyse omet de décrire ce sont les autres manifestations de notre inconscient, que, malgré leur nature inconsciente, nous ne voudrions pour rien au monde refouler.

Impulsion de courage, élan d'espoir, ouverture à un monde d'harmonie, joie subtile née d'un contact avec la pureté Céleste, jaillissement de la lumière créatrice, unité indestructible de l'humanité au niveau de l'âme et de l'esprit, sentiment d'immortalité, d'éternité... viennent effleurer la conscience qui ne peut les retenir, malgré le désir de se reconnaître dans cet élargissement subit de son champ de perceptions et de sensations.Miroir du ciel et de l'enfer, notre conscience est impuissante à créer ou façonner l'un et l'autre. Il s'agit bien en nous de deux natures ou de deux inconscients, et c'est notre façon de vivre quotidienne, explique Omraam Mikhaël Aïvanhov, qui entraîne ces expériences de lumière, de beauté, d'équilibre, ou celles de désordre, de discordance, d'angoisse, de terreur... La mise en lumière du deuxième inconscient, appelé nature supérieure, par rapport au premier inconscient, appelé nature inférieure, est d'une importance capitale pour la psychologie, la pédagogie et la compréhension de tous les problèmes sociaux. Les termes d'inférieur et de supérieur indiquent la place que nous devons donner à chacune de ces deux natures...Lecture très enrichissante pour acheter ou feuilleter cliquer ICI...Source/https://www.prosveta.fr/la-clef-essentielle-pour-r%C3%A9soudre-les-probl%C3%A8mes-de-l-existence...

Table des Matières

I - La personnalité, manifestation inférieure de l'individualité
II - L'homme entre la personnalité et l'individualité - Jnani-yoga
III - Prendre et donner (le soleil, la lune et la terre)
IV - Suivre la voie de l'individualité - Le mal est limité, mais le bien est sans limites
V - Le vrai bonheur est dans l'individualité
VI - On ne peut changer la nature de la personnalité - Le sens initiatique de la fermentation
VII - La personnalité veut vivre sa vie, l'individualité veut accomplir les projets du Seigneur
VIII - L'image de l'arbre - L'individualité doit dévorer la personnalité
IX - Les deux méthodes de travail sur la personnalité
X - C'est la personnalité qui empêche le Ciel de se manifester en nous
XI - Nous devons apprendre à nous identifier à l'individualité
XII - Le sens du sacrifice dans les religions
XIII - L'individualité permet d'équilibrer la personnalité
XIV - "Rendez à César ce qui est à César"
XV - La personnalité n'est que le support de l'individualité - Il faut accepter la nouvelle philosophie
XVI - L'individualité doit dévorer la personnalité
XVII - Trouver des associés pour combattre la personnalité
XVIII - Plus on descend dans la matière , plus on se limite
XIX - La nature naturelle et la nature antinaturelle
XXI - Mettre la sexualité au service de la nature supérieure
XXII - Le travail pour la Fraternité Universelle

Livre cles omraam

Source...Pour feuilleter ou acheter le livre....La clef essentielle https://www.prosveta-canada.com/la-clef-essentielle-pour-r%C3%A9soudre-les-probl%C3%A8mes-de-l-existence

Publié par Cristalyne 21 Mars 2018 Colonne de feu 2

×