00 bernard 1***Le temps des révélations***Bernard De Montréal***

 

Richard Glenn :
On dit dans les milieux ésotériques qu’on vient d’entrer dans les temps de la révélation, et peut –être vous souvenez- vous, Bernard le mois dernier a parlé avec beaucoup d’énergie, j’allais presque dire de l’émotivité mais dans le cas de Bernard il n’en est pas question, beaucoup d’énergie, de ces temps de révélations laissent entendre que finalement au fond, on veut faire dire aux choses tout ce qu’on veut leur faire dire, et c’est dangereux. Alors sommes-nous, d’après Bernard effectivement entrés dans les temps de la révélation ?

Bernard de Montréal :
Oui, l’humain est entré dans la phase finale de l’involution, il est entré dans la phase finale qui doit le mener à la transmutation totale de son ego, l’humain est entré dans la phase qui doit lui ouvrir les portes sur la compréhension du mystère de lui-même, qui lui donnera la compréhension du mystère de la vie, et qui lui permettra d’entrer dans le sacré de ce mystère.

Pour que l’humain entre en cette phase de l’évolution, il doit vivre une période de grands changements, tant sur le plan personnel que sur le plan de la civilisation, parce que l’ego de l’humain est constitué de telle façon que pour pouvoir emmagasiner des vibrations nouvelles, il doit être secoué, c’est-à-dire qu’il doit être testé, c’est-à-dire que sa résistance psychologique doit être mise à l’épreuve. Parce que la résistance psychologique de l’humain est la résistance de l’ego de l’humain, mais l’ego de l’humain n’est pas près de la Lumière, l’ego de l’humain est très loin de la Lumière, et pour que l’ego de l’humain serve à manipuler l’énergie de la Lumière qui existe en dehors de l’espace et du temps, pour que l’ego de l’humain puisse manipuler la matière, et aussi transmuter son corps matériel, pour que l’ego de l’humain puisse communiquer d’une façon universelle et égale avec les entités des races qui viennent d’autres mondes, pour que l’ego de l’humain soit finalement libéré des emprises de la matière sur son corps astral, il faut que le corps de désirs de cet ego soit totalement mis en pièces, et que la relation vibratoire entre l’âme de l’humain et l’ego de l’humain soit totale et la cause de cette nécessité qui est une nécessité à la fois vibratoire et à la fois énergétique, l’humain n’a pas le choix, et vous disiez tout à l’heure, vous parliez des élus comme on le voit souvent dans les textes, il y a beaucoup de monde sur la Terre, il y a aussi sur la Terre beaucoup de monde, ou de gens ou de personnes spirituelles, et de tout ces mondes, de toutes ces personnes, il y en aura très, très peu qui pourront vivre le test de la transmutation, peu d’êtres humains sur la Terre seront capables de faire face et d’absorber l’énergie parce que l’ego sera la barrière contre la pénétration de cette force, et c’est pourquoi de ces fameux élus dont vous parliez, beaucoup seront éprouvés et peu de ces gens-là aussi pourront passer de l’autre côté de la barrière de l’espace.

Et tous les évènements de la Terre, et tous les évènements des civilisations qui sont liées aux anciennes révélations faites à des psychiques de l’ancien temps, des prophètes concernant l’Apocalypse, concernant la révélation d’aujourd’hui, toutes ces années sont fermes, elles sont fermes dans ce sens qu’elles doivent être exécutées parce qu’elles font partie de l’évolution de la civilisation et aussi elles font partie de l’évolution de la conscience planétaire, elles font parties de l’évolution de la conscience de l’humain, et elles font parties de l’augmentation sur la Terre d’un pouvoir mental qui est, qui fait partie de l‘humain, qui est à l’intérieur de l’humain, mais qui ne se fait que par la construction d’un canal pour qu’il soit exécuté et exécutable.

Les forces de la Vie, les forces de la Lumière ou les forces de l’intelligence universelle, ou les forces du principe universel, ou les forces créatives, c’est la même chose.

Les forces de vie, augmentent présentement sur toute la planète, et elles influent de plus en plus chez les individus ; et ces forces de vie se manifesteront dans l’individu et elles ne se manifesteront pas sur le plan de la résurrection des formes, à l’intérieur des cadres de la civilisation qui est celle d’aujourd hui , parce que la civilisation qui est, existe aujourd’hui est en train de mourir, et elle doit mourir parce qu’elle n’a pas le choix, tout doit mourir, et sur le fondement de cette civilisation qui devra mourir, s’élèvera une nouvelle civilisation dont les conditions sont totalement occultes, c’est-à-dire que les conditions sont totalement cachées et voilées au regard de l’ego. Les conditions sont connues, connaissables par voie de la perception de l’ego sur le plan de l’âme, mais elles ne sont pas compréhensibles ou perceptibles ou sujettes à l’entendement psychologique de l’humain, vues par les yeux de l’ego, pour la simple raison que l’ego est automatiquement du fait qu’il est coupé de la Lumière dans les ténèbres.

Richard Glenn : 
Est-ce que cette nouvelle civilisation continuera sur le plan de la matière ?

Bernard de Montréal : 
Non. Cette nouvelle civilisation continuera sur un plan pour certaines personnes ayant accès à l’éthérique, il y aura des relations conjointes entre cette civilisation qui aura accès à l’éther, et aussi à la construction sur le plan matériel de certains aspects de cette civilisation, mais qui seront directement reliés à la programmation

Richard Glenn :
On soupçonne dans vos paroles, on sent déjà dans vos paroles que la civilisation qui est actuellement sous le plan de la matière sera totalement détruite.

Bernard de Montréal :
Non, je ne dis pas qu’elle sera totalement détruite, je dis qu’elle sera durement éprouvée, parce que les éléments qui la constituent aujourd’hui à la fin du 20ième siècle sont principalement des éléments de feu, et les éléments de feu à un certain niveau de révolution au sien de la conscience planétaire, ne sont plus contrôlables par l’ego de l’humain, parce que l’ego de l’humain n’a plus le pouvoir sur la destinée de ses intentions, il n’a plus la capacité d’orienter ses intentions, en vertu d’un principe de fraternité universelle, et automatiquement ces feux doivent avec le temps, augmenter leur combustion , et éventuellement perpétrer sur le plan matériel, les conditions qui sont nécessaires à la réorganisation de sa matière originelle, c’est-à-dire la destruction et la réorganisation du plan astral d’où ils proviennent , et qui sont les composantes mentales de l’humain.

Richard Glenn :
Cette nouvelle civilisation sera –telle imposée de l’extérieur à l’humain ? Ou l’humain provoquera-t-il son arrivée ?

Bernard de Montréal :
La nouvelle civilisation sera le produit de la conscience cosmique de l’humain, les formes de cette civilisation seront totalement en harmonie avec la science de l’humain, la science universelle de l’humain, la conscience de l’humain qui se servira de la Lumière pour trancher les aspects ténébreux de l’atome, afin de libérer l’atome de certains cataplasmes qui l’empêchent d’irradier d’une façon parfaite les aspects ultimes de la connaissance qui est cachée en elle, l’atome possède une intelligence, l’atome d’ailleurs est intelligent, mais l’intelligence de l’atome qui est vécu ou qui est observé sur le plan matériel par les scientifiques est simplement une intelligence d’organisation mécanique, mais sur le plan de l’éther, l’atome est intelligent et renferme un germe de Lumière et de germe de Lumière doit être vécu, compris par l’humain, et l’humain qui sera dans la conscience cosmique aura le pouvoir de cette intelligence parce que l’humain possède un corps qui doit et qui est capable de substituer toute forme de création antérieure à la race humaine pour établir éventuellement un pont entre l’atome et l’esprit de l’humain. 
L’atome doit être spiritualisé, l’esprit de l’humain doit être quantifié sur le plan vibratoire et avec le temps et les générations, et les êtres qui viendront, il devra établir des liens avec les mondes invisibles, qui servent aujourd hui à instaurer sur les mondes parallèles des fondations de civilisations, mais qui manquent de participation à cause du fait que la planète Terre est encore au stade de la conscience astrale mentale inférieure.

Richard Glenn : 
Ce n’est plus un secret pour personne, que l’Atlantide a été une civilisation extrêmement développée et qui a disparue, se peut-il que l‘humanité passe bientôt une étape très semblable à celle qui a été entre l’Atlantide et la pauvre civilisation récente d ‘Egypte et …

Bernard de Montréal :
L’Atlantide était à la conjonction de la fin d’un cycle, et la civilisation indo-européenne aujourd’hui aussi est à la fin de la conjonction d’un cycle, à la fin de tout cycle il y a une régénération, il y a une destruction de formes, il y a une impulsion donné à la civilisation aux restes planétaires, lorsqu’un cycle se termine, le mouvement, l’esprit du mouvement est toujours au-delà de la compréhension humaine de l’humain, mais elle est à l’intérieur de sa compréhension universelle, et l’ humain, au niveau de son ego, qui apprend à vivre et à sentir vibratoirement la nature de l’intelligence en lui, peut facilement décoder l’information qui se cache dans les réserves des archives, et qui peut être instaurée dans son mental par le biais de l’âme ; c’est pourquoi l’humain a avantage aujourd hui à comprendre les lois de la vibration de l’âme et à égaliser entre son mental et son émotionnel les forces qui retardent sa compréhension, afin de pouvoir puiser le plus tôt possible dans son mental supérieur l’information et l’intelligence nécessaires à la construction de sa vie, à l’organisation de sa vie, pour qu’éventuellement lorsque ce cycle sera à sa fin, l’humain puisse passer d’un plan d’énergie à un autre, il s’agit de passer d’un plan d’énergie à un autre.

Richard Glenn :
Y a-t-il des humains qui ont réussi à faire cela, avant l’an 2000 ?

Bernard de Montréal :
Oui, il y a eu des initiés dans le passé qui sont passés d’un plan d’énergie à un autre, et c’est normal, il n’y a absolument rien d’époustouflant dans une telle expérience, c’est simplement l’ego qui, à cause de son voile, se refuse de croire à la possibilité d’une telle chose, ou de se rendre à l’évidence de sa propre expérience selon son propre plan de vie.

Richard Glenn :
Peut-on mentionner le Christ ?

Bernard de Montréal :
Le Christ est un de ces initiés, qui est parti d’un de ces plans d’expérience à un autre.

Richard Glenn :
Les gens qui ont été un peu ridiculisés parce qu’ils s’intéressaient à l’alchimie, je pense au conte de st Germain ou d’autres grands initiés qui ont disparus un beau jour, et on ne les a jamais retrouvés.
Par l’alchimie, est-ce qu’il y a un moyen d’entrer en contact avec le contrôle de l’éther ?

Bernard de Montréal :
Non, par l’alchimie on peut travailler avec des forces qui sont subtilement en relation vibratoire avec l’évolution astrale de l’humain, mais on ne peut pas travailler avec les forces de l’éther, parce que les forces de l’éther sont sous le contrôle de l’âme et non sous le contrôle de la conscience astrale.
Ceux qui s’imaginent que par l’alchimie ou des méthodes quelconques, entrer en contact avec l’éthérique sont dans les expériences de leurs propres illusions, et ils doivent vivre leurs illusions jusqu’au jour où ils découvriront l’aspect opposé de cette réalité qui est le pouvoir interne de l’humain d’arbitrer toutes les relations avec les feux qui existent sur les plans universels , selon ce que ces feux soient conçus dans leur perfection par l’âme, et traduits ensuite par l’ego auquel est donné le pouvoir de la lumière pour la transmutation et l’élévation de la vibration. 
Ce n’est pas par l’alchimie que l’humain peut transmuter son corps matériel et se créé un corps morontiel, parce que pour vivre au niveau du cycle qui vient, l’humain doit immortaliser son corps matériel, et l’immortalisation du corps matériel nécessite un autre véhicule effectivement, et cet autre véhicule que j’appelle corps morontiel ou que j’appelle simplement un corps éthérique simple, permet à l’humain d’entrer à volonté dans l’invisible, ou d’en sortir selon le choix qu’il fait de ses activités.
Mais ce n’est pas par le biais de l’ego que l’humain peut atteindre cette capacité parce que le pouvoir du corps éthérique ou du corps morontiel de l’humain est un pouvoir qui est totalement dégagé de l’ego, et la personnalité qui sert à l’ego pour notre évolution, lorsque l’humain est dans cet état, la personnalité perd son esprit, et non plus son ego, et pour qu’un humain se serve de son ego pour atteindre des niveaux ou des paliers supérieurs comme il le croit, c’est une forme de spiritualité, cet effort qui est un effort positif, parce qu’il fait partie de l’évolution de l’humain, cet effort est quand même un effort qui est voué à l’échec, parce que le plan matériel doit être transmuté en un plan spirituel et le plan spirituel doit être transmuté en plan de conscience pure, alors même la spiritualité doit être détruite pour que l’humain entre dans la science de l’atome.

Richard Glenn :
Le thème de la soirée était le temps des révélations, je pense que Bernard nous fait seulement un certain dévoilement de certaines choses, c’est donc une forme de révélation, mais j’aimerai revenir au thème de base, le temps des révélations, les documents akashiques dont on parle en ésotérisme qui signifient que tout est connu et tout ce qui est doit arriver, on n’est pas rendu dans le temps où les choses arrivent mais doivent quand même arriver, ces document cachés ? A quoi correspondent-ils ?

Bernard de Montréal :
Les documents cachés correspondent à des informations que certains individus ont reçues au cours des âges pour leur permettre de préparer l’humanité de l’avenir à comprendre les dilemmes de l’évolution de l’humain et aussi à comprendre les raisons pour lesquelles les civilisations ou une civilisation qui dégage d’un côté autant de promesses, à la fois dégage d’un autre autant de malheurs, et l’humain comme il est prisonnier de l’espace, comme il est prisonnier de son corps matériel et comme il pense savoir, comme il n’a pas la faculté de communiquer directement avec les plans de l’âme pour substituer ce qu’il croit savoir pour un autre niveau ou un mode d’information, il est obligé d’avoir de l’aide de certains individus au cours des siècles qui, de par leur sensibilité, de par leur position sociale, de par leur psychisme, ont la faculté de transférer sur le plan matériel des informations qui peuvent servir plus tard pour l’humain à développer des termes philosophiques personnels pour l’orientation transitoire de sa vie face à des évènements qui sont au-delà de son contrôle et qui, souvent sur le plan spirituel ou même sur le plan philosophique il est incapable de voir les raisons d’être.

Richard Glenn :
Ces documents ou ces informations qui sont transmises proviennent de quels plans ?de qui ? Et qui les détient ?

Bernard de Montréal :
C’est une très bonne question. Toute information qui est donnée à l’humain par les voies du psychisme, étudiées, senties, perçues par l’individu qui en reçoit connaissance, aucun humain ne peut se permettre de s’ouvrir à 360° devant de l’information psychique s’il n’est pas lui-même en relation vibratoire avec son âme. Pour la simple raison, qu’il y a eu au cours de l’histoire, énormément de forces cherchant à retarder l’évolution de l’humain, comme il y a eu aussi beaucoup de forces, cherchant à aider à l’évolution de l’humain, mais l’humain n’a pas de discernement parce que l’humain pense, et n’ayant pas de discernement il lui est très, très pénible , très difficile de pouvoir voir, de pouvoir comprendre dans l’instantané, autrement dit pouvoir savoir d’une façon certaine et absolue, ce que disent ces textes, et c’est pourquoi de ces textes souvent on a trouvé énormément de confrontations avec la réalité, on a souvent trouvé des erreurs, et c’est pourquoi d’ailleurs les textes qui sortent du psychisme planétaire ne peuvent jamais concorder à la perfection.
L’humain doit par lui-même, d’ailleurs ces textes sont faits pour l’humain ils ne sont pas faits pour l’humain collectif, ils sont faits, ils sont donnés pour l’humain en tant qu’individu, et ce sont des aides, ce sont des outils, et l’humain en tant qu’individu doit avoir les aides et les outils suffisamment aiguisés pour pouvoir comprendre ces textes. 
Et d’ailleurs une fois qu’un humain est en contact avec son âme, il n’a plus besoin de ces textes, parce qu’il a lui-même l’information nécessaire et essentielle à sa propre sauvegarde, alors ça fait partie des activités de l’humain, ça fait partie des activités astrales d’un très grand nombre d’entités qui sont mortes, qui sont sur d’autres plans, et dont le temps de service envers l’humanité coïncide justement à donner de l’information à l’humain pour l’élucidation de certains termes d’évolution qui sont difficiles à comprendre ou à mettre en place.

Par contre il y a eu des types, il y a eu de grands hommes sur le plan de l’âme qui ont reçu de l’information, Jean - je donne un exemple, st jean- et ce sont ces êtres qui ont réussi à faire passer un message qui dure jusqu’à aujourd hui et qui demeure essentiellement inchangeable, ce sont les interprétations des textes qui sont sujets à la limitation de l’intellect de l’humain mais essentiellement sur le plan cosmique, sur le plan universel du moment qu’on a les clés, ces textes demeurent inchangeables, parce que ces textes contribuent à l’édification sur le plan matériel, d’une voie qui permet à l’humain d’entrer en contact avec les mystères de la vie, et les mystères de l’évolution.

Mais je fais la pause, et je mets en garde les humains qui, sur le plan personnel, ou pour des raisons spirituelles ou en relation avec des expériences psychiques quelconques reçoivent des informations de gauche et de droite concernant l’Apocalypse, je dis que ces gens-là verront que l’Apocalypse ou les évènements qui accompagnent ce phénomène historique, ne sont pas et ne viendront pas de la bouche de ceux qui sont prisonniers du temps, sur l’autre plan astral.

Autrement dit, je mets les humains en garde contre toutes les formes de psychisme aujourd’hui qui ont tendance à créer dans l’esprit de l’humain, la terreur et la crainte.

Richard Glenn :
La bibliothèque du Vatican contient des documents qu’on dit secrets, non révélés, et si nous sommes dans les temps de la révélation, Bernard, que pourrait-il nous dire sur la bibliothèque du Vatican ?

Bernard de Montréal :
Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise sur la bibliothèque du Vatican, ça ne m’intéresse pas, moi, la bibliothèque du Vatican.

Richard Glenn : 
La grande pyramide d’Egypte ? Ça vous intéresse peut être un peu plus ?

Bernard de Montréal :
Non, il n’y a rien qui m’intéresse.

Richard Glenn :
Nous autres, ça nous intéresse.

Bernard de Montréal :
Oui, c’est pour cela que vous ne savez pas.

Richard Glenn :
On continue dans les dossiers cachés de l’humanité, qu’on espère avoir un petit peu de révélations, puisque nous sommes au temps de la révélation, le Tibet, pourquoi dit-on qu’il y a souvent là, les maitres, au Tibet ou sous le Tibet ?

Bernard de Montréal :
Vous savez, j’ai énormément de respect pour vous en tant que personne, mais il y a des mises en garde qui doivent être faites pour l’humain et une des mises en garde qui doit être faite pour l’humain, c’est celle-ci : c’est que l’humain doit cesser de chercher à l’extérieur et essayer de trouver à l’intérieur de lui-même, l’humain, surtout l’humain qui s’avance lentement vers la fin des années 1980 , des années 1990, va commencer à regarder à l’intérieur de lui-même et à trouver à l’intérieur de lui-même un équilibre avec ses propres énergies, au lieu de toujours chercher à l’extérieur de lui-même, que ce soit au Tibet ou en France ou au Pakistan- où je ne sais pas moi- des données qui puissent lui donner ou le faire avancer sur le plan de la connaissance.

La connaissance est dans l’humain, et il doit aller chercher cette connaissance en lui-même, il ne peut pas aller chercher la connaissance à l’extérieur, la connaissance de l’extérieur est un outil qui prépare l’humain qui dispose, qui meuble son esprit, pour orienter ses facultés, mais l’humain éventuellement doit découvrir, voire ouvrir ses propres portes intérieurement pour avoir accès et comprendre ce qui se passe à l’extérieur de lui-même, sans cela, il sera toujours forcé de subir une influence quelconque, et l’influence n’est jamais bonne, parce que, qu’on dise telle chose ou qu’on dise telle chose, ce ne sera jamais de la façon dont on le dit que ces choses-là se produiront, alors même si l’humain va au Tibet ou s’il s’intéresse au Tibet ou s’il s’intéresse à L’Egypte, s’il s’intéresse aux pyramides, si l’humain s’intéresse à l’occultisme, l’occultisme ne peut rien lui donner, excepter lui ouvrir les portes au niveau de l’intelligence subjective, pour qu’il puisse éventuellement suffisamment s’alimenter, pour découvrir qu’il y a autre chose, et cette autre chose est en lui, mais pas à l’extérieur. 
Les gens dépensent trop de temps, donnent trop d’énergie à la recherche des mystères, à la recherche de l’invisible, à la recherche de toutes ces choses qui stimulent leur imagination. Il ne faut pas tellement stimuler l’imagination, l’imagination ce n’est pas la chose qui nous manque, c’est ce dont on en a le plus, il faut amener cette imagination à une précision de ce que nous savons intérieurement sans cela les efforts de l’imagination nous feront courir dans toutes les directions, à gauche et à droite, et l’humain ne pourra jamais être dans sa propre connaissance interne.

Richard Glenn :
J’ai le goût d’essayer un test. De demander aux gens ici qui sont ici, de demander intérieurement s’ils ont l’impression qu’il y aura une troisième guerre mondiale, levez donc la main ceux qui pensent qu’il y aura une troisième guerre mondiale, ceux qui en ont l’impression intérieurement…. 
On dira, à peu près un dixième des gens qui sont ici dans la salle. 
Je vous remercie, c’était intéressant.
Alors ça c’est déjà un dixième qui ressent intérieurement quelque chose, ils croient ça, il y en a quatre-vingt-dix qui ne ressentent pas ces choses-là mais ne croient pas à ça, qui a raison ? Et évidemment s’il y a une guerre mondiale, cela touchera tout le monde, les dix pour cent ou les quatre-vingt-dix de toute façon. Qu’il y en est une, ou pas, il y a des gens qui se trompent, et pourtant tout le monde répond avec ce qu’il ressent intérieurement, et vous ? Vous nous dites, vous, ce que vous ressentez intérieurement, apprenez à vous fier à ce que vous ressentez intérieurement.
Si je prends moi ce que je ressens intérieurement je peux me rendre compte qu’il y a autour de moi beaucoup de personnes qui ne ressentent pas du tout la même chose.

Bernard de Montréal :
Quand on parle de ressentir, quand on parle de ressentir ce que l’on sent intérieurement, ça va très loin, vous savez que la conscience, ce que l’on appelle la conscience, c’est un mot, mais le développement des corps de l’humain, la sensibilisation des corps de l’humain par l’énergie de la Lumière, c’est une chose qui ne se fait pas d’un jour à l’autre, à moins qu’un humain ne subisse une fusion qui établisse une coordination instantanée entre tous ces principes, l’humain qui vit le changement vibratoire de ses corps, qui amène une plus grande conscience, ne peut pas d’un jour à l’autre savoir, il peut apprendre petit à petit à se fier à son intérieur, mais se fier à son intérieur ne veut pas dire savoir. 
Pour que l’humain sache, il doit à un moment donné de sa vie, pouvoir communiquer mentalement avec son âme, parce que c’est l’âme qui sait, et cette préparation qui se fait dans la vie de l’individu le mène éventuellement à savoir ce qu’il a à savoir, qui l’amènera à prendre les dispositions nécessaires pour sa sécurité.

Je veux renverser complétement le mouvement de l’ésotérisme qui cherche à amener à l’humain de l’information qui projette dans l’esprit de l’ humain et qui le force avec son imagination, à essayer de comprendre quelque chose dans la mystique du temps moderne, il n’y a rien à comprendre dans la mystique du temps moderne, ce que l‘humain doit comprendre c’est lui-même, il doit entrer à l’intérieur de lui-même et il doit découvrir la vibration qui est partenaire en lumière, entre l’ego et l’âme, et à partir de cette vibration : l’humain, qu’il se passe n’importe quoi sur le plan matériel, qu’il se passe n’importe quoi dans le cadre de l’Apocalypse, il sera toujours en sécurité et c’est là le point, il est là le test, et c’est pourquoi je dis - j’ai énormément de respect pour votre personne - mais je suis obligé de faire savoir au public la façon dont je vois les choses pour désarçonner ce qui a été asséné depuis des siècles, je suis en train d’essayer de faire comprendre à l’humain qu’il a en lui la lumière, qu’il a en lui l’intelligence, et qu’il lui reste à ouvrir la porte de son esprit pour qu’il puisse sentir la vibration de cette intelligence, parce que l’intelligence cosmique c’est une vibration, et une fois qu’il a ceci, il a tout, alors il y a du temps, il y a une période de transition, c’est normal, mais au moins il est dans la voie, sa propre voie qui l’amène là où elle doit l’amener et à ce moment-là il cesse de se fatiguer de tout ce qui est dit parce que c’est innombrable ce qui est dit, ce qui est imprimé et il peut se coucher le soir, la tête vide, la tête en repos, au lieu de constamment souffrir de cette anxiété spirituelle ou de cette anxiété qui est liée à la mystique de la fin des temps.

Alors ? si vous me demandez à ce moment-là, le Tibet, l’Egypte, je vais vous dire une chose, je vous dis que l’humain de demain, celui qui aura une autre intelligence, qui ne pourra plus penser, l’humain qui aura développé un corps morontiel, l’Egypte et le Tibet, pour lui, ce sera du passé, parce que l’humain de demain ne vivra plus dans le passé, les êtres humains qui aujourd hui savent , ne vivent plus dans le passé, parce que le passé fait partie du passé de l’involution, l’humain d’aujourd’hui doit connaitre l’avenir, il doit pouvoir interpréter l’avenir, il doit pouvoir se comprendre parfaitement , et quand je dis parfaitement, je dis parfaitement , il doit être capable de substituer à tous les aspects de sa personnalité une compréhension totale de son ego pour que lui , cet ego contrôle sa personnalité au lieu de la personnalité de l’ego, afin que , éventuellement la personnalité serve à l’esprit. C’est dans l’esprit que l’humain de demain évoluera, ce ne sera plus dans sa personnalité, parce que la personnalité aura été totalement changée, dans ce sens que la conscience astrale de l’humain….ce qui est lié au corps de désirs de l’humain, ce qui est lié à l’intellect de l’humain, tout ceci sera totalement défait, alors l’humain n’aura plus les anciens outils qui avaient servis au début ou auparavant pour son évolution, d’abord l’humain n’aura pas de mémoire, il ne pourra plus penser, il n’aura plus de libre arbitre, il sera totalement un agent libre, il aura le pouvoir sur la matière, il aura un corps morontiel ,il aura communiqué télépathiquement avec les êtres humains, il pourra communiquer télépathiquement avec les extraterrestres, et il pourra voyager dans les mondes parallèles à volonté. Mais, pour que l‘humain fasse ceci, il ne peut pas être dans la position de l’humain ancien...Fin première partie.

 

 ***Le temps des révélations dernière partie***
 

Richard Glenn :
L’état d’illumination ? Le nirvana…

 

Bernard de Montréal :
L’illumination, le nirvana fait partie de l’actif spirituel de ceux qui s’engagent dans la voie du mysticisme, et toute illumination forme autour de l’âme une couche d’énergie très difficile à détruire, c’est pour cela que ceux qui persistent dans l’évolution vers le nirvana et qui s’introduisent dans les plans profonds de cette énergie, éventuellement deviennent de très grands maîtres, mais à un certain moment les maîtres doivent cesser d’être des maîtres et devenir des êtres totalement libres de la forme, c’est-à-dire qu’ils doivent passer la 7ème initiation et devenir des êtres descendants et sortir totalement de la spiritualité qui a servi auparavant à l’évolution de leurs corps supérieurs.

Le nirvana, on en parle beaucoup du nirvana parce qu’on est à l’époque encore, où la spiritualité de l’humain est en effervescence, et l’humain verra un jour que le nirvana est une autre illusion du mental supérieur de l’ego, qui cherche à s’approprier des valeurs transcendantales concernant l’éblouissement de l’âme lorsque l’âme pénètre les couches supérieures de l’ego par le biais de la conscience astrale.
 

Richard Glenn :
Est-ce une séance d hypnotisme collective ?

 

Bernard de Montréal :
Ce qui se passe ici ?

 

Richard Glenn :
Oui.

 

Bernard de Montréal :
Ce qui se passe ici c’est un rapprochement entre mon esprit et de l’esprit de ceux qui sont dans la salle, et ceux qui ont suffisamment de sensibilité, qui ont suffisamment de centricité, qui ont suffisamment de réalité personnelle peuvent facilement comprendre ce que je dis, sans nécessairement pouvoir interpréter ce que je dis par le biais de leur intellect.

Richard Glenn :
Mais c’est un peu comme en hypnose, c’est ce que vous dites souvent : Vous ne vous ne souviendrez pas des mots, de ce que j’ai pu dire, mais il va vous rester un……

 

Bernard de Montréal :
Les gens ne se souviennent pas de ce que je dis parce que je ne parle pas à l’intellect.

 

Richard Glenn :
Une question d’ésotérisme. Chaque cycle voit briller son avatar, son maître, un grand réalisé. Est-ce que celui de la nouvelle ère est prêt de se manifester ? Est-ce que celui - l’avatar, on appelle avatar une entité cosmique qui descend sur la Terre - est prêt de se manifester ou devons-nous le reconnaître chacun en soi ?

 

Bernard de Montréal :
La réponse est là, et oui.

 

Richard Glenn :
Que pensez-vous de l’astrologie ? De la magie ? 

 

Bernard de Montréal :
Toutes les sciences ésotériques de l’humain font partie de la connaissance du passé, et font partie des expériences du passé. L’astrologie est une science intéressante, je n’ai rien contre l’astrologie, du moment que l’humain puisse se servir de l’astrologie comme un outil, au lieu d’être contrôlé par la valeur symbolique qu’elle prononce, l’astrologie si elle est vécue au niveau conscient, elle devient un outil, mais c’est à l’intérieur de l’humain, au fond de lui-même, qu’il voit et qu’il se sert de la symbologie pour expliquer ce qu’il voit, mais dès que l’ego est enraciné dans des formes telles que l’astrologie ou les formes de magie, il substitue à sa réalité intérieure, une réalité qui est spirituelle, ou une réalité qui est souvent liée à des forces, qui vont contre l’évolution de l’humain, l’humain n’a pas besoin d’astrologie pour connaitre l’avenir ou pour connaitre un autre humain, il a simplement à savoir, et s’il sait, à ce moment-là, il n’a plus besoin de l’outil, l’astrologie fait partie de l’ancienne évolution de l’humain, dans l’avenir l’astrologie sera remplacée par autre chose, mais elle ne servira pas à ceux qui sont dans le corps morontiel.

Richard Glenn :
Bernard utilise parfois des termes dès fois qu’on retrouve dans la cosmogonie d’Urantia, que pensez-vous de la cosmogonie d’Urantia et aussi des termes qu’on entend chez sri Aurobindo comme le supramental. Alors, que pensez-vous de la cosmogonie d’Urantia, puis par extension de sri Aurobindo ?

Bernard de Montréal :
J’ai toujours dit que la cosmogonie d’Urantia est un grand livre, mais la connaissance n’est pas dans les livres, et qu’il faut le lire lentement, pas avec l’intellect pour ne pas avoir de… à faire une mauvaise digestion, et sri Aurobindo est un grand bonhomme, c’est un grand être, c’est un grand maître, c’est un type qui a vu déjà, qui a senti, et qui a essayé d’expliquer et qui a même très bien expliqué le phénomène de la venue de la conscience supramentale sur la Terre. 
Sri Aurobindo est un des grands hommes qui a foulé le sol de notre planète.Souvent j’emploie des mots qui ont été développés par ces hommes parce que les mots qu’ils ont développés sont précis et ils veulent dire exactement ce que je veux dire. Inutile d’employer des termes nouveaux pour créer plus de confusion dans l’esprit de l’humain.

 

Richard Glenn :
Puis Mikael Aïvanhov…

 

Bernard de Montréal :
Un autre grand bonhomme. Un autre grand bonhomme, qui un jour… un grand bonhomme, très grand bonhomme.

 

Richard Glenn :
Madame de Sergerie.

 

Bernard de Montréal :
Madame de Sergerie était aussi une grande dame, mais qui n’avait pas terminé son évolution, et qui devait découvrir la réalité de l‘information derrière la qualité psychologique du monde des esprits. Nous devons en tant qu’humains comprendre le monde des esprits d’une façon parfaite, nous devons en tant qu’humain à comprendre les lois du mensonge cosmique parfaitement, et nous devons en tant qu’humain, être supérieur en intelligence au monde des esprits, c’est la loi de l’humain nouveau, et il y a seulement une façon pour l’être humain de développer, de dépasser les lois de l’intelligence du monde des esprits qui sont sous-tendues par le mensonge cosmique.

 

Richard Glenn :
Pourriez-vous le répéter ? Parce que c’est d’une super importance.

 

Bernard de Montréal :
Je l’ai dit… La maladie mentale c’est la dernière des maladies, la maladie mentale sera le résultat de la confrontation entre l’ego de l’humain et des vibrations qu’il ne pourra pas comprendre et ne pourra pas supporter, et à cause de son ignorance, l’humain astralement empirera son état d’esprit parce qu’il croira à ce qu’il voit.

 

Richard Glenn :
Qu’il voit par les yeux du corps ou par les yeux de l’esprit, les rapports sociaux, les divorces, la drogue etc….

 

Bernard de Montréal :
Ça fait partie du bouillonnement de tous les troubles personnels que doit vivre l’humanité parce que l’humain est en grand changement. L’ego de l’humain aujourd’hui est en évolution rapide, mais il n’est pas capable d’absorber l’énergie qui détermine cette évolution, et automatiquement il y a des ruptures, il y a des discordances, l’humain doit dépasser le niveau de son ego personnel pour entrer dans la conscience de son ego prépersonnel, pour avoir accès à son esprit, au lieu d’être influencé par des rapports entre des humains qui sont fondés sur une conscience astrale qui n’est pas ajustée à une conscience supramentale, c’est pour cela que les humains souffrent. La souffrance vient de l’ignorance de l’humain, je ne parle pas de l’ignorance académique, parce qu’il y a des académiciens qui sont aussi ignorants que ceux qui n’ont pas … mais je parle de l’ignorance de l’humain, l’incapacité de savoir en lui-même, l’incapacité de vivre au niveau de sa propre volonté, l’humain ne vit pas dans sa volonté, il vit dans la volonté des forces, des impulsions qui assujettissent son astral et conditionnent son corps de désirs, l’humain est totalement un être qui est prisonnier de son libre arbitre. Lorsque l‘humain n’aura plus de libre arbitre, il sera un agent libre et à ce moment-là il sera libre de la souffrance qui découle de l’ignorance.

Richard Glenn :
Pourquoi au tout début de la création, l’humain a été créé, si l’esprit n’avait jamais été créé, il n’y aurait pas eu d’évolution. Pourquoi est-ce que le dieu que nous connaissons, le plus bas des dieux, a-t-il créé des êtres imparfaits ? En résumé : pourquoi la création ?

Bernard de Montréal :
D’abord lorsqu’on se demande une question c’est qu’on pense, si on pense on a des troubles, parce que le phénomène de la question, le phénomène du pourquoi, est un phénomène qui fait partie de l’ego, et l’ego doit dépasser cet état d’esprit et lorsque l’ego aura dépassé cet état d’esprit, toutes les questions qui viennent à l’ego n’existeront plus pour lui, et il sera automatiquement dans la connaissance, et lorsque l‘humain est dans la connaissance, il n’est plus intéressé à la connaissance, parce qu’il n’a plus à chercher à s’abreuver de la connaissance. Alors je réponds à la question de cette façon pour faire comprendre à la personne qui me la pose ou à d’autres qui auraient pu me poser des questions parallèles, que tant qu’on a des questions, on a des questions… et quand on n’a plus de questions, on n’a plus de questions et on est bien, on a la paix dans l’esprit et on vit, sur le plan matériel ou sur d’autres, mais on vit ! Mais tant qu’on a des questions, on existe…

Richard Glenn :
Le soleil noir ? Qu’en pensez-vous qu’il entrera en action ?
Je vous la lis textuellement : J’aimerai savoir qu’adviendra t-il au temps du soleil noir. Pouvez-vous me le dire les années, certaines me disent en l’an 1982 merci.

Bernard de Montréal :
Si les gens pouvaient apprendre une fois pour toute à cesser de se casser la tête… ils vivraient une vie plus paisible.

Richard Glenn :
Si vous connaissez les enseignements d’Eckankar ? Qu’en pensez-vous ? Ils rejoignent un peu votre vision de l’évolution que vous nous présentez.

Bernard de Montréal :
J’ai déjà dit que le mouvement « Eckankar» est un très bon mouvement, c’est un mouvement dont le cœur est grand, mais dont le corps commence à s’appauvrir. Le cœur est grand, il est bon, il y a une bonne vibration dans ce mouvement, ce sont les humains qui nuisent à ce qui est bon, parce que les humains ont de l’ego, ils ont de l’ego spirituel, ils ont de l’orgueil spirituel, il n’y a rien de plus triste que de voir des gens qui sont trop spirituels et qui souffrent de leur spiritualité, et qui projettent autour d’eux, l’odeur de l’orgueil spirituel.

Mais le mouvement lui-même est grand, c’est un beau mouvement, c’est un grand mouvement et comme je dis, ce sont des humains qui le décomposent, et remarquez une chose, que toutes les gnoses, toutes les philosophies, même si ces philosophies sont données à l’humain à partir du monde des esprits, contiennent des formes, et les formes créent des séparations entre les humains car les formes s’appliquent aux personnalités des humains, et que les humains, un jour, doivent être au-delà de leur personnalité, afin de pouvoir vivre leur vie d’une façon totalement universelle, totalement en dehors de la forme qu’ils visent et qui les rejoint tous, tous, de quelque nation qu’il soit sur le plan de l’âme et à ce moment-là les mouvements ne seront plus nécessaires.

Richard Glenn :
Que pensez-vous de la vague des faux prophètes ? On les mentionne même dans la Bible « Méfiez-vous des faux prophètes »

 

Bernard de Montréal :
C’est essentiel.

 

Richard Glenn :
Oui, mais comment les reconnaître ?

 

Bernard de Montréal :
Par soi-même. Ce n’est pas par les faux prophètes que vous allez reconnaître les faux prophètes ! Un vendeur de pommes ne va pas vous dire qu’elles sont pourries ! 
C’est par l’intérieur que l’humain découvrira ceux qui sont réels et ceux qui ne le sont pas, c’est sa seule sécurité, il n’y en a pas d’autre, si vous chercher des sécurités à l’extérieur de vous-même, vous vous mettez l’œil dans le doigt et l’autre dans l’œil. Par soi-même ! C’est par soi-même qu’on doit savoir ! On ne peut pas demander l’opinion d’un autre, c’est par soi-même. C’est pour cela d’ailleurs que la conscience supramentale ce n’est pas facile, parce que l’ego est obligé de passer par des étapes et des étapes et des étapes et des étapes, qui l’amènent éventuellement à pouvoir absorber l’énergie de l’âme d’une façon totalement intransigeante, parce que la pénétration de l’énergie de l’âme ce n’est pas un délice pour l’ego, ce n’est pas facile pour l’ego, et lorsque cette énergie pénètre, les corps s’ajustent et c’est avec le temps que l’ego peut être en équilibre vibratoire avec cette énergie et ne plus souffrir de cette énergie, et à ce moment-là il sait, et lorsqu’il y a raison de voir clair à travers une situation pour lui, ça devient plus facile et instantané.
Alors les faux prophètes, le phénomène des faux prophètes fait partie de l’expérience de l’humain et c’est à lui de découvrir qui il est, lui-même, pour savoir qui ils sont.

Richard Glenn :
Vous mettez les gens en garde contre les révélations venant de sources psychiques, parlez-nous des informations données par des médiums, des voyants.

 

Bernard de Montréal :
Toute source psychique est sujette à la manipulation de l’esprit de l’humain, toutes ! Toute relation entre l’humain et les mondes de l’esprit, les mondes de l’ego, le monde spirituel, le monde astral, toute relation est dangereuse pour l’humain, parce que l’humain n’est pas capable, par lui-même de savoir si l’information qu’il reçoit est réelle ou ne l’est pas.

Il y a seulement une façon pour l’humain de savoir si telle information est réelle ou non et c’est par le plan de l’âme, c’est par l’âme ! Ce n’est pas par le monde des esprits. J’assure que tous ceux qui reçoivent de l’information du monde des esprits se retrouveront un jour devant eux-mêmes et verront que le monde des esprits servait à leur évolution spirituelle, mais ne servait pas à leur donner ou à leur faire comprendre ou leur faire savoir telle ou telle chose, ça fait partie de l’illusion de l’ego, de l’illusion spirituelle de l’ego, l’ego est assoiffé de savoir et il s’en remet au monde des esprits.

Le monde des esprits c’est le monde de l’humain en dehors de la matière, les esprits ont leur personnalité, ils sont aussi faux qu’ils l’étaient avant de venir sur la Terre, autant il y a de bons humains, autant il y a de bons esprits, autant il y a de mauvais humains autant il y a de mauvais esprits, et tant que vous ne pouvez pas voir dans les yeux de celui qui vous parle, vous ne pouvez pas savoir ceux qu’ils trament contre vous, on ne peut pas se fier au monde des esprits ! C’est une des grandes illusions de l‘humain du 20ème siècle et une des grandes illusions du spiritisme du 20ème siècle.

Si l’humain a une âme ! Si l’humain a accès à l’énergie de l’âme, si l’humain par le biais du supramental peut entrer en communication mentale avec l’ajusteur de pensées - qui fait partie de sa conscience supérieure- pourquoi l’humain passerait par le monde des esprits qui est souvent contaminé à un point tel, que si l’humain le savait il en serait totalement abasourdi.

Le psychisme retarde l’évolution de l’humain sur le plan de sa conscience personnelle, mais il avance, il avance l’évolution de l’humain sur le plan psychologique, mais concernant la liaison entre l’ego et l’âme, le psychisme retarde l’évolution de l’humain, parce qu’il fait plaisir à l’ego, et dans l’évolution de l’humain, dans la rencontre entre l’ego et l’âme, entre l’ego et les plans de la lumière, il n’y a pas de contradiction, mais dans la relation entre l’ego et d’autres egos, que ce soit sur le plan matériel ou que ce soit sur le plan astral il y a toujours des contradictions parce que les deux plans sont imparfaits.

Richard Glenn :
Je subis présentement une montée de conscience, en discernant par le biais de l’écoute de vos cassettes, à un rythme de plus en plus rapide, pourriez-vous m’indiquer dans quelle direction je m’en vais ? Que se passera t- il demain et après-demain ? Merci pour tout.Il y a des gens qui ont toutes les cassettes, qu’ils écoutent en faisant la vaisselle…

Bernard de Montréal :
Ecoutez les cassettes sans essayer de les comprendre au niveau de l’intellect, les cassettes ne sont pas adressées pour vos intellects, elles sont adressées pour vous. Votre intellect ne fait pas partie de vous, votre intellect fait partie des autres, autour de vous. Les cassettes sont adressées à vous et le vous auquel s’adresse ces cassettes est un vous totalement impersonnel, dont un jour vous reconnaîtrez peut être le visage, et à ce moment-là vous verrez que vous saviez beaucoup de choses mais que vous n’étiez pas prêt à vous en rendre compte, parce que l’intellect bloque. Si vous écoutez les cassettes, allez-y, mais pas avec l’intellect. Ne vous occupez pas de demain, de la semaine prochaine, occupez-vous de tout de suite. Mauvaise habitude…

Richard Glenn :
Vous parliez des êtres sur différentes planètes, pas nécessairement sur le plan physique, mais comment sont les êtres sur la planète Saturne ?

 

Bernard de Montréal :
On continue…

 

Richard Glenn :
Il y a beaucoup de questions, qui sont déjà répondues, c’est pour ça que je les passe…Les entités plutoniennes sont-elles négatives ? Négatives au corps physique ?

Bernard de Montréal :
Oui… sont-elles quoi ?

Richard Glenn :
Néfastes au corps physique.

Bernard de Montréal :
Elles sont négatives au corps mental de l’humain et au corps astral de l’humain. Elles ont une influence sur ces deux corps.

 

Richard Glenn :
Il y a des gens, n’oubliez pas, Bernard, qui viennent ici pour la première fois, donc voici la question : Vers quelle année ce grand bouleversement des grandes révélations doit-t-il arriver ? Vous avez déjà répondu à cela dans d’autres conférences…

 

Bernard de Montréal :
Même si les gens sont ici pour la première fois, ça ne change pas mon point de vue.
Richard Glenn :
Non, mais c’est qu’eux ils veulent l’entendre.

 

Bernard de Montréal :
C’est pas ma faute. moi je dois parler ce que je dois parler…

 

Richard Glenn :
Alors, en quelle année ?

 

Bernard de Montréal :
Je ne parle pas, et quand bien les gens me demanderaient des années... ne me demandez pas des années, je ne parle pas des années.

 

Richard Glenn :
C’est la réponse…

 

Bernard de Montréal :
J’essaie de faire comprendre aux gens, de voir les choses d’une autre façon, alors tout ce qui touche à la curiosité de l’ego, et puis en quelle année il y aura un tremblement de terre et en quelle année San Francisco, va tomber dans l’eau…les gens sont des vrais… comment est-ce qu’on dit ? Masochistes ! Il y a des gens, qui se plaisent de savoir quand ça va sauter New York… Mais si on vous dit que vous serez à New York en ce temps-là, ça ne vous plairait pas, il ne faut pas vivre du malheur des autres, il s’agit d’être conscient. Quand on est conscient ça n’a pas d’importance quand ça va sauter, au moins vous ne serez pas là, dans le temps, c’est ça le message que je veux faire comprendre.

Richard Glenn :
La méditation peut-elle aider justement l’être humain à découvrir les plans de conscience ?

Bernard de Montréal :
Oui, la méditation est un outil extrêmement viable qui est très bon, qui permet à l’humain de ralentir un peu l’influence de son corps astral sur son corps mental, qui le met à l’écoute de lui-même, c’est très bon, du moment où les humains comprennent que ce n’est pas la fin !

La fin viendra toujours d’en haut, ce qui vient de l’ego, les efforts de l’ego de l’humain, les efforts au niveau de l’ego pour se spiritualiser, ça c’est bon, ça fait partie de l’expérience de l’humain, et c’est bon, du moment où que l’humain sait qu’un jour lorsque cette étape sera terminée, il y aura l’autre étape, et l’autre étape de la conscience pure vient d‘en haut, en leur temps à eux, et non dans votre temps à vous, alors d’ici à ce temps-là, la méditation c’est très salutaire, mais c’est comme n’importe quoi il y a des gens qui font des abus dans tout…

Richard Glenn:
La méditation transcendantale avec les mantras, est-ce que cela aide à quelque chose ?

 

 

Bernard de Montréal :
Tout aide, tout aide, mais le problème avec les mantras c’est que les mantras peuvent devenir une béquille… ce que je crains pour l‘humain c’est qu’il développe toujours une béquille de qu’on lui donne pour aider à son évolution spirituelle, la fameuse béquille, et moi je sais, que la béquille de l’humain sera détruite lorsque les énergies descendront dans l’ego, ça c’est une garantie absolue que je vous donne et je le sais par expérience.

Toute béquille, toute béquille sera détruite, parce que les béquilles font parties des formes, et le contact entre les plans de la lumière qui sont en dehors de la forme, et l’humain, c’est un contact qui est absolu, il n’y a plus… l’ego n’a plus de JE , l’ego ne peut plus jouer parce que l’ego à ce moment-là doit devenir un canal, alors automatiquement s’il doit devenir un canal, tout ce qui peut obstruer ce canal même si c’est bon à un certain moment, à un certain moment, ça ne sert plus.
Tout, tout ce que fait l’humain pour se spiritualiser, pour avancer, pour chercher, cela fait partie de son expérience, et lorsque le temps vient pour cet humain, de vivre la connexion, à ce moment-là, tout saute ! Alors en attendant continuez à vous accrocher après les murs.
Je ne peux pas vous parler d’une façon sympathique puisque je ne suis pas un être sympathique, mais je peux vous parler de façon précise, parce que je suis un être précis, pour vous permettre d’aller plus vite, pour vous permettre de comprendre des choses qui souvent prennent des années et des années, et des années avant qu’on le réalise. 
Ce que l’humain apprend d’en haut, ce n’est pas ce qu’il a appris d’en bas, c’est l’opposé, ce que j’appelle la destruction des formes, c’est totalement l’opposé, c’est pour cela que très peu d’humains pourront vivre cette expérience, sur la terre.

 

Richard Glenn :
Pour atteindre le plan de l’âme, l’humain doit-il, comme disait Socrate, se connaitre lui-même, et par là, étudier les plans de la nature minérale, végétale, animale en lui, par la connaissance intime de ces espèces ?

 

Bernard de Montréal :
Lorsque l’humain sera dans la connaissance de lui-même, il pourra étudier ces plans de par lui-même, effectivement, parce que lorsque l’humain se connaît lui-même, il est dans la connaissance de la conscience et lorsqu’il est dans la connaissance de la conscience, il a accès aux plans de la conscience, le plan minéral c’en est un, le végétal c’en est un autre, l’animal, le plan de l’humain c’en est un autre, mais l’humain doit être dans sa propre conscience interne et à ce moment-là le monde lui devient totalement visible et totalement compréhensible, il n’a plus besoin de science matérialiste.

 

Richard Glenn :
Définir la pensée, c’est quoi penser ?

 

Bernard de Montréal :
Définir la pensée ? 
La pensée c’est un mécanisme qui est imposé au corps mental de l’humain pour permettre à son ego de croire qu’il a un libre arbitre… La pensée c’est un phénomène cosmique, dans l’humain dont il ne connaît pas encore les lois, dont il ne connaît pas les causes, et dont il ne connaît pas aussi les déformations. L’énergie part d’en haut et elle descend sur les plans de l‘humain, et lorsqu’elle arrive dans le mental inférieur de l’humain, cette énergie est déformée, elle n’est plus la même, elle est dégradée, de sorte que la pensée de l’humain n’est plus pure, elle est colorée par son émotion, et de cette émotion l’humain tire toutes les conclusions qu’il veut de la vie, et de la philosophie de la vie, et de la psychologie de la vie, et il vit à l’intérieur de cette forme, et c’est ce que j’appelle de l’ignorance…

Lorsque cette pensée n’existe plus, lorsque cette pensée a été détruite parce que la vibration a changé le corps mental de l’humain, pour qu’il se serve de son corps mental supérieur au lieu du corps mental inférieur, à ce moment-là la vibration descend elle est précise, elle est juste et l’humain sait avec précision et justesse ce qu’il a à savoir, et toutes les conditions de sa pensée antérieure, de sa pensée subjective, de sa pensée personnelle n’existe plus, parce qu’il n’est plus dans la pensée subjective, il est dans la communication universelle, il communique avec, il n’a plus à penser, quand tu communiques avec tu n’as plus à penser ! 


D’ailleurs vous le faites avec le téléphone… quand vous êtes paresseux, qu’est-ce que vous faites ?Vous demandez à une opératrice, vous demandez : Donnez-moi tel numéro, tel numéro et elle vous le donne, au lieu de chercher, chercher… l’humain doit faire comme ça, il va commencer à communiquer avec le Bell téléphone, sans payer 40 cents, ah ! Mais il doit le payer quarante cents, parce que dans le processus d’ouverture du centre mental supérieur il y a un prix à payer, et effectivement, c’est 40 cents, Bell a raison….

La pensée c’est un phénomène nécessaire à l’involution de l’humain, il était nécessaire dans le passé, durant la période des Atlantes, les Atlantes ne pensaient pas, les Atlantes vivaient dans leur conscience astrale, ensuite est venu l’humain, après les Atlantes, la race arienne, où la faculté de penser c’est développée, mais à chaque fin de cycle, les humains s’imaginent toujours que là où ils en sont rendus c’est la fin de tout , il y a eu des Atlantes qui se sont imaginés que là où ils en étaient rendus c’était la fin de tout, ils se sont aperçus du contraire, et à la fin du 20 ème siècle l’homme aussi croit que là où il en est rendu avec sa science, sa technologie, sa faculté de penser, sa faculté analytique, qui… c’est la fin de tout, ce n’est pas la fin de tout , c’est la fin d’un cycle !

Et ensuite il y a un autre cycle où l’humain n’a plus besoin de penser, il n’a plus besoin de mémoire personnelle parce qu’il a une mémoire universelle, à ce moment là c’est un autre cycle, et ensuite ce cycle atteint 2500 ans, il est détruit encore et vient encore une autre race, et cette race aussi celle qui venait avant elle, croit que c’est la fin de tout, ce n’est pas la fin de tout… 
La 6ème race de l’humain croira que c’est la fin et elle s’apercevra que ce n’est pas la fin, et viendra ensuite la 7ème race de l’humain où il pourra projeter dans l’espace ses pensées et les matérialiser, et ce sera la fin de l’évolution de la 7ème race sur la Terre.Alors, il y a des cycles, il est temps que les gens commencent à comprendre qu’on n’a pas à se prendre au sérieux avec nos pensées, parce que nos pensées ne découlent pas de nous-mêmes ! 


Nos pensées viennent d’autres plans mais elles sont dégradées, et elles nous donnent la coloration de nous-mêmes, elle est là l’explication partielle du phénomène de la pensée, que je donne dans les séminaires pour faire comprendre aux gens ce que veut dire l’illusion de la pensée subjective, et c’est lorsque l‘humain a compris, a commencé d’ailleurs çà c’est intéressant, parce que l’humain ne peut pas commencer à évoluer vers le supramental tant qu’il n’a pas commencé à comprendre l’illusion de la pensée subjective. Parce que lorsqu’il a commencé à comprendre cette illusion, c’est là que commence à descendre en lui l’énergie de l’âme et à se manifester dans son mental supérieur une vibration qui permet la construction de son mental supérieur, et qui lui enlève petit à petit les facultés subjectives de son esprit antécédent, alors la pensée doit être redéfinie, parce que l’humain ne sait pas ce que veut dire le mot pensée.

Richard Glenn :
On a parlé de l’influence des autres planètes, des êtres sur d’autres planètes qui influencent la Terre, mais quel est le rôle de la planète Terre par rapport aux autres ?

 

Bernard de Montréal :
La planète Terre aura un rôle important dans l’évolution de la galaxie, lorsque l’humain aura développé son corps morontiel. Les êtres qui sont en évolution, les autres races qui sont en évolution dans la galaxie, ont besoin d’une substance nouvelle, et cette substance nouvelle fait partie de l’amour que possède l’humain, l’humain possède l’amour, il est dans l’amour mais il ne connaît pas l’Amour, il ne peut pas réaliser, ’Amour, et il ne peut pas vivre de l’Amour, il ne peut pas créer avec l’énergie de l‘Amour parce qu’il n’a pas l’intelligence suffisamment développée.
Lorsque l’humain aura l’intelligence suffisamment développée, il pourra se servir de l’énergie de l’amour et à ce moment-là créer un pont entre la planète Terre et les autres planètes, afin de permettre qu’un jour la Hiérarchie puisse renverser le temps, pour que se termine l’évolution du système solaire tel que nous le connaissons. C’est le but, la fonction de l’humain, en relation avec les autres planètes, mais comme la galaxie ne peut pas être fracturée dans son évolution, elle peut être amenée à un taux de vibration suffisamment grand, qui nécessite la collaboration d’une race particulièrement choisie pour ce travail, et c’est l’humanité, et l’humain ne peut pas travailler avec ces forces tant qu’il n’a pas conscientisé ses corps, c’est pourquoi la Terre a une grande importance sur le plan cosmique. Mais tant que l’homme n’aura pas réalisé par lui-même la nature de son savoir… et qu’il n’aura pas substitué à son égo, son esprit : il sera incapable de commencer ce travail.

C’est pourquoi les extraterrestres ont besoin de l’être humain pour changer l’orientation de leur vision, parce que les extraterrestres ont 4 facultés principales : Ils ont la faculté de connaitre tous les temps et sont incapables de voyager dans le temps en relation avec la faculté de leur connaissance, c’est pour cela qu’ils sont obligés de se servir de cerveaux que vous appelez les robots électroniques très avancés qui enregistrent instantanément dans l’éther, les fonctions des races qui sont en évolution.

Mais il leur manque une faculté, il leur manque la faculté de pouvoir enregistrer l’amour de l‘humain, et tant qu’ils ne seront pas capables d’enregistrer la faculté de l’amour de l’humain, ils seront incapables de puiser dans la conscience de la planète, suffisamment d’énergie pour changer l’orientation de leur temps et donner à leur temps une verticalité, qui ferait d’eux éventuellement des êtres suprêmes, et ce secret des extraterrestres est un secret qui sera dévoilé dans les conclaves interplanétaires, lorsque l’humain sera suffisamment puissant pour retarder l’ingérence de ceux - de ces extraterrestres - qui veulent contrôler l’évolution de la galaxie et empêcher que se développent et se diffusent dans la galaxie, des armes vibratoires trop puissantes. 


Si nous avions l’occasion de parler sur un plan d’égalité avec monsieur Migueres et les contact extraterrestre qu’il a vécus, nous serions en position, en tant qu’homme, moi et lui, de faire connaitre sur la table de l’expérience, les raisons pour lesquelles les extraterrestres sont intéressés à venir sur la planète Terre, et les raisons ne sont pas connues de l’humain, mais les raisons sont connues de l’âme de l’humain : C’est pourquoi l’humain doit entrer un jour dans la conscience de son âme pour comprendre les plans de l’évolution cosmique.

L’être humain n’est ni trop petit, ni trop grand, l’humain ne se mesure pas à son passé, il se mesure à son demain et son demain est dans le temps où l’âme est prête à entrer en fusion avec ceux qui sont dans la lumière : C’est là, que l’humain, la race humaine aura le droit d’aîné, comme les races qui évoluent dans d’autres galaxies. On ne peut plus se permettre en temps qu’humain, je dis en tant qu’humain, en tant que race humaine, d’être influencé de l’extérieur....Bernard De Montréal

Publié par Cristalyne 15 Mars 2018  Colonne de feu 2

 

×