Rumi 2
***Djalâl ad-Dîn Rûmî *** Éveilleur d'âmes***
***L’homme est un livre, en lui toutes choses sont écrites,
mais ses opacités ne lui permettent pas de voir ce qu’il sait***
 

Djalâl od-Dîn Rûmî est un mystique musulman persan qui a profondément influencé le soufisme.Il reçut très tôt le surnom de khodâvendegâr, ou mawlânâ khodâvendegâr ou mevlânâ, qui signifie « notre maître »Surnommé aussi Mawlanna, qui signifie maître ou seigneur,Rûmî est considéré comme le plus grand poète mystique de la langue persane et l'un des plus hauts génies de la littérature spirituelle universelle. Né le 30 septembre en 1207, à Balkh, dans le Khorasan (aujourd'hui en Afghanistan), il vécut la plus grande partie de son existence en Turquie au terme d'une errance de plusieurs années avec sa famille qui avait fui les massacres de Gengis Khan. Son père, théologien et enseignant, assura à son fils une éducation d'érudit. Sa vie durant, Rûmî fut obsédé par le désir de trouver la voie qui aboutirait à la fusion de l'âme en Dieu. Il s'initia aux pratiques dusoufisme, à la méditation jusqu'à l'extase. 


Sa vie bascule lorsque le 30 novembre 1244, à Konya, il rencontre un derviche errant, originaire de Tabriz, le moine soufi Shams al-din. Pris d'une véritable passion pour le personnage, Rûmî abandonne tout, famille, enfants, sa fonction, sa maison pour travailler aux côtés de celui qui devint son initiateur, son maître. L'aventure passionnelle de Djalâl al-din Rûmî et de Shams fit scandale et il faudra que Shams soit assassiné pour que Djalâl al-din Rûmîre devienne lui-même et mette en ouvre les expériences et les enseignements qu'il a assimilés en créant la confrérie soufie des derviches tourneurs. Aujourd'hui encore, il existe des adeptes de cette discipline codifiée par Djalâl al-din Rûmî où la musique et la danse sont le moyen de parvenir aux Son couvre principale demeure le Mesnevi, recueil de quelque cinquante mille vers. Sa philosophie, sa morale, sa doctrine mystique y sont contenues. Henry Corbin en parle comme du « 
Coran persan ». Rûmî est mort le 17 décembre 1273, à Konya, où son tombeau fait l'objet d'une grande vénération. 
 
Du samâ des derviches tourneurs, il fut aussi l'un des plus grands poètes mystiques de l'islam et demeure aujourd'hui encore un «maître d'éveil» reconnu par les soufis. Nous lui devons l'apport à la spiritualité de la notion de beauté, d'art, l'importance de la musique, de la danse et de l'amour.Né dans le Khorassan (actuel Afghanistan) dans la ville de Balk (l'ancienne Bactriane), Djalâl ad-Dîn Rûmî était le fils du grand théologien Bahâ ad-Din Walad, qui, frappé de la sainteté de son fils, le surnomma dès son enfance Mawlânâ, «Notre Maître». Sa mère, Ma'mine Khâtûn, était la fille de l'émir de Balk, descendant d'Ali le quatrième calife.En 1219, fuyant la menace mongole, la famille quitta Balk qui fut pillée et détruite l'année suivante, pour un long exil qui débuta par un pèlerinage à La Mecque.C'est à Nishâpûr, autre étape de leur périple que Djalâl rencontra le poète Farad ad-Dîn Attâr, qui, émerveillé par la précocité de ses dons, lui offrit son Livre des Secrets et déclara: «Quelle flamme, quel feu il apportera au monde!»
0000ibn arabi voyage sans retour
Ibn' Arabî

 

A Damas, l'illustre Ibn' Arabî, voyant un jour Djalâl adolescent cheminer dans le sillage de son père, se serait écrié: «Louange à Dieu, voici un océan qui marche derrière un lac.»

En 1226, Rûmî épousa Gauher Khâtûm, fille d'un ouléma (théologien) de Samarkand (Ouzbékistan) qui lui donna deux fils, Alâ ad-Din et Sûltan Walad, poète lui aussi. La famille se fixa enfin à Konyah (Turquie), où Bahâ ad-Din Walad reprit son enseignement, mais mourut deux ans plus tard (1230).

Son fils, bien que très jeune, lui succéda, avant de partir approfondir ses études à Alep et Damas, où il fut l'élève d'Ibn' Arabî. Il ne regagna Konyah qu'en 1240. Gauher étant décédée, il contracta une nouvelle union.

Enseignant la théologie et la jurisprudence, mais toujours en quête et en éveil, Rûmî cherchait une méthode spirituelle pour parvenir à l'union parfaite avec Dieu...

000 shams

Rencontre entre Rûmî et Shams (BNF)
 

Shams, un derviche errant, originaire de Tabriz (Perse), vint à croiser sa route. Fils de l'imam Alâ al-din, Shams, doté d'une vive intelligence et d'une culture prodigieuse mais atypique, vivait tel un vagabond.La rencontre entre Rûmî et Shams, leur relation et les anecdotes qui les concernent appartiennent à la légende plutôt qu'à l'Histoire.A la vue de ce lettré bien vêtu, en train de lire un ouvrage précieux entouré d'un grand nombre d'autres livres savants, dans un jardin public, le traîne-savates lui demanda :

- Qu'est-ce que tu fais au milieu de tous ces livres ?

Sans lever la tête, Rûmî lui répondit :

- Quelque chose que tu ne peux pas comprendre !

- D'un bond souple, Shams esquissa un pas de danse, s'éleva dans les airs, puis, d'un coup de pied précis il expédia une pile d'ouvrages dans le bassin au bord duquel le savant homme lisait.

- Le lettré se pencha vivement au-dessus de l'eau pour retirer les parchemins avant qu'ils ne s'abîment au fond du bassin et ne se détériorent.

A sa grande surprise, il récupéra les ouvrages tout secs, sans qu'ils aient pris l'eau.

Intrigué par ce miracle, il leva les yeux sur l'intrus. Il fut frappé par sa beauté et sa prestance naturelle malgré les nippes dont il était vêtu. Il lui demanda poliment :

- Qu'avez-vous fait là ?

- Quelque chose que vous ne pourriez pas comprendre !

A cet instant, comme frappé par la foudre, Rûmî reconnut son véritable maître spirituel dans ce vagabond, et le considéra comme l'envoyé céleste tant attendu...

00rumi

Derviche errant
 

Shams, vivait en effet dans très grande simplicité, de fruits, de méditation, de prières, de musique et de danse. On a dit qu'il était lié à la secte ismaélite fondée jadis par Hassan ibn al-Sabbah, le Vieux de la Montagne, qu'il y avait acquis le plus haut degré de l'initiation, celui de «Daïs l'Kebir».

Pour toute richesse, il possédait une flûte ney (à 6 trous), un qanûn (tambourin), un long fez conique en feutre, une ceinture de cuir d'aigle doublée de peau de serpent et portait par tout temps son unique costume de souple laine blanche non écrue. Il jeûnait souvent, parfois durant des semaines entières.Tout naturellement Shams s'établit auprès de Rûmî qui délaissa ses cours, sa fonction et ses élèves, pour vivre de «véritables noces mystiques» en compagnie de l'élu, dans la solitude monacale d'un jardin retiré proche de la ville.

«A ses côtés, il éprouva l'exaltante perfection née de la danse, dans l'harmonie des parfums, de la beauté subtile des roses et du chant des oiseaux», nous dit Aziz al-Hadjadj qui ajoute cette phrase équivoque: «Il ressentit la présence de son Bien-Aimé à travers l'union avec l'aimée.»

derviche tourneur
 
Derviche tourneur
 

Au cours de mois d'«études raffinées, d'échanges de savoirs pointus, de communion mystique» - nous dit la chronique, Shams dévoila à son ami les arcanes des sciences secrètes. Il lui apprit à lire dans les astres, dans la pensée des autres, il lui enseigna comment communiquer à distance ou se rendre invisible et bien d'autres procédés étranges. Il lui révéla l'extraordinaire pouvoir de la musique alliée à la danse, la subtile alchimie qu'opèrent le rythme, les sons et le mouvement du corps dans la création de la beauté, la souveraineté de la cadence.

Dansant au clair de lune au son du pipeau, Shams, dans une lente métamorphose, muait devant l'ami en extase sa silhouette ingrate de mendiant pauvrement vêtu, en une éblouissante apparition d'archange virevoltant vers les étoiles.

L'union si parfaite entre ces deux âmes d'élite fit jaser les âmes viles, tenues à l'écart de leur cercle. Comme souvent en pareille circonstance, des attaques sournoises, des propos délétères, des insinuations nauséabondes vinrent empoisonner la vie des deux philosophes.

rumi et shams
 
La séparation
 

Un jour, pour libérer son âme-sœur de la pression jalouse et des commérages de ses proches, Shams s'en fut à Damas. Il en revint, quelques mois plus tard, à l'instante prière de son ami. Ce fut pour succomber en 1247, assassiné par des disciples de Rûmî, jaloux de son intimité avec leur maître, à l'heure même qu'il avait prédite pour son retour aux sources.Inconsolable,

Rûmî créa le samâ (ou semâ) cette danse rare, parfaite, en souvenir de Shams qui l'avait initié à cette forme d'extase mystique, émouvante projection de la musique et du mouvement dans la tourbillonnante ivresse du corps et des sens.C'est par cette danse du derviche virevoltant inlassablement sur lui-même dans un état second, que Rûmî finit par retrouver son «maître», non pas dans le ciel, mais en lui-même, lorsque guidé par l'intuition, il sut qu'il n'y avait pas de différence entre maître extérieur et intérieur...

0000rumi2

Rûmî s'était identifié avec Shams au point de signer de son nom le recueil d'Odes mystiques (Diwân-e Shams e-Tabrizi) et de se livrer dès lors exclusivement à la méditation, à la musique et à la danse, fondant l'ordre des derviches tourneurs Mawlawiya (de Mawlânâ, le surnom de Rûmî) et rédigeant son œuvre majeure, le Mâthnawi, à sa mémoire.

Lorsque Rûmî mourut, en 1273, tous les habitants de Konyah prirent le deuil. Son magnifique mausolée y est aujourd'hui encore l'objet d'une grande vénération.

mosquee konyah
 
Mosquée de Konyah
 

Son fils Walad perpétuera la confrérie des derviches tourneurs fondée par son père et lui donnera la structure d'un ordre pérenne qui subsiste chez les initiés, malgré ses nombreuses déformations copies ou avatars destinés aux touristes.

 


L'œuvre de Rûmî

Outre les Odes mystiques, elle comprend de nombreux quatrains (Rubâ'yât)et le Mâthnawi, immense poème de 45.000 vers, véritable odyssée de l'âme qui doit mourir à son moi afin de vivre éternellement en Dieu.

En Occident, le Mâthnawi suscita l'admiration de Goethe et de Hegel. Le Livre du Dedans (Fîhi-mâ-fîhi), en prose, rapporte les propos tenus par Rûmî et réunis par Sûltan Walad; il permet de mieux comprendre la pensée du maître et le soufisme en général.


L'enseignement

Après s'être imprégné de l'esprit de Shams, avoir assimilé les connaissances de tous les grands esprits de son temps et être parvenu lui-même à la parfaite communion mystique, Rûmî assura sa mission d'éveilleur d'âme, en mettant au point le samâ, sa méthode pour accéder à l'union avec Dieu.

Depuis son initiation, la musique évoquait celle des sphères célestes, représentait la vibration créatrice initiale. La danse sacrée des derviches, le samâ, véritable office liturgique, recréait sur la terre la ronde vertigineuse des planètes, la joie triomphale qui anime le cosmos.

Dès lors, sa prédication et son œuvre chantaient avec ardeur l'amour, l'amour divin d'abord, mais aussi l'amour pour tous les hommes, pour tous les êtres vivants...

 

derviches tourneurs
 
Derviches tourneurs

Sans trahir le message de l'Islam, Rûmî, en panthéiste résolu et convaincu, voyait en toute chose la présence de Dieu, ce qui l'amenait à nier l'existence du Mal - qui n'était pour lui que l'ombre qui souligne la Lumière. Musulman fervent, il n'en proclama pas moins l'égale valeur de toutes les religions et, au lendemain des croisades, n'hésita pas à incorporer dans ses ouvrages des paraboles chrétiennes.

L'enseignement de Rûmî est resté vivant jusqu'à nos jours, non seulement parce que, dans tout l'Islam, ses poèmes sont lus et psalmodiés lors des pèlerinages, mais grâce à la confrérie Mawlawiya, qui se répandit après sa mort dans tout l'Empire ottoman et reste encore active dans plusieurs pays musulmans.

Les novices y sont astreints à une retraite beaucoup plus longue que dans les autres tarîqa. Ils s'enferment dans un monastère pendant mille et un jours, soit près de trois années, dont «la première est consacrée au service d'autrui, la deuxième au service de Dieu et la troisième à veiller sur son propre cœur».

Le nouveau disciple mène une vie communautaire d'une grande austérité; afin de le mortifier, on lui donne à exécuter des tâches fatigantes ou rebutantes. Mais, une fois initié, il peut participer, sous la direction de son maître, à la cérémonie du samâ, cette danse vers les étoiles, où «vêtu de blanc, symbole du linceul, coiffé de la haute toque de feutre, image de la pierre tombale, et enveloppé d'un long manteau noir, représentant la tombe», qu'il laissera glisser de son corps avant de danser, «comme libéré de son enveloppe charnelle pour une seconde naissance et la montée vers Dieu. »

Dans le samâ, le cheikh, au centre du cercle, figure le Soleil, reflet de Dieu, tandis que les disciples incarnent les planètes. Ainsi se réalise l'union suprême que souligne le son subtil du ney, (pipeau) accompagné du battement du qanûn (tambourin).

Je n'ai assisté qu'une seule fois au samâ, dans des circonstances que je raconte par ailleurs, mais j'en garde le souvenir d'une des heures les plus belles de ma vie.

Les travaux d'orientalistes occidentaux ont mis en lumière l'importance de Djalâl ad-Din Rûmî, aujourd'hui reconnu comme un des plus grands mystiques de tous les temps. Non seulement son œuvre immense exprime l'essence même du soufisme, qui atteint avec lui son apogée, mais elle est tout entière consacrée à la «nostalgie du divin». Cette célébration d'un amour «en apparence terrestre est en réalité une hypostase de l'amour divin», acquérant de ce fait une portée véritablement universelle.Rûmî est mort le 17 décembre 1273, à Konya, où son tombeau fait l'objet d'une grande vénération... 

Rumi 

Paroles de Rûmî :

«L'homme est comme un arc dans la main d'Allah...»

«Quel bonheur de se sentir l'arc bandé sous la main de Dieu!»>

«Ma vie tient en trois mots: j'étais cru, j'ai été cuit, je suis brûlé.»

«J'étais neige, tu me fondis. Le sol me but. Brume d'esprit, je remonte vers le soleil.»

«Ta beauté, ô mon aimée, m'empêche de contempler la Beauté.»

«Le pouvoir est un poison sauf pour celui dont le cœur possède son antidote: l'amour.»

«Plusieurs chemins mènent à Dieu, j'ai choisi celui de la danse et de la musique.»

«Dans les cadences de la musique est caché un secret; si je le révélais, il bouleverserait le monde.»

«Recherche sans relâche le royaume d'Amour
Car l'amour te permet d'évincer la mort.»

«Purifie-toi de ton moi pour revivre en ta pure essence.
Relis dans ton cœur la parole des prophètes,
sans livre ni professeur, ni suivre de maître.»

Avant de disparaître, Mevlana a dit :

«Ne va pas te recueillir sur ma tombe, mais recherche-moi dans le cœur du sage.»

000 universe inside you2

 


De tous les maîtres accomplis, la manière dont Rumi à de s’exprimer avec le coeur est une caractéristique que peu de gens savent faire.Ses paroles rayonnent de compassion, et, plus important encore, d’amour inconditionnel pour soi-même.Nombreux de ses enseignements expriment l’importance de suivre son intuition, de se faire confiance et qu’il n’est pas seulement une question de croire, mais de savoir que dans la vie et dans l’amour, il y a toujours un moyen...

 

Voici les 27 citations révélatrices de Rumi qui vous apprendront à avoir confiance en vous...

 

1. « Cet univers n’est pas à l’extérieur de vous. Regardez à l’intérieur de vous-même; tout ce que vous voulez, vous l’êtes déjà. »

2. « Elle est si proche ton âme de la mienne. Que ce que tu rêves, je le sais. Les amis connaissent le

tréfonds de la pensée de l’autre. »

3. « Ne vous contentez pas des histoires de ceux qui vous ont précédé. Allez de l’avant et construisez votre propre histoire. »

4. « Elevez vos mots, pas votre voix, car c’est la pluie qui fait pousser les fleurs, pas le tonnerre. »

5. « Sachez-le: un jour viendra où ils s’éloigneront de vous et vos amis deviendront vos ennemis. »

6. « Votre coeur connaît le chemin, courez dans cette direction. »

7. « Ces douleurs que vous ressentez sont des messagers, écoutez-les. »

8. « Viens, je sais que tu es fatigué, mais c’est le chemin qu’il faut emprunter. »

9. « Sois patient, car la patience est la clé de la joie. »

10. « Arrêtez d’agir si petit, car vous êtes l’univers en mouvement extatique. »

11. « Laissez-vous entraîner par la plus forte attraction de ce que vous aimez vraiment. Elle ne vous perdra pas. »

12. « C’est votre route, et seulement la vôtre. D’autres peuvent s’y joindre et marcher avec vous, mais personne ne peut marcher pour vous. »

13. « Chacun a été créé pour un travail particulier et le désir pour ce travail a été mis dans chaque coeur. »

14. « Pourquoi es-tu si émerveillé par ce monde, alors qu’une mine d’or se trouve en toi? »

15. « L’amour est le pont entre vous et tout. le reste »

16. « Trouvez les personnes qui illumineront votre chemin. Ignorez ceux qui vous rendent effrayés et tristes qui vous entraînent vers la maladie et la mort. Mettez votre vie en feu. Cherchez ceux qui attiseront les flammes. »

17. « Si vous êtes irrité par chaque frottement, comment allez-vous être poli? »

18. « Laissez la beauté de ce que vous aimez devenir ce que vous faites. »

19. « Votre tâche n’est pas de chercher l’amour mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que tu as construits contre l’amour. »

20. « Dans ta lumière, j’apprends comment aimer. Dans ta beauté, comment écrire des poèmes. Tu danses en ma poitrine, là où personne ne te voit. Mais parfois je te vois, et cette vision devient cet art. »

21. « Ce que vous cherchez vous cherche ».

22. « Hier, j’étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même. »

23. « Les amants ne se rencontrent nulle part / Ils sont l’un dans l’autre, toujours. »

24. « Il y a une voix qui n’utilise pas de mots. Ecoute. »

25. « La blessure est l’endroit par lequel la lumière entre en vous. »

26.  Ne pas éviter les expériences difficiles ; elles sont d’excellents professeurs.

27. Se libérer des préjugés donne le discernement et cette liberté est une lumière pour les yeux, tandis que l’égoïsme t’aveugle et les préjugés ensevelissent ta connaissance dans la tombe. L’absence de préjugés rend l’ignorance sage ; les préjugés pervertissent la connaissance. Résiste à la tentation et ta vue est claire ; agis avec cupidité et tu deviens aveugle et asservi...

Rûmî dit...Mourir avant de mourir! Mourir à soi-même, avant de mourir à ce monde!

Tant que demeure en toi quelque chose de ton existence
Ne sois pas en repos, car l’idolâtrie demeure
Supposons que tu aies brisé les idoles de ton esprit:
Cette idole dont tu as cru ton esprit libéré pourtant demeure. (Rubâi’yât)

 

Le Maître citait des histoires de karâmât (prodiges). Il disait: « Si quelqu’un va d’ici à la Ka’ba en une journée ou en un instant, ce n’est ni étonnant ni un progide. Le simoun le fait aussi, il peut en un jour ou en un instant aller n’importe où. Le prodige est ce qui te transporte d’un état inférieur à un état supérieur et te fait voyager d’ici à là, de l’ignorance vers l’intelligence, de l’état inanimé à la vie. »(Le Livre du Dedans ch, 26)

 

La seule chose digne de recherche est l’Amour (Dieu); mais comment serait-Il contenu dans le piège de quiconque? Si par bonheur tu devenais Sa proie, tu pourrais rejeter ton piège et tu L’entendrais dire à ton oreille: « Etre une proie vaut mieux que d’être un chasseur. Fais de toi Mon adorateur aveugle et réjouis-toi de l’être. Reste à Ma porte et sois sans demeure afin de goûter la saveur de la Vie et de contempler la souveraineté cachée dans la servitude. »
Renonce à tes désirs, soumets-toi à Son Amour et tu trouveras le véritable sens de ta nature! Meurs avant de mourir et deviens qui tu es! Amour...

Bouche close, je te dis cent paroles silencieuses
Je les dis à l’oreille de ton coeur capricieux
Je garde en mon esprit ce que j’ai dit à ton oreille
Demain, je te montrerai ce que j’ai dit hier.
 (Rubâi’yât)

 

« Je suis venu te prendre par la main pour te priver de ton coeur et de toi-même et te mettre dans le Coeur et dans l’Ame. » (Odes mystiques 322)

***Viens,qui que tu sois,croyant ou incroyant,viens:C'est ici la maison de l'espoir..Rûmî***

Bismillah dit..Je suis heureuse de partager avec vous ce qui nourrit mon coeur et mon âme depuis si longtemps:les oeuvres de Rûmî...Shams a révélé l’Amour de Dieu dans le coeur de Rûmî, écoutez encore et encore et laissez votre coeur entendre et comprendre….Merci de votre visite. Puisse ce qui a bouleversé mon coeur toucher le vôtre aussi...Shemsi Husser​

Bismillah

Site de Shemsi Husser à découvrir ICI...http://rumi-blog.com/


 

 
AL-HADJADJ (Aziz)...L'Amour et la Beauté seuls chemins vers Dieu...https://www.hommes-et-faits.com/Islam/lz_amour_islam.htm
 

Publié par Cristalyne 17 Juillet 2016  Colonne de feu 2

 

 

 
×