000tot

***La Théurgie, Connaissance et Pratique des Principes Universels***

Site destinée à l'Evolution de la Conscience : et donc basée exclusivement sur le vrai Centre de toutes choses et de tout être : qui est l'Amour-Harmonie...L'ignorance a ceci de positif qu'elle n'oblige pas à s'engager, mais elle a ceci de négatif qu'elle laisse le monde en proie au chaos ! L'harmonie, quelque forme qu'elle prenne, est la seule Voie réellement élévatrice. C'est pourquoi, depuis toujours, elle fut combattue dans toutes ses ramifications... L'essentiel n'est donc pas l'éventuelle croyance qui nous anime, mais ce qu'on accomplit ! Soyons le changement positif que nous désirons voir dans le monde.Que Lumière ,Amour et Puissance restaurent le Plan sur la terre.. Thot Théurge

Extrait /La Théurgie, connaissance et pratique des Principes universels

Que l'Amour soit roi. Que la Connaissance soit reine. Et que l'Unité soit... 

Dans l'Ordre universel tout est à sa place. Et l'ensemble sert la Gloire ainsi que le Dessein de Celui qui institua les choses, tout en orientant les êtres pensants (en toute bonne logique) vers Son Etre qui est Harmonie absolue ! Tel est le Projet initial et final : amener tout et tous à une Cohésion de fait et à une Communion au sein d'une Nature supérieure qui n'est rien moins que divine. 

Tout ce qui brime, freine ou altère ce But (au niveau des hommes ce sont les pensées traduites en actes) peut et doit être considéré comme une erreur car provoquant, à terme, une désunion métaphysique et une réelle impossibilité d'évolution ! La liberté permet certes le refus de la Grâce mais nous place aussi, de fait, en opposant : non seulement vis-à-vis des hommes qui ne correspondent pas à nos convictions, mais aussi de l'Esprit Lui-même qui cherche à TOUSnous relier... 

Imaginons le monde tel un cercle fini : avec ses différentes croyances et incroyances toutes délimitées dans cette circonférence. Enlevons maintenant de cette sphère toutes les opinions qui ne correspondent pas à la nôtre (dans les faits cela revient à les combattre intellectuellement voire physiquement), que reste-t-il ? Nous, les élus, les choisis, les justement pensants... Nous avons gagné! Mais est-ce vraiment exact ? Dans un tel cas de figure, qui est loin d'être illusoire et non fondé dans la réalité (il n'est pour s'en convaincre que de noter certaines idées, propos ou écrits), nous avons oeuvré telle une caste de privilégiés, une élite qui s'estime au-dessus de la masse des hommes. Nous avons fait preuve d'intolérance envers quiconque est différent. Si cela s'était traduit concrètement, que serait-ce sinon un génocide ? Serions-nous dès lors meilleurs que ceux que nous avons méprisés ? Chacun pourra répondre... 

Cette image n'est pas aussi caricatural qu'elle paraît. De par les âges, au travers de multiples civilisations, et jusqu'à certains croyants des religions actuelles, nous sommes toujours dans un cycle de division et d'opposition. Il est même très étrange, pour peu qu'on analyse la chose, de voir avec quelle férocité beaucoup mettent l'accent sur les éléments de divergences plutôt que sur les données élévatrices ou positives pour l'ensemble. C'en est au point qu'il faille insister sur des paramètres pourtant rationnels et sains que d'aucuns, hélas, ne semblent plus distinguer. Ainsi, et au-delà du cercle des antagonismes entre religions différentes, il ne faut pas oublier la sempiternelle lutte entre Foi et Connaissance... 

Pour nombre de fidéistes, méconnaissants du sujet, il existerait en ce domaine un danger notable (ce n'est d'ailleurs pas totalement faux !) qui orienterait l'hermétiste dans une voie uniquement dédiée à l'homme et exempte de toute Grâce : un chemin d'où serait écartée la Divinité... Une telle idée puise ses sources dans le rapport qu'entretiennent certains Ordres, Confrérie ou Mouvements associés en réseau (on pense spécialement à la fumeuse Franc-Maçonnerie) au sein de notre société. L'opinion générale est donc compréhensible, mais si l'analyse se fonde uniquement sur des chaînons, les réflexions ultimes ne peuvent cependant qu'être tronqués! 

Je reviendrai longuemment sur les funestes démarches de ces Ordres prétendument initiatiques, qui ne sont que farces aux yeux des cheminants et véritables Adeptes, et qui ne visent qu'à souiller les authentiques, sincères et saines aspirations des derniers, mais reste ce fait implacable et oppressant : nombre de fidéistes estiment que le chemin initiatique est une contre-eglise, une abomination voire un culte rendu à l'homme seul... En réalité, et ceux qui liront les pages suivantes ne pourront affirmer le contraire, la voie hermétiste est certes une Science mais ne détache nullement l'homme de son Créateur ! Et, tout comme la Foi à un niveau mystique, appréhende l'un et l'Autre dans une démarche unitaire qu'il nous faut trouver. La religion chrétienne parfaitement comprise ne prétend d'ailleurs pas autre chose, pour elle aussi il est question d'une seule chose primordiale : l'union de la nature et de la Grâce! Et qu'est-ce l'Adeptat des Théurges sinon la Transmutation de la nature humaine sous l'effet (et l'acceptation) du Feu divin ? Non par nos seules forces (comment en serions-nous capables ?) mais par la communion avec l'Esprit en nous : qui nous rend conforme à Lui et permet de dépasser l'Image !! 

Qu'il n'y ait donc aucune ambiguité à ce sujet : bien qu'il utilise la Sagesse d'une Science (toujours bien méconnue, et donc fatalement décriée, par de nombreux hommes), celui qui parcourt le Sentier initiatique sait et comprend qu'il a beau avoir de multiples gardes sur sa citadelle, le véritable Gardien est la Lumière divine en Lui : c'est là qu'il puise toute aide, réconfort, maturité et sainteté! Les forces humaines, lorsqu'elles devaient faire le choix de la matérialité ou de la spiritualité ont largement prouvées que si elles étaient laissées à elle-même et qu'elles désiraient marcher en toute indépendance, elles chutaient invariablement : car friables et non éduquées, et donc, inévitablement, victimes on ne peut plus faciles des tentations méphitiques... 

La Science hermétique, parce qu'elle est consciente des dangers inhérent à sa quête, parce qu'elle puise dans sa Tradition, se méfie donc totalement de ce que j'appelle l'Homothéisme (voir plus loin dans le livre) : qui n'est qu'un piège flattant notre petit égo et qui mène, inévitablement, à une répétition de notre Chute! Voire à notre perte... 

Ces deux sentiers (celui de la Foi et de la Connaissance) sont donc loin d'être aussi disparates que le pensent les méconnaissants. D'autant moins qu'ils insistent, et d'égale manière, sur des moyens identiques : compassion, charité, amour du prochain, désintéressement, aide et partage... Il peut certes être question de distinctions sur la forme, mais ce qui importe n'est-ce pas le fond ? 

L'initié (véritable) est cependant au faîte des potentiels dangers de sa démarche : il sait que, comme tout mystique, il se place de fait en opposition DIRECTE en face des adversaires métaphysiques et n'ignore pas moins que si son chemin s'arpente via la Connaissance de certains Arcanes il lui faut IMPERATIVEMENT le lier à l'Amour (au moins) voire à d'autres Qualités! Car le Savoir, par lui-même, ne mène pas à la Vie : seul l'Amour à ce pouvoir. Et ainsi donc, le Savoir détaché de la Grâce ne mène qu'à l'orgueil, à la vanité, à la corruption, et fait de celui qui en abuse une cible de choix pour les Déchus! C'est là toute la symbolique intelligente que l'on trouve dans la Génèse. 

Ceci étant bien compris, faut-il pour autant s'empêcher de réfléchir personnellement ? Est-il inutile de vouloir comprendre ? Est-ce mal (lorsqu'on sait s'accomoder d'humilité), de comprendre que quoi que l'on fasse rien ne se vole à la Providence : Celle-ci accordant Ses Bienfaits EN FONCTION DE L'AMOUR DEPLOYE ? Ces dits Bienfaits seront-ils donc refusés à ceux qui usent de la Connaissance hermétiste AUTANT qu'ils aiment ? L'histoire attestent plutôt du contraire. Pour ne prendre qu'un exemple, il suffit de penser à Albert le Grand (appelé " le Grand " de son vivant), philosophe, théologien, naturaliste, chimiste, mage, alchimiste. Professeur de renom et maître de Thomas d’Aquin... Dira-t-on qu'il ne s'agit pas là d'un illustre personnage, important non seulement pour son époque mais jusqu'à la nôtre ? Pourtant Mage et théologien... Osera-t-on faire valoir que le Docteur angélique, dont l'influence sur la doctrine chrétienne n'est plus à démontrer, ne s'en inspirât pas ? Le renia-t-il ? 

Exclure, repousser, écarter (pour diverses raisons fallacieuses et erronnées) ceux qui n'adhèrent pas à nos conceptions mentales, à notre Foi, à notre Eglise voire à notre culture, est donc en finalité aussi improductif que dangereux! C'est non seulement repousser l'Oeuvre divine Elle-même tout en se croyant "pur", mais c'est également donner grand avantage aux véritables ennemis du genre humain qui, depuis toujours, sapent toute saine réconciliation (à quelque niveau que ce soit) entre les hommes... Pourtant, lorsque deux êtres aimants mais avec des opinions, des chemins ou des dogmes divergents se rencontrent, l'essentiel est-il leur différences de conception ou leur sentiment charitable ? S'ils venaient à mourir ensemble, le Jugement s'effectuera-t-il sur leur Foi ou leur capacité à avoir répercuté le Précepte Christique ? Toute personne censée peut aisément trouver la réponse et, de ce fait, comprendre l'essentialité et la réalité du vrai Chemin... 

Dès lors, quelle importance si telle personne ne rentre pas dans notre cadre personnel défini et reposant ? L'essentiel doit-il s'axer sur ce que pense autrui ou sur le fait qu'il atteste du Commandement christique ? Bien plus : doit-on s'échiner à juger ? Ne conviendrait-il pas plutôt de montrer l'exemple d'un être qui fonde sa vie sur le Principe ? Ce Principe qui est intégré, sous une forme ou une autre, au sein de toutes les croyances et, surtout, au sein de tout homme ! Ce Principe, nommons-Le Esprit divin, qui ne cherche qu'une unique chose : nous conformer à Lui-même. Mais comment cela serait-il possible si notre égo, notre faiblesse, notre méconnaissance ou nos erreurs manifestent sempiternellement une démarche non unitaire, fragmentée, soucieuse uniquement de notre petite personne, de notre groupe, de nos certitudes ? 

Rappelons donc ici cette grande vérité sur laquelle l'odieuse déviation du mental (l'orgueil) ne peut plus s'accrocher : n'évolue, ne grandit, n'entre de plein pied dans le Désir divin que celui qui partage, qui donne (de son temps, de son être, de son savoir), qui aime SANS JUGER ! Nul ne grandit sans aimer, aider voire relever autrui !! Et surtout ceux qui lui sont dissemblables...L'Evolution spirituelle ou le salut (opinion fidéiste) appelle notre collaboration pour changer non seulement le monde mais ce qui le caractérise fondamentalement : c'est-à-dire le COEUR de tout homme... 

Le précepte du Christ bien compris est donc celui-ci : c'est dans un océan de relations apaisées, fructueuses et tolérantes que se trouve la Voie! Les multiples fourches (dues à notre culture, notre environnement, notre éducation) ne sont, elles, que des sentiers mis à notre diposition par la Providence afin que nous puissions porter le maximum de fruits là où nous sommes... 

L'important n'est donc pas tant ce que nous croyons mais, surtout, ce que nous faisons ! Ce qui importe est la réponse qui jaillit de notre conscience face aux multiples merveilles divines (externes et internes). La grandeur, la profondeur et la dimension toute entière de notre engagement n'est donc pas à comparer avec celui de quiconque ( là encore c'est un jugement) : cela doit juste être... Thot Théurge

Thot

Pour bien comprendre la différence entre Connaissance Hermétique et New Age...

Vidéo...Lumière tronquée et vérité....Toute lueur n'est pas la Lumière ! Thot Théurge

 

 

THOT THEURGE·LUNDI 22 AOÛT 2016

Il est courant, et malheureusement très fâcheux, que d'aucuns placent sur le même pied Connaissance Hermétique et New-Age. Pourtant, à qui sait le voir, la première à ses sources dans une Histoire du monde très antique et partiellement voilée; alors que la seconde, au contraire, ne cherche qu’à synthétiser différents enseignements qu’elle modèle à sa cause...

De quels enseignements s'agit-il exactement ? Ils sont aussi abondants que divers. c'est dire si la trace d'une stable continuité est infime... Il y a tout d'abord la Théosophie qui, surtout dès le départ de Helena Petrovna Blavatsky, subit des attaques en règle et un détournement manifeste dont seul peut attester un ego humain imparfait et soucieux de fausse gloire... On trouve également un mélange de différentes doctrines orientales (hindouiste, taoïstes, bouddhistes), certaines techniques chamaniques épurées de toute ascèse trop contraignantes, du gnosticisme, du druidisme, du paganisme, du yoga, un approfondissement de l’holisme, l'art du voyage astral, la musicothérapie, l'écologie, les médecines douces, le développement personnel, la méditation, le feng-shui, la visualisation, ainsi que des spéculations extraites des travaux occultes de certains auteurs (Papus, Fabre d'Olivet, Saint Yves d'Alveydre, Crowley, et d’autres) : avec tous le dangers inhérents que cela suppose lorsque le Savoir n'est pas soutenu par un réel travail intérieur. Sans oublier les opérations métapsychiques (tel le channeling) dont le socle est le spiritisme et qui, progressivement et paradoxalement, enchaîne les utilisateurs dans la densité dont ils voudraient pourtant s'extraire... C'est d'ailleurs ici, j'ai déjà écrit à ce sujet, que s'établit le lien avec les fumeux voyageurs intergalactiques et le phénomène OVNI ! Ajoutons à tout cela l'usage fréquent de drogues ou "outils" divers afin, pense-t-on, d'élargir les perceptions extra-sensorielles, et nous avons donc là une vue d'ensemble assez concrète de ce qu'est exactement cette prétendue néo-spiritualité...

Bien évidemment quiconque collabore, de près ou de loin, à ce mouvement le fait à degrés différents ou pour des raisons qui ne sont pas équivalentes... En outre, il n'y a pas lieu de déplorer ici l'élan personnel (celui-ci témoignant d'une quête individuelle que nul n'a à juger), mais on peut cependant s'étonner des moyens utilisés pour éprouver, au plus vite si possible, des perceptions qui, bien trop souvent, font abstraction de la plus élémentaire sagacité. Certaines méthodes et pratiques nécessitent pourtant un Savoir des plus conséquent afin d'éviter certains pièges... On ne le dira jamais assez, l'ignorance est l'élément sur lequel peuvent fleurir et croître les plus sombres éventualités !

S'il est vrai que la masse est éprise de connaissance (ce dont on peut se féliciter), son ignorance des Lois universelles est néanmoins son point faible, de même que son mépris d’une nécessaire discipline et d’une ascèse permettant, au pire, un discernement des choses (voire des esprits)... Le grand nombre peut donc, éventuellement, accepter la réalité des Mystères, mais il importe hélas pour la plupart que ces dits Mystères ne soient pas trop imperméables et ne demande surtout pas trop d’abnégation ! Reste que cette notion consistant à penser que tout un chacun, sans bagage structurel ou évolution conséquente, peut néanmoins intégrer des domaines que la Loi universelle découvre uniquement à ceux qui le méritent grâce à un travail acharné et un Lien conséquent, est une lacune et une inaptitude que ne cessent de railler les forces séditieuses et déviatrices !

Bouillon de cultures, de potentialités, d'opportunités, de comportements, le New Age se présente donc tel une panacée apte à satisfaire quiconque espère un mieux-être... Mais on parle surtout ici d'un confort DANS cette densité ! Quelques-uns puiseront dès lors des connaissances très terre-à-terre, d'autres s'intéresseront à des procédés énergétiques, de bien-être individuel ou environnemental, alors que d'aucuns discerneront de multiples pistes pour obtenir une spiritualité "à la carte" : si possible exemptée de prescriptions trop rigoureuses, dogmatiques ou strictes. En réalité, si on sait le voir, le New Age chemine en parallèle de notre société occidentale où le consumérisme, la sensation rapide, voire le divertissement culminent avec force. A quelque niveau que soit analysé ce modèle de pensée globale, on ne peut s'empêcher de découvrir qu'il est parfaitement adapté à l'époque actuelle, opérant une sorte de syncrétisme global : un idéal donc très adapté pour tous ceux qui souhaitent dévier et utiliser les Traditions à leur seul avantage...

On peut situer l'émergence moderne du New Age dans les années 1960-1970 : une époque où fleurissent des notions positives (liberté de choix ou de culte, paix, amour, fraternité, découverte de nouveaux horizons en bien des domaines) : tout cela en réaction à un monde qui commence à perdre ses repères (sociaux, humanistes, sacrés). Hélas, comme l'histoire humaine en atteste au plus haut point, cheminer avec de hautes vertus n'est d'aucune utilité si leur application ne jouxte pas également une réelle Evolution de la Conscience : celle-ci s'irriguant alors naturellement aux Lois universelles ! Et ceci sans réfuter, point essentiel sur lequel je reviendrai, l'immanence d'un Principe (que chacun qualifiera comme il veut) transcendant et éternel en l'homme : Principe qu'il importe d'abord de connaître, d'accepter ensuite, et auquel s'unit notre liberté... Car, pour qui l'ignore encore, voilà le but véritable de ce don qu'est la liberté !

Mais de tout cela les adeptes du Mouvement New Age n'ont que faire ! Même s'il est exact que les notions de solidarité ne semble pas absente du débat, il semble que l'impatience, le rejet de tout dogme et l'importance mise sur le ressenti ou sur la vitesse d'un éventuel changement soient, malheureusement, prépondérants. On peut certes remarquer un intense désir d'oscillation positive, mais l'absence de bloc unitaire tels qu'on peut le discerner au sein de toute Tradition est absent et, de ce fait, laisse la porte ouverte au mieux à toutes les interprétations personnelles, et au pire à toutes les déviations potentielles...

Pour établir en profondeur les différence entre le New Age et la Tradition hermétique (voire avec les multiples Tradition fidéistes) il faut en revenir à l'homothéisme...

Fondamentalement ce mouvement syncrétiste, bien que ses membres s'en défendent, est là pour nous annoncer l'âge de l'homme. Mais, et il convient de le saisir, il s'agit d'un homme coupé de toute transcendance véritable ou détourné de celle-ci ! Ce n'est en effet pas assez d'insister sur le "dieu en soi", encore faut-il associer cette réalité à un ensemble de Normes, de Règles, de Lois, de Principes dont seule les Traditions (hermétique et fidéistes) peuvent se prévaloir... Prendre en certaines doctrines uniquement ce qui intéresse est factice, vain et dangereux. C'est ouvrir la porte à ceux, et ils sont légions, qui ne demandent que cela ! Le relativisme n'a jamais servi la juste Cause...

Au niveau spirituel (au sens profond et sain(t) du terme), tout mouvement vers le haut et le durable n’est possible qu’en fonction de l’unité progressive qui s’installe entre nos nature en devenir et l’Esprit ! Il s’agit d’abord de comprendre, accepter ensuite, s’unir ET DEVENIR enfin... Le Sentier progressif qui nous fait quitter l'Image pour être Ressemblance ne peut être différent !

Pour schématiser, il nous faut comprendre et adhérer au fait que toute l’évolution spirituelle est subordonnée (à différents degrés, selon nos capacités, compréhension et APPLICATION personnelles) à l’union et à l’édification de notre personnalité imparfaite (synonyme de disjonction) avec notre individualité éternelle (l’Esprit en nous). Nous devons connaître et appliquer pour devenir... Connaître les Lois et le Principe : mais comment connaît-on vraiment quelque chose si ce n'est en son centre, en son essence ? La séparativité n'est dès lors pas en mesure d'amener qui que ce soit à l'Essentialité !

En conséquence, toute impulsion vers l’Immuable est (inter)dépendante avec la Flamme divine en notre sein (quelle que soit le Nom qu’on Lui donne) : Flamme qui induit notre discernement, notre application, notre communion. Certains, certes, soutiennent le contraire: c’est leur liberté, mais cela ne les empêche pas d’avoir tort !

S'il est certes exact que certains membres du mouvement New Age cherchent en eux la Lumière, encore convient-il de saisir qu'il n'y a pas ici de quête vers une entité personnalisée (le Saint-Esprit des chrétiens, le Feu divin des théurges, l'Etincelle Première immuable en chacun) : il s'agit de se fondre au sein d'une Force impersonnelle inhérente à toute chose qui existe. Etrange opinion, alors que la simple logique admet qu'il n'existe pas de réalités sans causes et que, dans l'absolu, seule une Cause sans cause peut être à l'origine des univers... Seule une Conscience peut générer les consciences !

La vérité c'est que dans son soucis d'ôter toute prépondérance aux diverses Traditions qui parsèment l'Histoire et ce monde, le New Age a jeté le bébé avec l'eau du bain ! A mesure d'effacer toute spiritualité vivante qu'il ne pouvait assimiler, le mouvement nie la Transcendance et y substitue un simple adoration de l'homme : celui-ci repoussant, rejetant, niant toute Transfiguration par actions conjuguées et mutuelles (c'est-à-dire de l'Esprit vers l'homme, et inversement)...

L’homothéisme, c’est-à-dire le culte de l’homme SANS Dieu, sans Grâce, sans Substrat supérieur (autrement dit complètement inapte à combattre les adversaires métaphysiques ou nos propres failles, il faut le comprendre...) apparaît ici dans toute sa noirceur !

Cette croyance s'identifie dès lors parfaitement à la promesse luciférienne ("vous serez comme Dieu"), qui n'est pas fausse en soi (le Christ l'a dit en Personne), mais le piège dissimulé par les Négateurs est qu'ils préconisent la chose en se délestant de l'Esprit divin : alors que tous les Maîtres, les Guides, les véritables Initiés et jusqu'à Dieu Lui-même (si on est chrétien) ont toujours prétendu qu'aucune évolution spirituelle et donc aucune Union n'est possible SANS la Grâce, l'Esprit, l'Etincelle divine en notre sein ! En outre, cela oblige non seulement l'être humain à se confronter (sans aide !) à ses erreurs structurelles mais, bien pire, le laisse démuni pour combattre ses authentiques ennemis (d'autant plus mortels qu'ils attaquent TOUJOURS l'ignorance) ! Car une fois la divinité écartée (de diverses manières), quelles entités restent alors seules en face de l'Humanité ?

L'homothéisme correspond intégralement avec les aspirations primordiales de toutes les puissances métaphysiques qui, depuis l'Origine, ne cessèrent de vouloir séparer les créatures (sous le fallacieux couvert d’une absolue liberté) de la Connaissance dont la base est l'Union de la nature humaine et du Germe divin en elle ! Ceci en poussant à ignorer, dévaloriser ou nier la Bénédiction en notre sein (quelque Nom que chacun Lui donne)...

Bref, quelque soient nos repères et nos convictions, l'homothéisme apparaît comme un palliatif ! Mais non des moindres cependant. Il représente la substitution absolue : ce qui, d'ailleurs, n'en dit que plus long sur son origine... C'est en effet le culte rendu à la rébellion extrême. C'est l'égocentrisme au sens le plus profond, un humanisme inversé (car excluant les supports élévateurs) : c'est une idolâtrie ! Et c'est le mal finalement, car cela fait de nous des consciences réflexives : qui "vivent" à la périphérie mais n'ont plus aucun contact conscient avec le Centre.

Bien que beaucoup en son sein s'en défendent, le New Age milite en réalité pour un Savoir tronqué et divisé car toutes ses composantes sont étirés en de multiples points : rien ne les relie ! Ce qui n'est que logique puisqu'une authentique Tradition fait défaut. Nous nous trouvons donc en face d'un brassage hétérodoxe dont le seul objectif, clairement affiché, est de fournir une "spiritualité" selon les envies débarrassée, espère-t-on, de thèses supposément aliénantes... La liberté sans culte d'aucune sorte est le grand leitmotiv du mouvement. Encore une fois, pris séparément les objectifs du mouvement n'apparaissent pas mortifères (quel mal y aurait-il, par exemple, à s'adonner à la méditation) reste que le Mensonge s'insinue toujours au plus près de la Vérité, instillant un poison d'autant plus indolore qu'il SINGE en définitive l'Harmonie...

Le syncrétisme religieux (exonéré bien évidemment de toute effluve métaphysique) est une donnée importante, car il préconise l’émergence d’une super religion dont le fondement est toujours l’homme libéré de tout catéchisme qu’on suppose aliénant. Ce n’est assurément pas un hasard, courte parenthèse, si la FM américaine (REAA) édite le New Age Magazine... Pas plus qu'il ne s'agisse d'une coïncidence si cette aspiration rejoint celle du Nouvel Ordre Mondial !

S’élever spirituellement (et donc être capable de discernement) ne se réalise jamais sans activité intérieure délicate car opposée aux constances et à l’ordre du monde... Mais une opinion intérieure qui, à la base, refuse le sacrifice, l’attente, la patience, le clair-obscur (et tout ceci pour le rapide et l’immédiat), sans oublier les multiples failles intellectuelles, morales et structurelles, ne peut qu’être le sujet manipulé de certaines forces et êtres (humains ou...autres) utilisant la séduction pour atteindre leurs objectifs ! L'ignorance jouxte toujours totalement la périphérie, et cette dernière est toute entière soumise à l'Illusion...

Le plus grand danger pour les membres de ce mouvement, et bien qu'il ne soit pas structuré, est le concept de l'expérience ! La réalité potentielle d'une Transfiguration ne se réalisant plus tant, selon eux, via un cheminement balisé, mais par un ensemble d'observations : le quantitatif s'opposant au qualitatif. Encore une idée sociologiquement très acceptable. Hélas... Comme si la démonstration individuelle était, par elle-même, garante d'un véritable itinéraire spirituel ! On retrouve ici (et nul n’en sera étonné) le fumeux précepte du spiritisme spécifiant que la science est en mesure de vérifier la réalité du fait spirite...

Par les voies qu'il propose le New Age, en plus de s'intégrer parfaitement dans notre société (ce qui en dit long), ne peut en définitive, malgré les sentiers qu'il propose, être affublé du terme de spiritualité ! Il n'est qu'un instrument au coeur de l'idéologie dominante du moment, et ne mène qu'à l'acceptation de ce monde : le syncrétisme total en est la preuve la plus évidente. Sans parler de la confusion dans les esprits et les vies. Telle ne fut jamais la démarche de la Tradition (au sens large du terme).

On peut dire beaucoup de chose sur ce mouvement, mais il est évident que malgré les grands préceptes (d'amour, de solidarité et de fraternité) son rôle moteur ne sollicite vraiment que deux dimensions : le physique et le psychique. Mais comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement alors que la Connaissance fait défaut ? La recherche de "pouvoirs" et d'un bien-être entièrement tourné vers l'homme sont autant de signes d'une densification accrue.

S'il est donc exact qu'existe depuis longtemps sur cette Sphère une contre-Tradition, il ne l'est pas moins qu'en cette période de Kali Yuga arrive l'anti-Tradition : celle qui inversera totalement Lois, Principes et Règles ! Le New Age entre dans cette catégorie très précise qui verra, de plus en plus concrètement, le psychique (et tous ses corollaires imparfaits) l'emporter sur le spirituel et l’initiatique.

La Tradition Hermétique ne préconisa jamais la Théosis (divination de l'homme) en s'appuyant sur les SEULES forces humaines ! Car c'est là, l'Histoire des différents Avatars (ou de Dieu Lui-même si on est chrétien) en atteste, chose impossible !!! Leurs venues sont autant de preuves (ou de rappels) de l'incapacité structurelle humaine à se transcender si l'homme nie, réfute ou repousse ce qui, en lui, est le Joyau auquel il doit s'unir pour grandir et être réellement...

La Sagesse OBLIGE l'Humanité à un juste et adéquat travail sur elle-même : et une opération de ce type ne s'adapte pas aux contingences sociétales lorsque celles-ci se fondent sur la vélocité, le sensationnel, l'individuel, l'ego. Le labeur exigé est au contraire fait de douleurs, de discipline, d'ascèse, de pratiques séculaires et traditionnelles (ce dont ne peut se targuer le New Age) dédiées à un changement structurel véritable et d'autant plus fécond qu'il servira véritablement à tous !

Sans repères point de stabilité ! L'empreinte de l'Authentique, multi-millénaire, serait-elle donc de moindre importance que l'incorporation artificielle et fractionnée contenue dans le mouvement New Age ? La copie désagrégée ne saurait pourtant submerger l'Original ! Même s'il paraît... Pour un temps : celui du Choix !

***Mort, méconnaissance et médiumnité***

Publié le 23 août 2016 par Thot

Inconscients et ignorants de ce qu’ils accomplissent, de nombreuses personnes se risquent de plus en plus à des contacts inappropriés et insensés avec les « âmes » de morts ou des entités se qualifiant d’angéliques. Cette réalité est pourtant périlleuse, et les multiples techniques de communications (généralement très passives) débouchent souvent sur la folie (au mieux) sur la mort ou un pacte (au pire). Encore, pour le comprendre, faut-il avoir quelque connaissance de ce qu’on accomplit ! Sans parler du contrôle de soi et de la maîtrise (de ceux qu’on contacte, comme des événements ponctuels pouvant survenir lors de ces rapports). Je l’écrivais ailleurs, l’ignorance est la pire des choses….

Pour schématiser les choses, ce qui se produit lors d’un décès (et bien que puissent exister quelques exceptions, comme lors d’un suicide par exemple) est assez simple : dévitalisation du corps physico-éthérique dont la putréfaction est graduelle mais concrète, désengagement du corps astral, et décrochage de la Conscience véritable (l’âme) qui s’extirpe de ce même corps astral…

Donc, s’il est vrai qu’au moment du décès le corps subtil se dégage du physique, il ne l’est pas moins de préciser que l’Etincelle Divine Eternelle va Elle-même se séparer du corps astral qui ne lui est plus d’aucune utilité … Et ceci est important, car cette Etincelle va donc commencer à rejeter d’Elle tout ce qui, dans ce corps subtil, n’a aucun rapport évolutif. Elle va en outre, et inversement, entraîner avec Elle tous les aspects correspondants trouvés au sein de ce même corps éthéré : toutes les énergies physiques du corps astral qui se trouvaient en harmonie avec Sa nature (le Vrai, le Beau, le Noble, l’Evolutif, le Saint) seront attirées vers la Conscience véritable comme un aimant. Ce processus énergétique permettant la séparation des forces terrestres et immuables ne se fait d’ailleurs pas sans heurts…

Finalement, après cette étape, le corps astral est voué à la désagrégation. Mais même si ce dit corps astral est vidé de toute personnalité humaine, elle n’en reste pas moins remplie d’énergies de désirs, de forces psychiques, de passions, de désirs insatisfaits : tout ceci lié à notre attachement personnel (profond ou non) à la terre. Initiés, Théurges, Théosophes l’appellent généralement coque astrale (les coques des êtres très mauvais, aux vibrations denses très fortes, mettent parfois des siècles à se décomposer …). Privée de toute intelligence et de sens moral, elle conserve néanmoins, comme une bande magnétique ultra-perfectionnée, l’ensemble des informations relatives à la personnalité défunte. Qu’un médium se mette en rapport avec pareille entité (en lui offrant parfois les services de sa propre constitution humaine) et il donnera l’illusion parfaite aux assistants d’être relié à l’esprit vivant d’un décédé ! Mémoire des faits, intonation de la voix, façon d’écrire, de dessiner, tics, habitudes, toute l’information est là : il suffit de l’activer ! Oui, mais pendant ce temps l’Etre véritable est ailleurs et bien plus haut…

Les coques astrales ne sont pas seulement accessibles aux médiums, elles peuvent également être abordées et utilisées par un multitude d’esprits (larves, schèmes, égrégores, élémentaux, esprits goétiques, démons inférieurs) : tous résidant aux niveaux astral ou éthérique (donc proche de notre densité). Pire encore : toutes ces dernières entités peuvent, en plus, être consciemment exploitées par des sorciers ou des êtres maléfiques pour tromper les médiums (et ceux qui les consultent), ou obtenir un canal de propagande, quand ce n’est pas pour siphonner les énergies des inconscients dont la bêtise ouvre des portes que leur ignorance est bien incapable de refermer totalement…

Quoi qu’il en soit, il y a quelque abus de langage lorsqu’on prétend entrer en relation avec un trépassé… Allan Kardec, le pape du spiritisme moderne, de son vrai nom Léon Hippolyte Rivail (prit ce pseudo par allusion au druide qu’il disait incarner dans une vie antérieure) a beau avoir écrit la Bible du mouvement (“ Le Livre des Esprits “), il manque une chose aux spirites, primordiale : le DISCERNEMENT des esprits… Précisons par ailleurs que le spiritisme, il faut oser l’écrire, n’est qu’une forme moderne de…nécromancie! Cela ne renvoie évidemment à rien de lumineux ou de positif. Et d’autant moins qu’un lignage que chacun peut aisément découvrir se fait jour avec ce qu’on nomme aujourd’hui ‘New-Age”…

Enfin, il convient de noter qu’il est toujours besoin d’un médium sur place pour apporter quelque crédit aux séances. Et il faut tout de même savoir qu’un médium, bien qu’il l’ignore trop souvent, est un malade… malade d’une incontinence vitale et s’épuisant à nourrir de sa substance fluidique (trop expansive et complaisante aux emprunts) une foule de larves parasitaires, qui grouillent et se multiplient dans son atmosphère astrale et son aura… Comprendre cela, c’est également saisir que, une fois en transe, ce médium n’est plus qu’un jouet entre les mains de « forces » contraignantes et singeantes. En outre, ces dites larves ne se cantonnent pas au médium mais s’en vont chercher toute personne présente qui peut présenter des failles énergétiques… Bref, on peut légitimement se demander si les effets médiumniques (pour l’opérateur et les observateurs) peuvent réellement être insérés dans une factualité portant à l’exaltation, à la joie, à la paix intérieure ? Ce qui, entre autres choses, est pourtant le propre d’une saine métaphysique.

Bref, il importe qu’on sache bien faire la différence entre ce fait qui veut que la Conscience subsiste ailleurs (jusqu’au retour dans un corps), et cette erreur insistant sur la possibilité d’entrer en contact avec ceux qui s’en allèrent ! La chose est certes possible pour l’Initié véritable (durant un court laps de temps après le décès…) : mais nécessite une Connaissance des Règles universelles, une existence épurée, aimante, compassionnelle, et tout ceci agissant au travers d’une structure qui dépasse celle de l’humain ordinaire…

En définitive, c’est bien là tout le problème de l’apport et de l’application du Savoir réel, de l’évolution de la Conscience et de l’ignorance humaine. C’est également tout le problème du Mal et de ses agents (parfois inconscients du fait): le Mal qui cherche à maintenir le grand nombre à un niveau de conscience embryonnaire ne permettant pas d’accéder à la profondeur des Lois Suprêmes. Et surtout pas les opératives. Quiconque a de l’intelligence saisira aisément pourquoi…Une sincère gratitude Thot Théurge de nous transmettre tes connaissances approfondies...

Blog...http://theurgie.com/blog/mort-meconnaissance-et-mediumnite/

Source de L'Article... Theurge Facebook...https://www.facebook.com/notes/thot-theurge/tradition-herm%C3%A9tique-et-new-age/285698885133021

Pour approfondir nos connaissances sur la Théurgie...Rendez-Vous ICI...http://www.theurgie.com/

Voici le lien pour acheter son livre...La Théurgie: De l'involution spirituelle à l'Édification planétaire...Un ouvrage complet, clair et précis, offrant une base stable et saine, ainsi qu'un repère solide, pour qui veut emprunter le sentier, ô combien parfois ardu, d'une spiritualité saine et authentique...https://www.amazon.fr/Th%C3%A9urgie-linvolution-spirituelle-l%C3%89dification-plan%C3%A9taire/product-reviews/9463677135/ref=dpx_acr_txt?showViewpoints=1

Publié par Cristalyne 24 Octobre 2016 Colonne de feu 2