Hermestrismegistus10***HERMÈS TRISMÉGISTE***

 

***Distingue clairement qu'il y a deux conscience en toi. Celle de la dense matière de ta chair et celle de ton être essentiel qui a la faculté d'être attentif à cette chair. Voilà où se situe le centre de ton attention où tu dois installer ton vouloir ardent***.

Biographie : 

Hermès Trismégiste est un personnage mythique de l'Antiquité gréco-égyptienne, Créateur de L'Alchimie auquel ont été attribués un ensemble de textes appelés Hermetica, dont les plus connus sont le Corpus Hermeticum, recueil de traités mystico-philosophiques, et la Table d'émeraude.Les Grecs donnent le nom de leur dieu Hermès à la divinité égyptienne Thot, dont le culte se tient en Moyenne-Égypte à Khemenou qui devient Hermopolis Magna. Cette assimilation devient officielle sous les Ptolémées, comme en témoigne le décret de l'assemblée des prêtres égyptiens gravé sur la célèbre Pierre de Rosette (-196). « Hermès Trismégiste est issu de la fusion de Thot et d'Hermès ».

Deux fonctions du dieu Thot se retrouveront dans la figure d'Hermès Trismégiste : celle de rassembleur (il aide Isis à rendre vie aux membres d'Osiris), et celle de mainteneur (c'est le secrétaire des Dieux). Par ailleurs pour l'historien grec du IVe siècle avant notre ère Hécatée d'Abdère, c'est l'inventeur de l'écriture, de l'astronomie, de la lyre, de la culture de l'olivier...

Identifié ultérieurement au dieu égyptien Thot, Hermès passe pour être le créateur de l'alchimie. Selon les ésotéristes, ses travaux datent de la plus haute Antiquité (XXe siècle avant notre ère). L'Europe le découvre au XIIe siècle, grâce aux Arabes. On le dépeint sous des traits humains et l'on parle de son tombeau dans lequel on aurait trouvé, tenue entre ses mains, la Table d'émeraude, qui est devenue le texte fondateur de l'hermétisme. Le «Trois fois grand» (Trismégiste) serait aussi l'auteur, entre autres textes, du Discours parfait et de l'Asclepius, traduits au XVe siècle par l'humaniste italien Marsile Ficin. Les érudits arabes ont attribué à Hermès Trismégiste, la lettre à la reine Amtounasia sur le Grand œuvre, ainsi que la théorie du macrocosme et du microcosme (analogie entre l'Univers et l'Homme), qui, jusqu'à la fin du XVIe siècle, connaîtra une fortune considérable. On crédite par ailleurs ce personnage mythique de 36 525 ouvrages... naturellement introuvables.

Selon la légende rapportée par Hermias d'Alexandrie dans ses Scolies, Hermès Trismégiste aurait, en Égypte vécu trois vies: la première, avant le Déluge, comme inventeur de l'astronomie; la deuxième, comme le grand constructeur de Babel et comme médecin et philosophe; la troisième, récapitulant les deux premières, en tant qu'expert en alchimie et propriétaire de fabuleux trésors dans son palais de Kamtar, cité des magiciens perdue dans le désert d'où son triple savoir et sa triple sagesse.Les doctrines ésotériques répandues sous son nom ont été réunies dans une compilation, établie du VIe au Xe siècle, sous le titre de Corpus Hermeticum...

Source... Wikipedia

Johfra hermes trismegistos

c

***La Table D'Émeraude***

***Hermès Trismégiste père des philosophes***

***Texte ancien, référence symbolique des alchimistes***

Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas,
Et tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.
Et cela pour réaliser le miracle d'une seule chose
Dont sont nées toutes choses par une opération toujours la même.
 
Son père est le Soleil,sa mère la Lune,
Le Vent l'a portée dans son ventre,
La Terre est sa nourrice.
 
C'est ici le père des talismans du monde entier, sa force est entière.
Il faut qu'elle soit transformée en terre.
Tu sépareras la terre du feu,le subtil de l'épais,
Doucement et avec intelligence.
 
Elle montera de la terre au ciel
Et de nouveau descendra sur terre
Pour recevoir la force des choses supérieures et inférieures.
 
Ainsi tu auras la gloire et la célébrité du monde entier. 
Pour cela, toute obscurité s'enfuira de toi.
C'est ici la force de toute chose.
Elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide.
 
De la sorte, ce monde est créé.
Tels sont les arrangements admirables que j'évoque.
C'est pourquoi on m'appelle Hermès.
Je détiens la sagesse des trois modes du cosmos...
Hermès Trismégiste

***

LE PLUS GRAND MAL POUR LES HOMMES

EST L'IGNORANCE DE DIEU

 

Où courez-vous, hommes ivres? Vous avez bu le vin de l'ignorance, et vous ne pouvez pas le supporter, vous le rejetez déjà. Devenez sobres et ouvrez les yeux de votre cœur, sinon tous, du moins ceux qui le peuvent. Car le fléau de l'ignorance inonde toute la terre, corrompt l'âme enfermée dans le corps et l'empêche d'entrer dans le port du salut. Ne vous laissez pas emporter par le courant; revenez, si vous le pouvez, au port du salut! Cherchez un pilote pour vous conduire vers les portes de la Gnose, où brille l'éclatante lumière, pure de ténèbres, où nul ne s'enivre, où tous sont sobres et tournent les yeux du cœur vers celui qui veut être contemplé, l'inouï, l'ineffable, invisible aux yeux, visible à l'intelligence et au cœur.

Avant tout, il faut déchirer cette robe que tu portes, ce vêtement d'ignorance, principe de la méchanceté, chaîne de corruption, enveloppe ténébreuse, mort vivante, cadavre sensible, tombeau que tu portes avec toi, voleur domestique, ennemi dans l'amour, jaloux dans la haine. Tel est le vêtement ennemi dont tu es revêtu ; il t'attire en bas vers lui, de peur que le spectacle de la vérité et du bien ne te fasse haïr sa méchanceté, découvrir les embûches qu'il te dresse, obscurcissant pour toi ce qui nous semble clair, t'étouffant sous la matière, t'enivrant d'infâmes voluptés, afin que tu ne puisses entendre ce que tu dois entendre, voir ce que tu dois voir...

***

RIEN NE SE PERD

ET C'EST PAR ERREUR QUE LES CHANGEMENTS SONT APPELÉS MORT ET DESTRUCTION

 

Parlons maintenant, mon fils, de l'âme et du corps, de l'immortalité de l'âme, de la constitution du corps et de sa décomposition. Car la mort n'existe pas; le mot mortel est vide de sens, ou n'est autre chose que le mot immortel ayant perdu sa première syllabe. La mort serait la destruction, et rien ne se détruit dans le monde. Si le Monde est le second Dieu, un animai immortel, aucune partie d'un être vivant et immortel ne peut mourir. Or, tout fait partie du monde, surtout l'homme, qui est l'animal raisonnable. Le premier des êtres est l'éternel, l'incréé, le Dieu créateur de toutes choses. Le second est fait à son image ; c'est le Monde qu'il a engendré, qu'il conserve et qu'il nourrit: il a reçu l'immortalité de son père, il est donc toujours vivant: L'immortalité diffère de l'éternité ; l'éternel n'a pas été engendré par un autre ; il s'est produit lui-même, ou plutôt il se crée éternellement. Qui dit éternel dit universel. Le père est éternel par lui-même, le monde a reçu du père la vie perpétuelle et l'immortalité.

De toute la matière qu'il avait sous sa puissance, le père fît le corps de l'univers, lui donna une forme sphérique, en fixa les attributs et le rendit immortel et éternellement matériel. Possédant la plénitude des formes, le père répandit les attributs dans la sphère et les y enferma comme dans un antre, voulant orner sa création de toutes les qualités. Il entoura d'immortalité le corps de l'univers, de peur que la matière, voulant se dissoudre, ne rentrât dans le désordre qui lui est naturel. Car lorsqu'elle était incorporelle, la matière était désordonnée. Elle en conserve même ici-bas une faible trace dans la faculté d'augmentation et dans celle de diminution que les hommes nomment la mort. Ce désordre ne se produit que dans les animaux terrestres; les corps célestes gardent l'ordre unique qu'ils ont reçu du père dès le principe et qui se conserve indissoluble par la restitution de chacun d'eux. La restitution maintient les corps terrestres, leur dissolution les restitue aux corps indissolubles, c'est-à-dire immortels, et ainsi il y a privation de sensation et non destruction des corps.

Le troisième animal est l'homme, fait à l'image du monde ; par la volonté du père, il possède, de plus que les autres animaux terrestres, l'intelligence ; il est en rapport par la sensation avec le second Dieu, par la pensée avec le premier, il perçoit l'un comme corporel, l'autre comme l'être incorporel, l'intelligence et le bien·

TAT...Cet animal ne meurt donc pas?

HERMÈS...Parle bien, mon fils, et comprends ce que c'est que Dieu, le monde, l'animal immortel, l'animal sujet à la dissolution. Comprends que le monde vient de Dieu et est en Dieu, que l'bomme vient du monde et est dans le monde. Le principe, la perfection et la permanence de toutes choses est Dieu...

***

L'INTELLIGENCE A HERMÈS

L'INTELLIGENCE....Mets fin à tes discours, Trismégiste Hermès, et rappelle-toi ce qui a été dit. Je ne tarderai pas à m'expliquer.

HERMÈS...Les opinions sur l'univers et sur Dieu sont nombreuses et différentes, et je ne connais pas la vérité. Éclaire-moi, ô maître, car je n'en croirai que ta révélation.

L'INTELLIGENCE...Apprends, mon fils, ce que c'est que Dieu et l'univers. Dieu, l'éternité, le monde, le temps, la génération (le devenir); Dieu fait l'éternité, l'éternité fait le monde, le monde fait le temps, le temps fait la génération. Dieu a pour essence, en quelque sorte, le bien, le beau, le bonheur, la sagesse. L'essence de l'éternité est l'identité, celle du monde est l'ordre, celle du temps est le changement, celle de la génération est la vie et la mort. Les énergies de Dieu sont l'intelligence et l'âme, celles de l'éternité la permanence et l'immortalité, celles du monde la composition et la décomposition, celles du temps l'augmentation et la diminution, celle de la génération est la qualité. L'éternité est en Dieu, le monde dans l'éternité, le temps dans le monde, la génération dans le temps. L'éternité se tient fixe en Dieu, le monde se meut dans l'éternité, le temps s'accomplit dans le monde, la génération se produit dans le temps.

La puissance de Dieu est l'éternité, l'œuvre de l'éternité est le monde, qui n'a pas été produit une fois, mais qui est toujours produit par l’éternité. Aussi ne périra-t-il jamais, car l'éternité est impérissable, et rien ne se perd dans le monde, parce que le monde est enveloppé par l'éternité.

HERMÈS...Et la sagesse de Dieu, quelle est-elle? 

 

L'INTELLIGENCE...Le bien, le beau, le bonheur, toute vertu et l'éternité. En pénétrant la matière, l'éternité lui donne l'immortalité et la permanence, car sa génération dépend de l'éternité, comme l'éternité dépend de Dieu. La génération et le temps sont de deux natures différentes dans le ciel et sur la terre, immuables et incorruptibles dans le ciel, mobiles et périssables sur la terre.

L'âme de l'éternité est Dieu, l'âme du monde est l'éternité, l'âme de la terre est le ciel. Dieu est dans l'intelligence, l'intelligence dans l'âme, l'âme dans la matière, et tout cela à travers l'éternité. L'âme remplit ce corps universel qui contient tous les corps; l'intelligence et Dieu remplissent l'âme. Remplissant l'intérieur, enveloppant l'extérieur, l'âme vivifie l'univers : au dehors, ce grand et parfait animal, le monde; au dedans, tous les êtres vivants. Là haut, dans le ciel, elle demeure dans l'identité; ici-bas, sur la terre, elle transforme la génération.

L'éternité soutient le monde par la nécessité, par la providence, par la nature; peu importe l'explication qu'on en peut donner. Dieu agit dans tout l'univers. Son énergie est une puissance souveraine à laquelle rien d'humain ou de divin ne peut se comparer. Ne crois donc pas, Hermès, que rien, ni en bas, ni en haut, soit semblable à Dieu; tu serais hors de la vérité. Rien ne ressemble au dissemblable, au seul, à l'unique. Et ne crois pas qu'un autre partage sa puissance.

A quel autre attribuer la vie, l'immortalité, le changement de qualité? Que ferait-il autre chose? Car Dieu n'est pas oisif, autrement tout serait en repos, puisque Dieu remplit tout. L'inertie n'existe ni dans le monde, ni nulle part, ni dans le créateur, ni dans la création ; c'est un mot vide. Il faut que toutes choses deviennent, et toujours et partout. Car le créateur est dans tout, il n'a pas de résidence particulière; il ne crée pas une chose ou l'autre, mais toutes; sa puissance créatrice ne demeure pas dans les êtres qu'il crée, ils restent sous sa dépendance.

Contemple par moi le monde qui s'offre à tes regards, considère avec soin sa beauté, son corps impérissable, plus ancien que tout, sa vigueur toujours rajeunie et toujours croissante. Regarde aussi les sept mondes disposés dans un ordre éternel, poursuivant éternelle· ment leurs courses différentes. La lumière partout, le feu nulle part, car de la concorde et de la combinaison des contraires et des dissemblables est née la lumière allumée par l'énergie du Dieu générateur de tout bien, chef de tout ordre, conducteur des sept mondes.

La lune, qui leur sert d'avant-garde, instrument de la naissance, transformant la matière inférieure. La terre, centre immobile de ce monde magnifique, nourrice et aliment de tout ce qu'elle porte. Contemple la multitude des êtres vivants, mortels et immortels, et la lune qui marque la limite entre les uns et les autres; et l'âme qui remplit tout, qui met tout en mouvement dans le ciel et sur la terre, sans pousser la gauche sur la droite, ni la droite sur la gauche, ni le haut sur le bas, ni le bas sur le haut.Que tout cela ait été engendré, ô mon cher Hermès, je n'ai pas besoin de te le dire ; car ce sont des corps, ils ont une âme, ils sont en mouvement.

Pour concourir à l'unité, il leur faut un guide. Il existe donc, et il est absolument unique ; car les mouvements sont différents et multiples, les corps sont dissemblables, et pourtant la vitesse totale est une ; il ne peut donc y avoir deux ou plusieurs créateurs, car plusieurs ne maintiendraient pas l'unité d'ordre. Il y aurait jalousie et lutte entre le plus faible et le plus fort. Et si l'un des deux était créateur des êtres changeants et mortels, il voudrait créer des êtres immortels, et réciproquement. Suppose qu'ils soient deux : la matière est une, l'âme est une, qui dirigera la création? S'ils possèdent quelque chose à deux, qui en aura la plus grande part? Comprends donc que tout corps vivant est composé d'âme et de matière, qu'il soit immortel, mortel ou privé de raison. Tous les corps vivants sont animés, ceux qui ne vivent pas ne sont que matière. De même l'âme seule, entre les mains du créateur, est cause de la vie. Le principe de toute vie produit des êtres immortels...

Comment donc les animaux mortels différentes uns des autres? Comment l'être immortel, qui fait l'immortalité, ne ferait-il pas les animaux?Il y a donc évidemment un créateur, et il est très clair qu'il est un, car l'âme est une, la matière est une, la vie est une, la matière est une. Et qui peut-il être, si ce n'est le Dieu unique? Quel autre pourrait créer les êtres animés, sinon Dieu seul? Quoi! Lorsqu’il n'y a qu'un monde, un soleil, une lune, une divinité, tu voudrais que Dieu fût multiple! N'est-ce donc pas le même qui agit de plusieurs manières? Quoi d'étonnant que Dieu fasse la vie, l'âme, l'immoralité, le changement, quand toi-même tu fais tant d'actions différentes?

Car tu vois, tu parles, tu entends, tu perçois les odeurs, les saveurs, tu touches les objets, tu marches, tu penses, tu respires. Et il n'y a pas un être qui voit, un autre qui parle, un autre qui touche, un autre qui flaire, un autre qui marche, un autre qui pense et un autre qui respire; c'est le même qui fait tout cela. Si quelqu'une de ces fonctions se reposait, l'animal vivant ne serait plus; de même, si Dieu se reposait de ses fonctions divines, ce qui ne peut se supposer, il ne serait plus Dieu. Car s'il est démontré que rien ne peut être inerte et oisif, à plus forte raison Dieu. Si on pouvait supposer quelque chose qu'il ne fît pas, il serait incomplet. Mais il n'est pas oisif, il est complet, donc il fait tout.

Prête-moi encore ton attention, Hermès, tu comprendras mieux que l'œuvre de Dieu est une, c'est de faire naître ce qui naît, ce qui est né et ce qui naîtra. Cette œuvre, ô mon cher, c'est la vie, c'est le beau, c'est le bien, c'est Dieu. Si tu veux comprendre par un exemple, vois ce qui t'arrive quand tu veux engendrer; sauf une différence, c'est qu'il n'y a pas pour lui de plaisir, car personne n'est associé à son œuvre ; il est à la fois le créateur et la création. S'il se séparait de son œuvre, tout s'écroulerait, tout périrait fatalement, car la vie se serait retirée. Mais si tout est vivant, et si la vie est une,

Dieu est donc un. Et si tout est vivant, dans le ciel et sur la terre, si dans tout il y a une vie unique qui est Dieu, tout vient donc de Dieu.La vie est l'union de l'intelligence et de l'âme; la mort n'est pas la destruction de ce qui était uni, mais la rupture de l'unité. [L'image de Dieu est l'éternité, de l'éternité le monde, du monde le soleil, du soleil l'homme] Les peuples appellent mort la transformation, parce que le corps se décompose et que la vie cesse d'être apparente. Mais, de la même manière, mon cher Hermès, tu peux entendre dire que le monde lui-même se transforme continuellement; chaque jour quelque partie de lui disparaît sans que jamais il se décompose. Ces révolutions et ces disparitions sont les passions (les phases) du monde. La révolution est un retour, la disparition un renouvellement. Le monde a toutes les formes; elles ne sont pas hors de lui, il se transforme en elles. Mais si le monde a toutes les formes, que sera son créateur? Il ne peut être sans forme, et si lui-même les a toutes, il sera semblable au monde.

S'il a une seule forme, il sera en cela inférieur au monde. Que dirons-nous donc de lui, pour ne rien dire d'imparfait? Car on ne peut rien penser d'incomplet sur Dieu. Il a une seule forme, qui lui est propre, qui ne se montre pas aux yeux du corps et qui les manifeste toutes par les corps. Et ne t'étonne pas qu'il y ait une forme incorporelle. Il en est ainsi de la forme d'un discours ou des marges d'un manuscrit, qui dépassent les lignes et sont lisses et égales.Réfléchis sur une parole plus hardie et plus vraie ; de même que l'homme ne peut vivre sans la vie, ainsi Dieu ne peut vivre sans faire le bien.

La vie et le mouvement de Dieu c'est de faire mouvoir et de faire vivre. Quelques paroles ont un sens particulier; ainsi, réfléchis à ce que je te dis : Tout est en Dieu, non comme ce qui est placé dans un lieu, car le lieu est corporel et immobile, et les choses qui sont en place n'ont pas de mouvement, Il en est dans l'incorporel autrement que dans l'apparence. Songe qu'il enveloppe tout, songe que rien n'est plus rapide, plus vaste, plus fort que l'incorporel; il dépasse tout en capacité, en vitesse, en puissance. Réfléchis d'après toi-même; ordonne à ton âme d'aller en Inde, et elle y est plus vite que ton ordre; ordonne-lui d'aller vers l'Océan, et elle y sera aussitôt, non en passant d'un lieu à un autre, mais instantanément. Ordonne-lui de monter dans le ciel et elle n'aura pas besoin d'avoir des ailes; rien ne l'arrêtera, ni le feu du soleil, ni l'éther, ni le tourbillon, ni les corps des astres; elle traversera tout et volera jusqu'au dernier corps. Veux-tu franchir cette limite et contempler ce qui est hors du monde, s'il y a quelque chose, tu le peux. Vois quelle puissance, quelle vitesse tu possèdes. Et ce que tu peux, Dieu ne le pourrait pas?

Conçois Dieu comme ayant en lui-même toutes ses pensées, le monde tout entier. Si lu ne peux t'égaler à Dieu, tu ne peux le comprendre. Le semblable comprend le semblable. Augmente-toi d'une grandeur immense, dépasse tous les corps, traverse tous les temps, deviens l'éternité et tu comprendras Dieu. Rien ne t'empêche de te supposer immortel et connaissant tout, les arts, les sciences, les mœurs de tous les animaux. Élève-toi au-dessus de toute hauteur, descends au-dessous de toute profondeur; rassemble en toi toutes les sensations des choses créées, de l'eau, du feu, du sec, de l'humide. Suppose que tu es à la fois partout, sur la terre, dans la mer, dans le ciel ; que tu n'es jamais né, que tu es encore embryon, que tu es jeune, vieux, mort, au-delà de la mort.

Comprends tout à la fois : les temps, les lieux, les choses, les qualités, les quantités, et tu comprendras Dieu. Mais si tu enfermes ton âme dans le corps, si tu l'abaisses et si tu dis : Je ne comprends rien, je ne puis rien, je ne sais ni ce que je suis, ni ce que je serai, qu'as-tu de commun avec Dieu? Si tu es mauvais et attaché au corps, que peux-tu comprendre des bonnes et belles choses? La perfection du mal c'est de méconnaître le divin ; mais pouvoir le connaître, et le vouloir, et l'espérer, c'est le moyen d'arriver au bien par une route directe, unie et facile. En la suivant tu le rencontreras partout, tu le verras partout, dans le lieu et à l'heure où tu t'y attends le moins, dans la veille, dans le sommeil, en mer, en voyage, la nuit, le jour, en parlant, en gardant le silence. Car il n'est rien qui ne soit l'image de Dieu.

HERMÈS...Dieu est-il invisible?

L'INTELLIGENCE...Ne dis pas cela ; qui est plus apparent que lui? S'il a tout créé, c'est pour que lu puisses le voir à travers toutes choses. C'est là le bien de Dieu, c'est là sa vertu, d'apparaître dans tout. Rien n'est invisible même parmi les incorporels. L'intelligence se voit dans la pensée, Dieu dans la création.Voilà ce que j'avais à te révéler, ô Trismégiste; quant au reste, réfléchis-y en toi-même, tu ne t'égareras pas...

 

ÉTUDE SUR L'ORIGINE DES LIVRES HERMÉTIQUES

PAR

LOUIS MÉNARD

DOCTEUR ES LETTRES

OUVRAGE COURONNÉ PAR L'INSTITUT

(ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES)

 

                Oeuvre numérisée par Marc Szwajcer

 

ÉTUDE SUR L'ORIGINE DES LIVRES HERMÉTIQUES - LIVRE II

 

I. POIMANDRES (bilingue)

II : DISCOURS UNIVERSEL D'HERMÈS A ASCLÈPIOS

III. DISCOURS SACRÉ D'HERMÈS TRISMÉGISTE

IVLE CRATÈRE, OU LA MONADE

V. LE DIEU INVISIBLE EST TRÈS APPARENT

VI. LE BIEN EST EN DIEU SEUL ET NULLE PART AILLEURS

VII. LE PLUS GRAND MAL POUR LES HOMMES EST L'IGNORANCE DE DIEU

VIII. RIEN NE SE PERD  ET C'EST PAR ERREUR QUE LES CHANGEMENTS SONT APPELÉS MORT ET DESTRUCTION

IX. DE LA PENSÉE ET DE LA SENSATION

X. LA CLÉ

XI. L'INTELLIGENCE A HERMÈS

XII. DE L'INTELLIGENCE COMMUNE

XIII. DE LA RENAISSANCE ET DE LA RÈGLE DU SILENCE

XIV. HERMÈS TRISMÉGISTE À ASCLÈPIOS, SAGESSE 

Une immense gratitude à Louis Ménard &

Marc Szwajcer pour ce magnifique travail...

 
 

Ob d84057 livre de thot

La magie de Thot ne prédit pas de découvrir l'avenir,mais elle nous fournit des clés pour comprendre le monde visible et invisible...Sa magie s'apparente plus à des prières,aucune référence au tarot,amour libre,drogues qui ne sont que des pures inventions...Thot est le Dieu des mystères qui nous mènes à la conscience pure et universelle...

Vidéo....Chasseurs de légendes [ A la recherche du livre deThot...Durée:49:02

 

 

***Les Sept principes "hermétiques***

Les principes de la vérité sont au nombre de sept. Celui qui les connaît et qui les comprend possède la clef magique qui ouvrira toutes les Portes du Temple avant même de les toucher...

 

  • 1.Le Principe de Mentalisme... 

« Le Tout est Esprit, l’Univers est Mental ».

 

Ce Principe implique que "Tout est Esprit".

Il explique que leTout qui est la Réalité Substantielle se trouvant dans toutes les manifestations et les apparences extérieures que nous connaissons sous le nom "d'Univers Matériel", "Phénomène de la Vie", "Matière", "Energie", et en un mot tout ce qui est apparent (à nos sens matériels) est Esprit, lequel en lui-même, est indéfinissable, mais pouvant être considéré et pensé comme un Esprit Universel, Infini, Vivant.

L'univers existe dans l'Esprit du Tout, c'est dans cet Esprit que nous vivons, que nous agissons et que nous sommes nous-mêmes.

 

  • 2.Le principe de Correspondance...

"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas, ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut."

Ce Principe implique qu'il y ait toujours un rapport constant entre les lois et les phénomènes des divers plans de l'Etre et de la Vie.

Comprendre ce principe nous donne les moyens de résoudre bien des paradoxes obscurs et bien des secrets cachés de la Nature. Il existe des plans de vie que nous ignorons complètement, mais quand nous leur appliquons le Principe de Correspondance, nous devenons capables de comprendre plus loin qu'il ne nous aurait été possible de le faire autrement. Il se manifeste et s'applique partout dans l'univers, sur les divers plans de l'univers matériel, mental et spirituel.
c'est une Loi Universelle.

 

  • 3.Le principe de Vibration...

"Rien ne repose; tout remue; tout vibre".

Ce Principe implique que "tout est en mouvement", "rien n'est à l'état de repos".

La science moderne accepte ces faits et toute nouvelle découverte scientifique tend à vérifier ce principe énoncé il y a des milliers d'années par les maîtres de l'Egypte Ancienne.

Ce principe explique que les différences existant entre les diverses manifestations de la Matière, de l'Energie, de l'Âme, et même de l'Esprit, sont la conséquence d'une proportion inégale de Vibrations. Depuis le Tout, qui est l'Esprit Pur, jusqu'aux formes les plus grossières de la matière, tout vibre. Depuis le corpuscule et l'électron, depuis l'atome et la molécule jusqu'aux mondes et aux univers, tout vibre. Cela est vrai également pour l'énergie et pour la force, qui ne sont que des degrés différents de vibration; cela est vrai encore pour le plan mental dont les vibrations régissent l'état, et même pour le plan spirituel.

 

  • 4.Le Principe de Polarité...

"Tout est Double; "les pôles opposés peuvent se concilier" ; tout a deux extrêmes; "les extrêmes se touchent" ; "tout est et n'est pas, en même temps" ; "toutes les vérités ne sont que des demi-vérités" ; "toute vérité est à moitié fausse" ; "il y a deux faces à chaque chose" 

 

Le Principe de Polarité explique que, dans toute chose, il y a deux pôles, deux aspects opposés, et que les "contraires" ne sont en réalité que les deux extrêmes du même objet entre lesquels sont intercalés des degrés différents. Par exemple : le chaud et le froid bien "qu'opposés" sont en réalité une seule et même chose ; ils se distinguent simplement par une différence de degrés. Cette "même chose" qui se manifeste comme "chaud" et "froid" est une simple forme, une variante de la Vibration. Le même Principe est vrai dans le cas de "Lumière" et "Obscurité", qui sont une seule et même chose, la distinction consistant en une différence de degrés entre les deux pôles du phénomène. L'amour et la haine, Le "bien" et le "mal" ne sont que des pôles différents d'une même chose. Ces sentiments opposés ne sont que des degrés différents d'un sentiment unique, il est donc possible de changer, dans son propre esprit et dans l'esprit des autres, des vibrations de Haine en vibrations d'Amour.

 

  • 5.Le Principe de Rythme... 

"Tout s'écoule, au dedans et au dehors; toute chose a sa durée; tout évolue puis dégénère; le balancement du pendule se manifeste dans tout; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche; le rythme est constant."

Il se manifeste dans toute chose un mouvement mesuré d'allée et venue, un flux et un reflux, un balancement en avant et en arrière, un mouvement pareil à celui d'un pendule, quelque chose de semblable à la marée montante et descendante, à une mer pleine et à une mer basse.

Ce mouvement d'allée et venue se produit entre les deux pôles, dont le Principe de Polarité nous a montré l'existence.

Il y a toujours une action et une réaction, un progrès et un recul, un maximum et un minimum. Il en est ainsi pour tous les. éléments de l'Univers, les soleils, les mondes, les hommes, les animaux, l'esprit, l'énergie et la matière.

Cette loi se manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans le progrès et la décadence des nations, dans la vie de toute chose et enfin dans l'état mental de l'homme.

 

  • 6.Le Principe de Cause et d'Effet...

"Toute Cause a son Effet; tout Effet a sa Cause; tout arrive conformément à la Loi; la Chance n'est qu'un nom donné à la Loi méconnue; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n'échappe à la Loi"

Ce principe explique que "jamais rien n'arrive fortuitement"; que le Hasard n'existe pas; que, puisque il y a des plans différents de Cause et d'Effet, et que le plan supérieur domine toujours le plan inférieur, rien ne peut échapper entièrement à la Loi car il existe une Cause pour tout Effet produitet un Effet pour toute Cause.

En s'élevant mentalement à un plan supérieur, nous devenons la Cause au lieu d'être l'Effet.

 

  • 7.Le principe du genre...

"Il y a un genre en toutes choses; tout a ses Principes Masculin et Féminin; le Genre se manifeste sur tous les plans."

Ce Principe implique que le Genre existe en tout. Les Principes Masculin et Féminin sont constamment en action.

Cela est vrai, non seulement sur le Plan Physique, mais encore sur le Plan Mental et même sur le Plan Spirituel.

Sur le Plan Physique, le Principe se manifeste sous la forme du sexe.

Sur le Plan Supérieur, il prend des formes plus élevées, mais il est toujours le même. Aucune création physique, mentale ou spirituelle n'est possible sans lui...

Le Principe du Genre agit toujours pour créer et pour régénérer. Toute chose, tout individu, contient les deux Eléments Masculin et Féminin.

Tout Principe Féminin contient le Principe Mâle et tout Principe Mâle contient le Principe Féminin...

0000kybalion 1

Pour aller plus loin, trouvez ici le livre de la Kybalion PDF ICI...http://www.hermetics.org/pdf/kybalionFr.pdf

 

Publié par Cristalyne 11-11-2016  Colonne de feu 2

 
 

 

×