00 hommage bdm2***Le Millénarisme***
 

Le Millénarisme/Bernard De Monréal...

Richard Glenn :
Ce qui me laissait entendre encore une fois et derrière le rideau, d’ici l’an 2000 et tout est programmé pour le tournant du siècle, le millénarisme est une maladie psychologique qui veut laisser croire qu’à la fin du millénaire, ou à la fin d’une saison, ou à la fin d’une année, ou à la fin d’une semaine, il y a toujours quelque chose qui fait qu’il va de soi qu’il va y avoir de grands changements, est-ce qu’il va y avoir de grands changements parce qu’il va de soi par problème psychologique, ou c’est autre chose, et comment peut-on être vraiment être convaincu de ces grands changements autrement que par une forme d’intuition psychologique ?

Bernard de Montréal :
Le millénarisme tel que vous l’expliquez ou tel que tu l’expliques, ou de la façon dont les gens en parlent, c’est une situation de psychisme collectif qui se produit dans toutes les civilisations, et ce psychisme collectif là, cet état d’esprit, on le retrouve aussi chez les individus, lorsque les évènements vont mal à la fin d’une période de 10 ans ou de mille ans ou de 500 ans, on a tendance à croire que tel ou tel évènement va se passer.
Ces intuitions-là sont des intuitions préparatoires qui sont souvent fausses, parce que ce sont des intuitions qui sont directement liées à l’imagination de l’être humain, l’être humain souffre de la crainte, et, il est imprimé dans l’esprit de l’être humain que certains cycles historiques ont une importance capitale, et cette impression dans l’esprit de l’être humain ou dans l’esprit des masses, fait partie de l’organisation et du travail psychologique fait par des entités sur les autres plans, pour toujours créer une tension historique dans la conscience humaine.

Concernant les évènements du siècle présent, quelle est la différence entre cette conscience du millénarisme et celle qui existait il y a mille ans ? 
La différence est très simple, c’est que dans le passé les gens étaient mis en garde par les autorités ou étaient mis en garde par un segment de la société, ou ils étaient mis en garde par des évènements qu’ils ne pouvaient pas comprendre, tandis que dans les années qui vont venir, les gens n’auront aucune garde extérieure à eux, les gens connaîtront précisément les évènements par eux-mêmes, parce qu’il sera ouvert dans la conscience de ces gens-là, leur propre sens interne de la connaissance de l’avenir, de sorte que les individus sauront par eux-mêmes et Universellement, ce qui va se passer, sans avoir à passer par les autres.

Richard Glenn :
Dans la Bible on dit justement « les gens sachant ou voyant ce qui doit arriver sècheront de frayeur » alors donc, ils seront conscients de ce qui va arriver.

Bernard de Montréal :
Les gens sécheront de frayeur parce que - ce qu’on dit dans la Bible - parce que justement, les évènements qui sont déjà commencés, surtout les évènements qui sont liés à la pénétration des OVNI dans l’atmosphère de notre Planète, ces évènements-là éventuellement seront remplacés par d’autres évènements OVNI, qui n’ont rien à faire avec le phénomène OVNI présent.
Le phénomène OVNI que nous connaissons aujourd’hui, c’est un phénomène qui est directement lié avec des civilisations qui cherchent à contacter l’être humain, mais, le phénomène OVNI de la fin du cycle, je dis la fin du cycle, ne sera pas un phénomène OVNI, ce sera un phénomène de Lumière, alors ce que les gens verront, ce ne seront pas des OVNI mais ce sera de la lumière, très intense, éthérique, à l’intérieur de laquelle se… je ne peux pas dire se cachent mais effectivement puisque les gens ne pourront pas voir directement à l’intérieur de cette lumière, à l’intérieur de laquelle se cacheront les aspects Universels de la Conscience Christique manifestée dans des corps parfaitement organisés dans les autres Galaxies pour le contact éthérique avec l’être humain.

Richard Glenn :
Est-ce que c’est ce qui faisait dire que les étoiles tomberont sur la Terre ?

Bernard de Montréal :
Les étoiles tomberont sur la Terre, les étoiles sont un feu, ces véhicules seront de la lumière, les formes humaines à l’intérieur de ces véhicules-là seront des formes qui auront accepté une programmation directe de la Conscience Christique.
Le phénomène de la fin du cycle ne sera pas un phénomène OVNI tel que nous le connaissons.

Les OVNI, qui entrent en contact avec notre civilisation présentement, sont des OVNI ou des races qui n’ont pas atteint le niveau de la Conscience Cosmique sage du premier ordre, ce sont des intelligences supérieures qui ont eu accès à leur intelligence scientifique à cause de l’organisation matérielle de leur cerveau.

Tandis que les OVNI, entre parenthèse du deuxième cycle, ne seront pas des OVNI paraficiels, paraficiels (néologisme créé et répété par Bernard de Montréal) tels que nous les connaissons, ce seront des vaisseaux de lumière créés authentiquement par la Conscience Christique pour envelopper des corps hautement robotisés du Spectrum de l’Avenir Universel. 
Alors ces corps hautement robotisés, seront assez parfaitement conçus pour pouvoir absorber l’énergie de ce que les humains appellent le Christ, afin de pouvoir entrer en contact divin avec l’être humain.

Richard Glenn :
Est-ce qu’ils entreront effectivement en contact direct avec l’être humain ?

Bernard de Montréal :
Ils entreront en contact direct avec l’être humain mais seulement avec ceux qui auront la vibration leur permettant de pénétrer dans la Lumière sans avoir leurs corps détruits.

Richard Glenn :
Est-ce qu’ils laissent des traces physiques ?

Bernard de Montréal :
Ils ne laissent aucune trace physique, c’est la grande différence entre ces engins qui ne sont pas des engins, et les engins que nous connaissons.

Richard Glenn :
Est-ce qu’ils entrent en contact télépathiquement avec les humains ?

Bernard de Montréal :
Ils entrent en contact avec les êtres humains par télépathie, ils construisent dans le mental de l’être humain une surface aimantée, pour pouvoir absorber, pour lui permettre d’absorber l’énergie nécessaire de leur mental, ils conditionnent l’être humain à la lueur de leur feu et ils ne créent chez l’humain aucune crainte, du moment qu’il a la vibration, s’il n’a pas la vibration, l’être humain est dans la Terreur. C’est pour cela que les mouvements de cette fin de cycle sont cachés.

Richard Glenn :
Tolèreront-ils la manifestation des entités adverses ou des entités négatives ?

Bernard de Montréal :
Pardon ?

Richard Glenn :
Tolèreront-ils des manifestations des entités opposées ?

Bernard de Montréal :
Bon, lorsque ce temps sera venu, le cycle des forces Lucifériennes sera terminé.
Alors ce qui va se passer, c’est qu’il y aura un remplacement dans notre partie de l’Univers, un remplacement dans la hiérarchie, sur la Planète Terre. Il y aura un homme sur la Planète Terre, dans l’éther de la Planète, qui sera en charge de l’évolution de la Planète et cet homme-là sera directement en relation avec les énergies de cette Conscience Christique - quand je dis de la Conscience Christique ça va très loin, l’affaire du Christ - mais pour le moment, cet homme, cet être sera en relation avec cette Conscience Christique et il aura tous les pouvoirs, tous les pouvoirs. Ceci implique qu’il aura la capacité d’intervenir, d’aliéner et de commander toute relation entre l’être humain et le Cosmos matériel.

Richard Glenn :
Il sera de la voie du Christ ?

Bernard de Montréal :
Il sera un représentant du Christ physique sur la Terre, il représentera le Christ physique sur la Terre, parce qu’il y a 7 niveaux de Christ. Alors, il sera un représentant du Christ physique sur la Terre, il pourra comprendre parfaitement les représentants du Christ éthérique sur la Terre, il pourra détruire toute facette symbolique du Christ Astral sur la Terre, il sera totalement libre de toutes conventions symboliques Universelles concernant le Christ Mental sur la Terre, il pourra tout détruire et tout reconstruire par la Volonté du Christ sur ses plans.

Richard Glenn :
Et quand on dit le Christ est assis à la droite du Père, est-ce sur le plan physique ? Et jusqu’où ça va ?

Bernard de Montréal :
Le Christ assis à la droite du Père, c’est que le Christ dans Sa Volonté représente sur la Planète l’usage de l’énergie de la Volonté, le Père c’est la Volonté. 
Mais l’être humain ne peut entrer en relation vibratoire expérientielle avec le Christ, avec la Conscience du Christ, que si ses vibrations ont été changées. 
Le Christ ne peut pas se reconstruire, alors le corps humain du Nazaréen a été totalement détruit, la mémoire a été totalement diffusée, et dans l’avenir qui vient, un nouveau corps sera créé, et ce corps-là sera parfait mais il sera une parfaite représentation du Christ sur le plan atomique, et il représentera un parfait modèle du Christ sur le plan humain, mais la constitution matérielle, la peau, les yeux, la tête, tout ceci sera fait d’une matière spéciale.

Richard Glenn :
Vous avez bien dit d’une matière ?

Bernard de Montréal :
Oui, et quand je dis d’une matière spéciale, c’est que le plan Mental sera le plan qui servira à la construction du corps, le plan Astral servira simplement à donner au corps sa lueur humaine, le plan Ethérique servira à faire pénétrer dans notre éther à nous cette conscience énergétique, et le plan matériel humain servira seulement à faire connaitre sa tête à ceux qui peuvent pénétrer dans la Lumière.

Richard Glenn :
Qu’adviendra-t-il des gens qui n’ont aucune foi dans le Christ ? Que ce soit en Occident ou en Orient où on pense à Rama ou à Krishna ?

Bernard de Montréal :
Que les gens aient la foi ou qu’ils ne l’aient pas, ça ne change rien, ce n’est pas par la foi que les gens connaîtront cette Conscience, c’est par la conscience que les gens connaîtront cette Conscience.
La foi c’est un voile, c’est une subtile réalité psychologique pour l’être humain spirituel, mais au niveau de l’expérience de l’avenir, l’être humain devra dépasser sa spiritualité, pour être enfin totalement dans la conscience de la connaissance et la connaissance parfaite de sa relation avec les Intelligences supérieures. L’être humain ne peut plus, ne pourra pas se permettre dans ces temps d’être dans l’ignorance, alors la foi, c’est un aspect de l’ignorance.

Richard Glenn :
On se rend compte que les êtres humains sont pris de plus en plus au pied du mur, il n’y a pas différentes façons d’agir dans les circonstances, on sait que la nuit dernière, Carter était en relation étroite avec Trudeau, il y a des actions qui se préparent sur des plans militaires où on sera engagé. Comment les êtres humains qui ont une certaine conscience devant tout ça, doivent-ils réagir vis-à-vis des puissances politiques ?

Bernard de Montréal :
Il y a seulement une porte de sortie pour l’être humain : c’est la conscience, il n’y en a pas d’autre.

Richard Glenn :
Et quand la conscience ne l’indique pas du tout ? Faut-il suivre les politiciens ?

Bernard de Montréal :
Reformulez votre question.

Richard Glenn :
Okey ! quand avec une certaine prise de conscience, les gens ne sont plus d’accord avec certains politiciens, dans des gestes, j’allais dire, de non-retour, sans équivoque, on agit ou on n’agit pas, on dit oui ou on dit non, mais ce n’est pas dans ce sens-là, mais on va intervenir en Iran ou on va intervenir sur le plan Mondial, alors…

Bernard de Montréal :
Bon alors, le problème de l’évolution de la conscience, le problème de l’évolution du supramental, le problème du développement du contact humain, le problème de la relation parfaite entre l’être humain et les plans supérieurs c’est un problème qui est Universel.

Tout ce qui est sur le plan humain, que ce soit de la politique ou de l’économie c’est totalement superficiel au fur et à mesure que l’être humain avance dans cette conscience, automatiquement tout le reste n’a aucune importance. 
Tant que la politique, l’économie et toutes les choses matérielles, toutes les formes matérielles de l’expérience humaine sont importantes pour l’être humain, il ne peut pas être dans la conscience… il peut avoir un certain sentiment de conscience, mais sa conscience est encore très atténuée, une fois que l’être humain est en contact avec les vibrations du supramental, tout ce qui compte dans la vie c’est la conscience, or tout est subordonné à cette conscience et ça prend des années de développement interne, d’initiations pour que l’être humain en arrive à la parfaite compréhension de çà.

Lorsqu’il a cette compréhension totale il est totalement libre de l’être humain, lorsqu’il est libre de l’être humain il devient graduellement un surhumain lorsqu’il entre en contact avec les pouvoirs vibratoires des autres plans. C’est évident que les choses de l’être humain n’ont aucune importance pour l’être humain qui est dans la conscience, puisque les choses de l’être humain sont du passé, et que l’être humain qui est dans la conscience est dans l’avenir.

Richard Glenn :
Ça c’est un danger Bernard, on se soustrait facilement en parlant dans ce sens-là, aux responsabilités de notre temps, en vivant dans le temps futur, trop vite. Quand je donne, je présuppose des choses, quand les Etats Unis aidés du Canada ou ensemble, interviennent en Iran avec les forces militaires, tout le Canada est impliqué ou que ce soit le Québec et le Canada.

Bernard de Montréal :
Oui, mais remarquez que j’ai dit, au fur et à mesure que la conscience grandit… au fur et à mesure l’être humain se dévoile d’autres relations. 
On ne peut pas demander à un enfant d’agir d’une certaine façon tant qu’il n’a pas l’âge, au niveau de la conscience du contact avec le Supramental, c’est la même chose, si une personne doit passer 15 ans pour en arriver à cette conscience, lorsqu’il est arrivé à cette conscience il n’a plus le contact avec le passé de l’humanité, et à ce moment-là dans le présent de cette conscience, il sait exactement quoi faire.
Alors pour ne pas laisser d’ambiguïté dans votre pensée, dans la pensée des gens, je ne dis pas que les gens ne doivent pas fonctionner tel qu’ils fonctionnent, je dis qu’au fur et à mesure que cette conscience se précise dans l’individu, automatiquement l’être humain tombe sur les Lois Universelles, il n’est plus sous les lois humaines, il est en relation, il est en harmonie avec les lois humaines mais lorsque les lois humaines sont en conflit avec son individualité totale, il se souvient de ces Lois.

Si vous allez au Tibet et que vous rencontrez les maîtres qui sont dans le Tibet, vous leur demandez s’ils veulent voter pour l’un ou pour l’autre, ils vont vous dire qu’ils n’ont rien à faire avec ces choses, c’est normal. 
Alors, on ne dit pas que les gens qui vivent aujourd’hui doivent se soustraire de leurs responsabilités, les gens doivent vivre leurs responsabilités parce que c’est justement dans cette expérience qu’ils grandissent, mais si ces gens ont accès à ce contact vibratoire, cette énergie au cours des années transmutera le mental inférieur en mental supérieur, et à ce moment-là les choses des humains deviennent du passé et l’être humain pénètre automatiquement dans le futur, il pénètre dans le futur. Il pénètre dans le futur.

Richard Glenn :
Mais, tout ça ne se fait pas simultanément sur la Planète actuellement.

Bernard de Montréal :
Non.

Richard Glenn :
Il y a des déchirements, il y a des peuples, j’oserai presque dire qui sont en arrière sur d’autres peuples…

Bernard de Montréal :
Ça fait partie du Karma mondial, ça fait partie de l’expérience humaine.

Richard Glenn :
Nous, on est peut être, privilégiés et là-dessus j’aimerai, entendre Bernard parler un peu du Québec.

Bernard de Montréal :
Le Québec a une responsabilité sur le plan mondial, seulement cette responsabilité que possède le Québec, n’est pas encore visible sur le plan politique ou sur le plan scientifique, parce que le Québec n’a pas encore atteint le niveau de conscientisation qu’il possèdera dans l’avenir, et aussi les centres d’énergie dans le Québec n’ont pas encore été allumés, mais une fois que ces centres d’énergie seront allumés, que les couloirs éthériques de la Province seront connus des gens de la Province, automatiquement le Québec prendra dans le Monde sa place, la place qui lui est assignée, d’ailleurs comme tous les peuples, pas seulement le Québec, les Etats Unis, la Russie, la France, l’AngleTerre, L’Amérique du sud.

Il faut concevoir l’histoire moderne comme étant en deux parties.
Il y a l’histoire moderne que nous vivons et qui sera dans quelques années totalement transformée et il y a l’avenir qui sera vécu par l’être humain à un autre niveau de conscience, de perception et de compréhension, qui établira pour l’humanité future une orientation totalement différente, mais avec des clefs qui ne sont pas aujourd’hui compréhensibles ou percevables parce que l’être humain n’a pas encore cette conscience.

Lorsque l’être humain aura cette conscience, le Québec deviendra automatiquement en relation vibratoire avec des forces qui projetteront dans la conscience nationale de ce peuple, qu’on appelle le peuple du Québec, un mouvement quelconque, et il en est de même pour tous les peuples ! Parce que ce n’est pas seulement au Québec, qu’il y aura cette prise de conscience, mais le Québec a définitivement sur le plan Mondial, des relations avec des plans d’énergies de très hautes vibrations, qui permettront éventuellement la réorganisation de la fonction publique d’un état, dans le Monde moderne.

Richard Glenn :
Je vais faire une longue parenthèse, j’aimerai avoir les commentaires de Bernard là-dessus : C’est qu’on jouit parfois en ésotérisme de faire des relations avec des choses, je sais qu’au Québec il y a eu le cardinal Paul Emile Léger qui a fait connaitre beaucoup le chapelet en famille-une famille qui prie est une famille unie et vive la Sainte Vierge- on a notre saint patron qui est St Jean Baptiste, St Jean Baptiste le patron des troupeaux de moutons, mais quand même, St Jean Baptiste était le précurseur du Messie et c’est notre saint patron ici au Québec, on continue à s’amuser avec ces choses-là pour dire que l’on a le lac St Jean , mais St Jean était aussi l’apôtre de l’Apocalypse, ce sont des relations qui se font dans certains milieux ésotériques où on a des frissons quand on se dit : regarde donc ça… mais le Québec c’est vraiment pas comme tous les autres… Bernard, qu’est-ce qu’il y a à dire de tout cela ?

Bernard de Montréal :
Il y a, ce que vous appelez des vérités à différents niveaux, alors c’est évident qu’on peut facilement faire intuitivement des analogies entre un saint ou un autre….

Richard Glenn :
Intuitivement ?

Bernard de Montréal :
Intuitivement. 
Mais une intuition c’est une façon de percevoir certaines choses, de voir derrière un voile, mais on ne peut pas perdre son temps avec les analogies, parce que c’est infini les analogies, les gens font toujours des analogies qui leur plaisent, mais personne ne va dire que le Saint préféré des Québécois ou le Saint préféré des masses dans le monde c’est St Jean de Dieu ! C’est toujours Saint….vous comprenez ce que je veux dire ? (Murmures du public)
Bon, alors quand les gens auront la capacité mentale de voir que peut être le Saint préféré des humains c’est St Jean de Dieu, à ce moment-là on avancera à l’envers. (Rires du public)

On passe notre temps à se conter le rêve, on passe notre temps à s’intéresser à l’ésotérisme parce que ça plait à notre amour propre, on passe notre temps à se croire spirituel, on passe notre temps à… autrement dit se créer des illusions qui nous basquent dans le soleil de notre ignorance et éventuellement cette ignorance, ces illusions à tous les niveaux doivent être mises de côté, sans cela l’être humain ne peut pas arriver à la clairvoyance totale de ce qu’il est, de ce qu’il doit faire, de ce qu’il sera et de connaitre son avenir, et ainsi de contrôler et de faire épanouir ses forces pour diriger éventuellement le mouvement personnel de sa destinée.

Richard Glenn :
En allant peut être plus près du concret ou du matériel, on sait qu’au Québec on a les plus grandes sources d’énergie électrique, le plus grand pouvoir au monde ou presque, et on sait que les OVNI, les soucoupes volantes s’alimentent aux sources électriques, on sait que le champ magnétique ou le champ électrique dégagé par les soucoupes volantes manifestent bien qu’elles sont contrôlées par une énergie électrique très puissante, sera-t-il possible de croire qu’un jour, et on pense à Verchere, on pense à des places où tous les peuples sont réunis pour travailler sur le domaine de l’électricité, serait-il possible de croire que le Québec va être justement la fine pointe de la découverte scientifique, grâce à, disons l’électricité entre autres…

Bernard de Montréal :
Bon. Pour comprendre la fonction ou la raison pour laquelle Québec se lance dans l’énergie, c’est parce que Québec a une relation avec l’énergie, alors Planétairement, planétairement, Québec a un acquis au niveau de l’énergie, alors la première manifestation de cette énergie au Québec c’est ce qu’on appelle l’Hydro Québec, ou le projet de la Baie James. 
Ça fait partie des cartes, ça fait partie du potentiel de la personnalité de la Province de Québec.

Effectivement, éventuellement, le problème de l’énergie sera transformé, l’énergie que nous connaissons aujourd’hui ne servira plus à l’être humain, parce que l’être humain se servira d’une source d’énergie qui est infinie, alors l’électricité est une source quasi infinie parce que ce sont toujours des rivières qui viennent et qui viennent, mais cette énergie a beaucoup de limites, elle a des limites dans ce sens qu’elle ne peut pas se transporter à distance, elle doit être canalisée, dans les années de l’avenir, l’être humain n’aura plus de fils, alors l’énergie sera dans l’éther, et l’être humain pourra transmuter cette énergie et se servir de cette énergie, de cet hydrogène de base qui existe dans le Cosmos.
Alors, l’Hydro Québec et tous ses travaux extraordinairement mécaniques que l’on fait là-bas, ça fait partie de la personnalité de la Province de Québec, une Province ça a une personnalité, un pays ça a une personnalité, peut-être que voilà dix ans, vous, vous aviez l’intention de faire une chose, aujourd’hui vous faites d’autres choses, dans dix ans vous ferez autre chose, alors c’est la même chose, une Province fait une chose et dans dix ans elle fait d’autre chose et dans d’autres périodes de temps elle fait d’autre chose.

Mais l’importance occulte si vous voulez, de l’intérêt que possède la Province au niveau de l’énergie, c’est que justement dans toute la structure de la programmation de cette Province au niveau des Planètes, au niveau des Intelligences qui dirigent l’évolution de la Planète, l’énergie est un point très important, mais dans la science de l’avenir, le problème de l’énergie sera résolu à un autre niveau et les formes d’énergie seront très différentes de celles que nous possédons aujourd’hui, mais Québec avance dans cette direction.

Richard Glenn :
Quand vous dites dans l’avenir, est-ce que ça veut dire bien loin ?

Bernard de Montréal :
Non. Quand je dis dans l’avenir je dis, à partir du moment où sera connu physiquement : l’Initié de la synthèse.

Richard Glenn :
Mais Bernard, en dehors de l’énergie qui nous donne un certain confort physique, matériel, il y a une autre forme d’énergie qui va s’implanter je pense bien de toutes façons à travers tout le Québec, c’est la communication grâce à des réseaux de câbles, et principalement ce câble qui va permettre d’entrer en relation avec les Universités, avec les grandes centrales économiques et du savoir, si on veut, la communication au Québec me semble être de très, très loin et en avance sur n’importe quel autre pays au Monde, tous les Québécois, tous les petits Québécois peuvent tout savoir sur tout et par les plans audio-visuels donnés par le câble, disons le mot : Vidéotron, mais il s’appelle comme ça parce que ça se nomme comme ça mais on a quand même une grand possibilité grâce à cette communication nouvelle et Bernard, que pensez-vous de cette nouvelle orientation de la communication que nous avons ici au Québec ?

Bernard de Montréal :
La facilité de communication qui existe dans notre Province est établie pour 3 raisons :
La première raison c’est que la Province, sous consciemment, inconsciemment, possède un très grand potentiel scientifique. Ce qui empêche les Québécois de réaliser ça, c’est que les Québécois commencent simplement à se réveiller.

Deuxièmement, c’est que toute forme de communication sur le plan Cosmique, lorsqu’il est vu d’un point de vue humain, d’un point de vue Planétaire, est une manifestation de l’Intelligence par les canaux de l’intuition chez l’être humain. 
Alors quand les Intelligences des autres plans, veulent qu’un peuple évolue, ils s’arrangent au cours de cette programmation qui est très longue, qui touche aux plans d’incarnations, qui touche aux plans karmiques, qui touche aux plans de la structuration des peuples, ils s’arrangent toujours pour qu’il y ait une très grande facilité de diffusion, que ce soit par les livres, que ce soit par la télé ou la radio.

Et troisièmement, il existe dans la Province de Québec, un sentiment inné de perception de l’intelligence de ceux qui nous parlent, la Province possède - même si elle n’a pas un très haut niveau d’intellectualisation, d’études universitaires - il existe dans la Province de Québec un très haut niveau intuitif qui fait que les gens, le peuple, la population, aime ceux qui leur parlent. 
Ils aiment ceux qui leur parlent, le Québécois n’est pas un humain retardé, il est un humain en avance dans le temps évolutionnaire de notre Planète, seulement il n’a pas la façon, il n’a pas le fini, il n’a pas la personnalité pour manifester ce qu’il sait avec l’intelligence directe que l’on connaît en général de certains peuples qui sont plus âgés, comme l’Europe, mais il a définitivement la perception et l’intuition de ce qui se passe, et présentement, avec toute cette manigance d’activités sur le plan politique, il se crée encore un approfondissement de cette conscience collective Québécoise pour donner à l’âme Québécoise un support encore plus certain de sa destinée qu’elle ne comprend pas. 
Remarquez, que je ne prends pas position pour l’un ou pour l’autre, j’explique simplement le phénomène.

Richard Glenn :
(En riant) Oui il est très diplomate hein ! Parce qu’il voyait venir ce qui s’en venait…
Je m’applique en prenant la pancarte des oui, et en la mettant à l’envers ça donnait ino. (Il prononce alors en anglais I Know… je sais… provoquant le rire du public) 
Mais ça c’est en voyant les choses à l’envers... Bernard, vis-à-vis des grands maîtres, on a dans la Province de Québec, et je pourrais peut être en nommer quelques-uns, même si c’est un risque d’en oublier d’importants : Les Sciences Cosmiques, Natacha Kolesar, Anubis Shénouda et puis là j’en oublie je suis sûr, mais je veux parler des ésotéristes parce que je pourrais parler des ésotéristes un peu plus scientifiques, si on veut là, est-ce qu’il ne risque pas de continuer à se faire ce divorce entre tous ceux qui avaient la bonne volonté au départ, et "Paix aux hommes de bonne volonté…" parce qu’on sent que chacun cherche à tirer la couverte un peu trop de son côté, je vais être très, très clair et très franc, je suis mêlé à tous les phénomènes ésotériques de la Province, pour savoir qu’à la fin de la semaine dernière il y avait un des plus grand symposium qui avait été organisé ici à Montréal à L’Université du Québec, et qu’en même temps, le plus gros mouvement - celui qui attire ou qui amène le plus de gens actuellement de façon extérieure, car je ne parle pas de la Rose+Croix, et d’autres groupements qui mériteraient beaucoup plus d’attention du grand public - faisait aussi son symposium en même temps ailleurs dans la Province, est-ce que c’est voulu ? Est-ce que c’est une bonne chose ? 
Est-ce que Bernard aurait des commentaires à faire sur : ou bien donc on arrête de diviser les forces puis on en fait un grand tout ; ou bien non, c’est bon, que ça continue comme ça ?

Bernard de Montréal :
(Il soupire…) Les forces qui existent sont nécessaires, parce que différentes personnalités arrivées à différents niveaux d’évolution nécessitent différentes formes d’informations, alors toutes les forces sont bonnes dans ce sens qu’elles permettent une certaine évolution. Ce qui viendra avec le temps, je ne dis pas avec l’avenir, je dis avec le temps, c’est que, il se produira une universalisation de l’être humain, de sorte que ces forces préparent, sensibilisent l’individu, mentalement, émotivement, psychiquement à certaines réalités. Mais l’être humain doit devenir totalement autonome de ces forces. 
Alors ces forces servent à énergiser l’être humain, le Québécois ou les gens dans le Monde, d’une façon ésotérique, c’est-à-dire d’amener l’esprit à sortir du terrain de la pensée matérielle pour pénétrer le terrain de la pensée ésotérique spirituelle, pour éventuellement amener l’individu à se réaliser parfaitement dans sa propre conscience, l’individu devra et il le fera, il deviendra centrique, lorsque l’être humain sera centrique il pourra communiquer avec tous les individus qui sont centriques, et à ce moment-là, les écoles des maîtres disparaîtront, ils auront fini leur travail…

Richard Glenn :
Donc l’être humain doit commencer par être autonome, centrique et ensuite entrer en contact avec les autres qui le sont eux aussi, autonomes et centriques.

Bernard de Montréal :
Oui, seulement avant que l’être humain devienne centrique et autonome il doit automatiquement passer par une sorte d’initiation, c’est inévitable, parce que la centricité implique que l’individu, sa personnalité, soit unifiée à son Ego et que son Ego soit unifié à l’âme, et que l’âme serve de plan d’énergie pour l’ajusteur de pensées, qui travaille avec tous les plans, tous les sous plans de l’être humain.

Richard Glenn :
Ça veut dire quoi, une initiation ?

Bernard de Montréal :
Une initiation c’est un mot, ça ne veut rien dire, tous les mots ne veulent rien dire, ça crée plus d’inquiétude, d’anxiété que d’autre chose. 
Une initiation c’est une période, dans laquelle et par laquelle on passe et durant laquelle on expérimente, on fait l’expérience d’un changement de vibration. 
Alors c’est évident que si certaines vibrations sont captées par la personnalité, par l’Ego, et que ces vibrations viennent d’un plan en dehors de ses plans, l’être humain au niveau de la personnalité se transmute, il change, la personnalité et l’Ego deviennent de plus en plus unifiés, et lorsque ces deux éléments de l’être humain sont unifiés, à ce moment-là, l’être humain commence à savoir ce qui se passe, et ça, ça se fait graduellement, ça ne se fait pas tout d’un coup à moins de passer par une fusion, si on ne passe pas par une fusion ça se fait lentement, graduellement, et au cours de la vie, des années qui passent, on arrive à se comprendre de plus en plus à l’intérieur de cette forme d’énergie.

Richard Glenn :
Est-ce qu’on peut mettre en parallèle une initiation et un choc ?

Bernard de Montréal :
Toute transmutation d’énergie, toute pénétration d’énergie d’un plan à un autre, crée un choc, un choc c’est la pénétration, alors le choc on peut en faire l’expérience sur le plan mental, on peut en faire l’expérience sur le plan émotif, on peut en faire l’expérience sur le plan éthérique, sur le plan physique. Alors un choc c’est la pénétration d’énergie et lorsque le corps n’est pas ajusté à cette vibration-là, il y a ce qu’on appelle le choc et c’est ce choc-là qui fait le travail.

Richard Glenn :
Est-ce qu’il y a toujours un initiateur pour celui qui se fait initier ?

Bernard de Montréal :
Toujours ! 
Et l’initiateur est soit physique, ou il est invisible, mais il y a toujours un initiateur, parce que l’être humain lui-même ne peut pas s’initier, on ne s’initie pas soi-même, on est initié, soit par des maîtres, ou par des écoles ou par la vie, ou par des… l’initiation c’est la rencontre, on peut être sur un autre plan, l’Ego qui n’est pas dans un corps matériel peut être initié sur d’autres plans, mais c’est toujours un rapport de forces, c’est toujours un rapport de conditions vibratoires entre un plan supérieur avec un plan inférieur, pour amener le plan inférieur à un niveau supérieur de vibrations, pour qu’il y ait possibilité de communication et de compréhension sur le plan où se situe l’expérience.

Richard Glenn :
Alors ces plans supérieurs, est-ce qu’ils peuvent provoquer des chocs ?

Bernard de Montréal :
Ils peuvent provoquer des chocs, ils peuvent les provoquer à différents niveaux, ils peuvent… mais en général ils vont passer par un être physique, parce que provoquer des chocs chez l’être humain, s’il ne comprend pas ce qui se passe, ça ne l’aide pas, ça le retarde ! il faut que l’être humain comprenne ce qui se passe, s’ils provoquent des chocs directement c’est parce que l’être humain sait avec qui il a affaire, s’il sait à qui il a affaire à ce moment-là, c’est signé, le travail peut se faire entre lui et eux, mais à un certain moment il faut que l’être humain sache ce qui se passe.

Richard Glenn :
Est-ce qu’il y a des chocs qui se produisent par hasard ? 
Qui se produisent sans que les formes supérieures puissent le prévoir ou le…

Bernard de Montréal :
Non, non, non, la vie c’est une suite de chocs ! Un être qui est très inconscient qui marche dans la rue, qui voit… qui a un accident, c’est un choc ! La vie c’est une suite de chocs.

Richard Glenn :
Si je donnais un exemple comme l’assassinat d’un grand chef d’état, est-ce que ça peut être aussi…

Bernard de Montréal :
C’est un choc au niveau national.

Richard Glenn :
…prévu par les …

Bernard de Montréal :
Ah oui, tout est connu ! Un être humain qui ne comprend pas que le hasard ça n’existe pas, c’est un humain qui n’a rien compris. (Rires)

Richard Glenn :
Est-ce qu’on peut s’amuser maintenant sur des choses qui sont très délicates, mais je ne voudrais évidemment pas qu’on se figure qu’en arrière de nous, on est informé par des réseaux d’espions à travers le Monde, mais il y a une chose qui me renverse c’est de voir que dans la nuit du… je ne sais plus trop laquelle, au mois d’Avril, des avions Américains, des hélicoptères, et puis des hélicoptères de haute qualité, avec des hommes supposément choisis pour leurs capacités, fassent une erreur fatale pour une entreprise qui était extrêmement importante, qu’à tout ça, il n’y a aucun document photographique, vidéo ou film alors qu’on sait très bien qu’il n’y a aucune manœuvre qui se fait sans quelqu’un qui filme quelque part, qu’à tout ça, on ait oublié les armes et même certains documents d’identité dans les hélicoptères, qu’à tout ça on ait prétendu des nombres de morts, un certain nombre, qu’on a changé le nombre, qu’on ait prétendu la descente de deux bombardiers ou trois bombardiers, finalement quand on va sur les places on se rend compte qu’il n’y en a eu qu’un seul, que tout ça se soit produit pendant la nuit, et qu’à tout ça finalement il n’y a jamais eu de grandes répercutions mondiales comme il aurait pu y en avoir puisque c’était une invasion militaire dans un pays qui était sur le bord de la guerre ou presque, alors là j’arrive avec deux autres alternatives, c’est qu’il y en a qui se sont mis les pieds dans les plats, parce qu’il y en d’autres qui ont des pouvoirs un petit peu supérieurs aux hélicoptères, pour intervenir, et comme c’est quelque chose qu’on n’a jamais voulu expliquer aux gens, on s’est arrangé pour en parler le moins possible, autant d’un côté que de l’autre.

(Bernard de Montréal soupire…).

Bernard… ?

On joue à cachette hein ? (Rires dans la salle, Bernard de Montréal lui, reste muet…)

On pourrait parler aussi de la température, et puis le plus drôle c’est que la température de laquelle je veux parler c’est celle d’un hiver où il n’a presque pas neigé, c’est celle où il y a eu certains orages dans certains lieux qui ont provoqué des faillites dans les récoltes aux Etats Unis, c’est aussi l’utilisation de certains satellites, qui envoient ce qu’on appelle l’ELF, Extreme Law Frequency, qui aussi on le sait, agit sur les cerveaux des êtres humains, là où on veut bien, parce qu’on utilise les satellites de la façon dont on veut bien, et puis là on touche des réalités si vous voulez des documents, vous pourriez ou bien ouvrir la presse ou bien être en relation avec certains organismes scientifiques qui ont quand même des communiqués auxquels vous pourriez même vous abonner. (On entend Bernard de Montréal souffler…) Bernard est au courant de ces choses-là…

Bernard de Montréal :
Je ne vais pas continuer, parce que là il n’y a plus rien à dire, il n’y a plus rien à demander, tu tricotes, tu tricotes, tu tricotes…

Richard Glenn : 
Bon, j’ai trop d’émotivité je pense….

Bernard de Montréal :
C’est un grand gars que j’aime… Un très grand bonhomme.
Mais… il y a beaucoup de choses cachées derrière Glenn, même Glenn ne connaît pas tout de Glenn.
Au cours des années Glenn va découvrir Glenn et lorsqu’il va découvrir Glenn, il va réaliser qu’il y a derrière le voile de l’espace et du temps, des Forces, des Intelligences qui planifient l’organisation de l’évolution de l’être humain, soit au niveau de la Planète ou au niveau d’une Province.

Que Glenn ne connaisse pas Glenn c’est très bon, parce qu’à ce moment-là avec son Ego il foutrait toute la chose en l’air, mais il a besoin de son Ego pour fonctionner… alors les gens qui critiquent Glenn parce qu’ils ne comprennent pas les aspects cachés de Glenn, font un disservice à eux-mêmes, parce que Glenn a beaucoup à apporter aux individus en relation avec ses activités, ça c’est une chose, (Disservice : vient de l’anglais – mauvais service) mais il y a une raison pour laquelle Glenn ne comprend pas Glenn, c’est parce qu’on a permis à Glenn d’intuiter son travail sans le lui faire comprendre, et en empêchant Glenn de comprendre son travail, ça l’empêche de devenir trop prophétique…
(Coupure)

Les gens vont comprendre au cours des années qui viennent, que l’être humain a une relation très étroite avec l’invisible, mais on est encore prisonnier de nos corps physiques, on n’a pas encore le pouvoir de nous servir de notre vision interne, de connaitre ceux qui travaillent avec nous dans ce qu’on appelle l’invisible, parce que l’invisible ça n’existe pas… l’invisible est aussi visible à l’être humain que le physique, seulement il faut avoir les yeux, les lunettes nécessaires pour le voir, et lorsqu’on entre en contact avec l’invisible et qu’on communique avec l’invisible, on s’aperçoit que l’humanité est dans une très sérieuse situation.

Que les gens ne connaissent pas les données physiques, cosmiques de la condition de l’humanité, c’est normal, parce que les gens sont inconscients, mais que les gens ne puissent pas sentir qu’il vient graduellement des évènements, qui doivent changer, altérer la conscience de leur propre vie interne, pour leur permettre éventuellement d’avoir accès à ces autres niveaux d’intelligences et d’énergies qui font partie de notre vie, de notre Cosmos et de notre univers, ça c’est une tristesse pour beaucoup de gens.

Le problème fondamental de l’être humain c’est son intellect, parce que son intellect donne naissance à l’orgueil, tant qu’il a de l’orgueil il ne peut pas se permettre de croire qu’il y a derrière sa vie matérielle physique quelque chose de très essentiel, très substantiel, de très réel, quelque chose qui est la réalité.

Lorsque vous avez un type comme lui, qui depuis quelques temps s’efforce d’amener différents éléments d’une société qui commence à se sentir et qui commence à se mouvoir, pour s’adresser à un public qui est avide d’informations, simplement à ce niveau-là, on réalise que le type fait une œuvre qui est importante, qui est important pour le peuple.

Le reste : le drame, le personnage, le Glenn en cravate, c’est sans importance, lorsque la population aura compris que derrière Glenn il y a d’autres niveaux d’intelligences qui dirigent son activité, en relation plus ou moins précise avec son acte volontaire, à ce moment-là les gens pourront commencer à apprécier un réseau d’informations ésotériques ou, appelez ça comme vous voulez, qui se forme dans la Province, pour amener les gens en contact avec des réalités qui transcendent l’éducation naturelle, normale, démocratique, sociale, culturelle que nous connaissons, et à ce moment-là ces individus pourront facilement commencer à pénétrer les couches très réelles mais subtiles de la connaissance interne, et c’est avec cette connaissance-là qu’ils arriveront éventuellement à pouvoir communiquer entre eux et former dans la Province, un réseau d’individus sciemment avisés à une conscience de l’avenir, et c’est à ce moment-là que la Province sera un des premiers lieux géographiques sur la Planète à se réaliser d’une façon globale, sans pour cela devenir un esclave des gens qui prêchent la vérité.

Tant que vous allez chercher la vérité, vous allez courir après une forme de mensonge, la vérité ça n’existe pas ! lorsque vous comprendrez que dans la vérité, il y a des aspects d’une réalité qui ne se voit, qui ne se comprend qu’en relation avec une totalité de la Conscience, qui est au-delà du marginal intellectuel ou de la logique, à ce moment-là vous verrez que les choses sont très simples, et à partir de ce moment-là, il vous sera facile de rencontrer des gens qui sont sur votre niveau de vibrations et qui vous comprennent d’une façon aussi simple que vous puissiez les comprendre.

La proportion des hommes et des femmes dans cette Province, qui intuitent l’avenir est très grande, mais l’Ego et la personnalité ne sont pas ajustés, c’est normal, ces choses viennent avec le temps… mais une fois qu’ils auront ajusté leur personnalité et leur Ego et qu’ils auront senti la vibration Universelle en eux, à ce moment-là tout ce qui est disparate, tout ce qui est de ces forces qui tendent à s’amplifier ou à se diviser pour des raisons purement personnelles, ce phénomène disparaîtra, et il y aura dans la Province un très haut niveau de conscientisation de la connaissance obscure, de la connaissance occulte, ou de la connaissance cachée, parce que ces mots : obscurs, cachés ou occultes, ça n’existe pas.

Tant que vous penserez occultement, tant que vous croirez que telle chose est cachée, vous serez dans l’illusion de la connaissance, il n’y a rien de caché, les mystères ça n’existe pas, alors ils existent parce que l’être humain n’a pas encore les centres ouverts pour les comprendre… alors si vous voyez en perspective sur une période de dix ans, de quinze ans, de vingt ans ce qui se fait présentement par l’entremise de Glenn, de ses amis, à ce moment-là vous verrez que dans dix ans, quinze ans, Glenn aura mis la puce à l’oreille à tout le monde et cette puce à l’oreille ce ne sera pas de la connaissance, Glenn n’a pas de connaissance, il a un certain niveau de compréhension, il a un certain niveau de sagesse, et ce sont certains niveaux de compréhension et de sagesse qui lui permettent de faire ce qu’il fait.

En ce qui concerne la connaissance, c’est une autre paire de manches, c’est une autre de ces illusions que tous les gens cherchent, tout le monde cherche la connaissance.
Tout est su ! Tout est connu ! Le hasard n’existe pas. 
Il s’agit que votre petite radio soit en harmonie vibratoire avec cette conscience pour que vous receviez l’information, que vous, vous avez besoin pour faire ce que vous avez à faire, c’est ça de la connaissance. De la connaissance c’est une énergie qui est transmutée, transformée en mots, pour exprimer ou expliquer quelque chose.

Alors que vous recherchiez de la connaissance, que vous recherchiez l’illumination, que vous recherchiez des pouvoirs, que vous recherchiez la lévitation, toutes ces niaiseries qui vous fascinent parce que vous avez de l’Ego, de l’orgueil, tout ce machin chouette… quand vous aurez compris ça, vous aurez compris beaucoup de choses, et vous ne comprendrez pas ça, tant que vous n’aurez pas atteint le temps nécessaire pour cette compréhension.

Rien ne nous est donné pour rien, mais tout nous est donné… dans le temps. Dans le temps !

Les gens se prennent au sérieux… Et je comprends c’est normal, c’est normal d’être ignorant ! Ignorant avec un doctorat, ignorant pas de doctorat, c’est tout pareil !
Ce qui n’est pas normal, c’est quand le doctorat se pense intelligent ! Ça ce n’est pas normal ! 
C’est une déformation de la conscience, et puis ce qui n’est pas normal, c’est quand le petit gars qui est bien, bien simple, là, tu sais… qui vient de la campagne, et que lui il veut avoir un doctorat pour épater les gens… qu’il reste dans sa campagne… et bien non !

On dirait qu’il y a un modèle, un idéal pour les humains : Tout le monde veut être une Grace Kelly, tout le monde veut être un prince de Monaco, en ésotérisme et en occultisme c’est la même chose, tout le monde veut être un Aleister Crowley et puis un autre Patton, un Gurdjieff, un Maharaji quelque part-là, on est tous des Maharaji quelque part, s’agit d’attendre… vous pensez que c’est dans une conférence que vous allez avoir la connaissance ? Dans les symposiums la… compréhension ? C’est pas drôle hein… ? 
(Rires du public)

Richard Glenn :
Là ça couine, mais…. (Rires du public)

Bernard de Montréal: 
La compréhension…. C’est eux autres, c’est pas moi… je parle pas comme eux moi, j’aurais des complexes si je parlais comme eux (Rires dans la salle, même Richard Glenn ne peut s’empêcher de rire aussi)
La compréhension c’est une chose qui vient avec le temps.

C’est une chose qui vient avec le temps, la compréhension. 
Ce qui est dangereux et puis ce qu’il faut comprendre, ce sont les illusions, et puis il y en a qui ne comprennent pas cela les illusions, il y a du monde qui pense que les illusions ce sont des illusions, les illusions ne sont pas des illusions ! 
Les illusions c’est une déformation de la réalité, ce n’est pas pareil !

Les mots ! Les maux ! Les maudits mots !
Ceux qui sont venus dans les conférences comprennent ce que je veux dire, dans les séminaires je veux dire. Les mots ! Et puis quand bien même que je vous parlerai et que je vous parlerai et que je vous conterai toute ma vie, et je vous parlerai encore, vous ne comprendrez rien de plus parce qu’il n’y a rien à comprendre par des mots, tout est vibratoire ! 
C’est votre radio… ! C’est la radio qu’il faut tuner, et une fois que l’autoradio est tuné… mais après si tu te les passes pas… tous les programmes passent, tu le mets sur le 7 ça passe, en Japonais, en Chinois… les mots… ! 
On vit ... Je vous le dis là, ne me croyez pas, on vit (il rit), on vit totalement dans une illusion, ça ne veut pas dire l’illusion des indous, je ne parle pas de la même illusion, l’illusion des indous n’a jamais été expliquée par personne, parce que personne ne comprend ce qu’ils veulent dire, et puis tout le monde pense que ce qu’ils veulent dire c’est une illusion, ce n’est pas vrai !

Le plan matériel n’est pas une illusion, il est bien là, les carottes c’est bien là, et puis du ciel c’est bien là, et puis ce ne sont pas des illusions ça, les illusions ce sont les fausses attitudes que nous avons envers telle ou telle chose, que ce soit mental, émotionnel, ou physique, c’est ça une illusion, quelqu’un qui va vous dire que le plan matériel c’est une illusion, c’est un cave (stupide) ! Que le plan Astral c’est une illusion, c’est un cave ! 
C’est l’attitude envers le plan Astral qu’on ne comprend pas, là à ce moment-là on se sort de la forme du plan Astral comme on peut se libérer de la forme du plan matériel si on a certaines capacités, ça ne veut pas dire que le plan matériel est une illusion ! Il a été créé ce plan-là, on n’est pas ici pour rien...

Ce que j’essaie de faire comprendre dans les conférences pour préparer les gens à d’autre chose, c’est de leur faire comprendre que ce que je dis, c’est simplement pour véhiculer de l’énergie : pour frapper un cadre dans vos p’tites têtes, quand le cadre est frappé dans vos p’tites têtes, à ce moment-là, là on peut aller plus loin mais tant que ce cadre-là n’est pas frappé, on ne peut aller nulle part.

Vous autres vous pensez que je suis comique ! Je ne suis pas comique. Je suis comique pour vous autres, parce que quand je vous dis quelque chose… c’est tellement évident que vous n’êtes pas capable de le sortir par vous-mêmes, alors moi je vous le sors, alors vous riez, mais ce n’est pas comique, il n’y a rien de drôle là-dedans !

En attendant, soyez sur votre route et ne vous cassez pas la tête, ne vous occupez pas de ce que je vous dis, mais vous ne pouvez pas faire autrement parce que c’est de l’énergie, ce n’est pas que des mots, mais si vous vous occupez de ce que je vous dis avec les mots, ben là à ce moment-là vous allez être venu pour rien ou vous allez me trouver comique ou vous allez être tristes.
… 
Ne me demandez pas de vous faire comprendre ce que je comprends, parce que ce que je comprends ça n’a rien à faire avec ce que je sais, j’essaie de vous faire comprendre ce que je ne comprends pas, ce que je ne comprends pas c’est inévitablement confus pour vous autres, parce que vous autres, vous comprend tout mais vous comprend pas… ce n’est pas un jeu de mots ! 
Quand je vous dis que tout est su, puis tout est connu, c’est la personnalité qui veut savoir, la personnalité elle, elle veut toujours savoir, et une fois que la personnalité est connectée à l’autre plan, à l’Ego, à ce moment-là les choses vont bien, mais tant que l’Ego et la personnalité ne sont pas unis, les choses sont plus difficiles, on ne peut pas comprendre la vie, c’est simple la vie !

Mais vous n’allez pas comprendre la vie d’un jour à l’autre, ils nous donnent rien eux autres en haut, les malades… vous autres, les autres en haut, les plans spirituels, vous pensez que ce sont tous des p’tits gars comme ça avec des ailes et des petits êtres vous autres, sur le plan Astral oui, sur l’autre plan ils n’ont pas d’ailes, mais la conscience objective de l’infinité, la conscience objective du Cosmos, la conscience objective de la réalité, la conscience totale de l’objectivité du Cosmos en soi-même, c’est une autre paire de manches, quand tu regardes dans ce télescope-là tu n’as plus besoin d’autre chose, tu n’as plus besoin de Jo Blo, (connaissant, dans le sens de guide) pour te dire quoi faire, t’es autonome, t’es centrique, t’es Universel, ça marche, très correct. Tu rentres d’un bord et tu peux pénétrer un autre plan si c’est nécessaire, le problème avec les gens, c’est que les gens ils en veulent avant le temps ! Mais attendez !

Ce dont les gens ont besoin ce sont des points de référence, dès qu’ils ont un point de référence ils font leur p’tit chemin, et puis ils font leur affaire. 
Mais tant que vous allez chercher la connaissance là, comme des vaches abruties là, ben vous allez la chercher la connaissance… il y en a qui cherchent la connaissance ils ont 80 ans aujourd’hui, ben qu’ils continuent à chercher la connaissance, c’est long ça la connaissance, c’est infini, le point n’est pas dans la connaissance, le point est dans l’ouverture des centres par lesquels l’énergie passe pour manifester de la connaissance.

On a tous des concepts erronés de ce qu’on doit faire, Socrate il dit : connais-toi toi-même, parce que le gars, le petit grecque en ce temps-là il travaille, puis il remet après, puis les français après, tout le monde a travaillé à se connaître soi-même, ça marche pas de même, connaitre soi-même ça fait partie de la philosophie interne de l’Ego, ça n’a rien à faire avec l’Ego, la philosophie interne de l’Ego le force à des « connais-toi, toi-même » t’inquiète pas quand tu t’accroches à eux autres en haut tu te connais tout seul, on ne veut pas se connaitre soi-même, on a pas de Volonté !on pense qu’on a de la Volonté, on n’a pas de Volonté ! On ne sait même pas ce que c’est de la Volonté, les gens parlent d’amour et puis de volonté, et puis d’intelligence…

Là on est à Québec, on est dans une partie du monde qui est évoluée, Québec, laissez-moi vous dire, c’est évolué, imaginez-vous comment c’est en Afrique, en Amérique du Sud, dans les Pays du Tiers Monde, vous êtes bien chanceux vous autres d’être nés ici, vous êtes bien chanceux d’avoir un gars comme ça, qui fait ce qu’il fait, il y en a un qui me dit une fois « Glenn, il fait des prophéties, il est en train de mettre tout le monde sur le bord de la faillite mentale, il est train de les faire capoter, il me dit moi je suis casseur moi, je vais combattre contre ça » ben combat ! 
Combat ! Ça ne va rien changer, parce que si Glenn fait quelque chose qui n’est pas correct quelque part dans le temps, moi je lui dis mais ça ne va pas changer ce que Glenn fait, parce que ce que Glenn fait c’est important .

Vous autres vous pensez là que vous allez au théâtre un soir, vous allez au restaurant, vous continuez votre job, vous pensez que vous êtes seul, c’est eux autres qui conduisent votre char, j’ai des petites nouvelles pour vous autres : s’ils coupent l’énergie en haut votre char va arrêter puis vous autres aussi vous allez arrêter… quand ils vous font marcher en dessous d’une maison et puis qu’une brique vous tombe sur la tête, c’est bien connu d’avance qu’elle va vous tomber sur la tête cette brique.

Il y a un lien entre l’être humain et l’Universel, le lien n’est pas toujours ajusté ce qui fait que le gars fait des gaffes, mais c’est voulu ça, c’est voulu de même, c’est pas parce que Glenn parle des prophéties qu’il faut rentrer dans ses prophéties ! Mais ce n’est pas une raison de dire que Glenn met tout le monde sur le bord de la faillite parce qu’il parle de ses prophéties, lui, s’il tombe c’est sa vie, c’est son problème, il te montre des années et il y en a c’est d’autres situations, mais je vous le dis, les prophéties, il n’y a rien là ! 
Si vous commencez à croire aux prophéties de Glenn vous allez vous mettre dans le bateau, parce qu’elles peuvent se produire les prophéties, et puis elles vont se produire, elles vont se produire à intervalles variables, parce que eux autres en haut ils ne donneront jamais d’informations précises à Glenn : il serait trop orgueilleux (rires dans le public) alors ils vont lui donner un p’tit peu de prophétie avec des petites variations, ça va se produire, puis les mouvements vont être très atténués, et puis Glenn va parler d’une chose et puis c’est autre chose qui va se produire, c’est comme ça qu’ils veulent ça, parce qu’ils ne veulent saborder personne.

Mais, il suit son mouvement, ben moi je vous le dis, si vous croyez à ses prophéties, vous allez être obligés d’attendre, vous allez vous contenter d’être rien parce qu’il y en a du monde qui sont sensibles et qui s’enfoncent, et puis qui s’enfoncent, qui vivent dans la crainte ou il y en a d’autres qui sont fascinés par ces affaires-là, alors laissez Glenn faire son job, qu’il le fasse bien, qu’il le fasse mal c’est pas de vos affaires, il le fait, puis il ne peut pas faire plus qu’il fait, car il a sa vibration qui l’empêche de même, chacun notre vibration.

On a bien des affaires à apprendre, on commence ! On a vingt ans allez ! Vingt ans ! La Province de Québec va être initiée, pas tout le monde dans la Province de Québec, mais dans un grand moment, non, non, non ça ne va pas se faire comme les enfants, c’est bien long mais ça va se faire et ça va aller dans cette direction, c’est à vous autres à prendre ça mollo ! Easy !
….un temps de silence….

Richard Glenn :
J’aimerai ça Bernard, après la pause, que j’explique aux gens de quelle façon Glenn a rencontré Bernard.

Bernard De Montréal :
(Soupire…)

Richard Glenn :
Beaucoup de gens me le demande, je ne me suis jamais permis de le faire sans ton autorisation.

Bernard de Montréal :
Glenn m’a rencontré durant une initiation, j’étais en initiation en ce temps-là, j’étais dans une grande période de souffrance, qui a duré dix ans de temps, je ne rencontrais personne dans ce temps-là, d’abord je ne voulais pas et je ne pouvais pas.
Une journée, j’ai été invité chez quelqu’un, puis ils m’ont dit d’aller chez cette personne-là, alors quand je suis allé chez cette personne-là, contre mes habitudes, c’est là que j’ai rencontré Glenn. 
On ne s’est pas laissé à cinq heures du matin, dans ce temps-là ce n’était pas comme aujourd’hui, aujourd’hui j’ai de la haine comme tout le monde, un petit peu, mais en temps-là je n’avais pas de la haine comme tout le monde… l’initiation Solaire… ça démantibule une initiation...

J’ai rencontré Glenn, j’ai jazzé, on a parlé jusqu’à cinq heures du matin, puis on ne s’est plus revus pendant quatre ans, et un jour quand il m’a appelé à la maison pour une affaire, c’est coréenne… ? j’sais pas… il m’a demandé je sur l’avenir, que ça va pas… j’ai dit je sais pas, puis les autres (ceux d’en haut) qui runent leur show, s’ils te coupent la parole… maintenant t’es leur microphone ! Mah, vous riez, c’étaient des malades de même dans ce temps-là, (suite incompréhensible)
Finalement on s’est rencontré et puis on a commencé, tu te souviens comment ça a commencé ?

Richard Glenn :
C’est ce qui a donné d’ailleurs, la première émission : rencontre avec Bernard, c’était en noir et blanc il y avait le globe entre nous deux, je ne sais pas si vous l’aviez vu c’était pour Vidéotron, c’était une émission d’une heure et puis il y avait les cameraman et puis Jean Paul, maintenant il a fait du chemin, mais Jean Paul à dit : « Sais-tu il est pas mal, mais pendant les 15 premières minutes, il a rien dit de bon, on va couper ça ». J’ai dit : « ben tiens, on va le réécouter pour voir » (Ils sont là-bas dit Richard en s’amusant de voir les cameramen) 
On a réécouté les 15 fameuses premières minutes, c’était tellement chargé d’informations qu’il fallait arrêter la machine à tout bout de champ et puis là ben, reprendre la phrase et dire ben oui mais il a dit ça là, c’est pour dire ça, ça et ça ah bon ! Sitôt qu’on reprend la machine… un autre puis 30 secondes… on arrête… çà, ça voulait dire ça, ça. C’était un choc, c’était peut-être ça qu’il fallait aussi pour déclencher tout le processus qui est engagé maintenant, qui est engagé et puis que Bernard ne veut plus arrêter.

La question Bernard, pour être simple, il y a aussi cette histoire de Bernard un, Bernard deux qu’on a eu à l’instant avec le deux, le Bernard un, c’est le type de conférence qui parle de choses, très bien, qui a des souliers vernis et puis qui parait bien, et puis le Bernard deux juste au moment où il dit qu’il y a le contact, là il parle comme la sagouine tout à l’heure, puis qui parle avec un autre langage, ça vient d’où ? Est-ce que tu peux nous expliquer ce phénomène-là ?

Bernard de Montréal :
Ils se servent du cerveau, puis ils changent les vibrations du cerveau comme ils veulent, oh je m’en foute de ce qu’ils disent, comprends-tu ?
C’est dur au monde de comprrrreeeendre… Alors… alors vous pensez que je fais des pfffah ! pfffah ! pfffah ! pfffaha ha ha haaaaaaaaaa … C’est çà de laisser l’énergie ! Tant qu’on a de l’Ego on ne fait pas ça, parce qu’on a peur d’avoir l’air d’une tarte ! Mais c’est pour ça qu’on ne peut pas faire certains travaux.

Richard Glenn :
Ça vient d’où ?

Bernard de Montréal :
L’être humain… l’être humain est en contact……tous les humains sont en contact avec les autres plans, peup peup peup peup… (Puis parlant très vite et avec une voix aigüe) vous autres vous pensez que c’est Bernard qui parle mal, c’est pas Bernard qui parle mal, c’est eux autres qui parlent comme ça, c’est leur désir, comprenez-vous là ? C’est un jeu-là, c’est un jeu…

Richard Glenn :
Faudrait pas qu’il y ait de psychiatre dans la salle Bernard…

Bernard de Montréal :
Non ! Parce qu’on a différent travail ! (Passage incompréhensible : faut le changer) Sérieusement… comprenez-vous ? (long silence)
Bernard, là, il n’est pas là. Vous autres vous pensez qu’il est là parce que vous voyez un corps physique, Bernard il n’est pas là, il n’a pas le temps d’être là, ce qui est là c’est de la matière… c’est nous autres qui activons le cerveau - nous autres on s’occupe de son cerveau, puis quand ce sera le temps, on changera de vibration et il y aura d’autres choses - en attendant, on continue.
Allons Glenn là…

Richard Glenn :
J’avais peur de dire ce que j’allais vous dire Bernard, à présent, ou celui qui parle à la place de Bernard ?

Bernard de Montréal :
Non, non, non, ce n’est pas quelqu’un qui parle à travers Bernard.
Bernard est multidimensionnel comme tout le monde, tout le monde est multidimensionnel. Vous autres vous pensez que l’être humain est unidimensionnel, c’est une illusion ça, Bernard est multidimensionnel, tout est multidimensionnel, puis tout le monde dans la salle est multidimensionnel, seulement la communication n’est pas établie, le cerveau humain c’est simplement de la matière ! 
Nous autres on a le pouvoir d’altérer les vibrations électromagnétiques de ce cerveau-là, on fait ce qu’on veut, c’est ça une fusion.
(BdM change encore de voix) Là tu penses que Bernard parle, ce n’est pas Bernard qui parle, c’est nous autres, à travers ses organes, pas son organe ! Ses organes, on a de l’humour hein ? 
Les gens rient, les mots c’est comme ça quand on vous dit que les mots sont des illusions, on se sert des mots pour créer de l’énergie, si on voulait on ferait disparaître Bernard devant vous autres mais on ne le fait pas parce que vous êtes trop curieux ! Ce n’est pas le temps !

Richard Glenn :
Ça, ça me rappelle exactement le Bernard que j’ai connu

Bernard de Montréal :
Durant l’initiation…

Richard Glenn :
Oui. Exactement à l’époque où j’avais été invité à aller chez une dame, pour rencontrer une petite fille qui avait des problèmes psychiques, je ne vais pas donner de nom et de détails, mais à cette époque-là, Bernard vivait l’initiation, et en vivant cette initiation-là, il était travaillé jusqu’au plus profond de lui-même, au point d’avoir l’air d’un pauvre gueux, mais, derrière Bernard il y avait une force qui était en train de s’approprier le corps de Bernard, la matière de Bernard, mais ce que j’ai retrouvé quatre ans plus tard, c’était Bernard, ce n’était pas l’entité qui était en train de posséder Bernard, et puis celui que je retrouve en conférences ici ou dans les émissions, c’est aussi Bernard, parce qu’il a été capable je pense, ou on lui a donné l’autorisation de se libérer de cette entité qui était en train de posséder Bernard, il y a eu un bon lavage de cerveau, ça c’est vrai.

Bernard de Montréal :
C’est ça la fusion.

Richard Glenn :
Mais il est revenu lui-même là.....

Bernard de Montréal :
La pénétration des énergies transmute les corps, c’est comme ça qu’ils font les contacts, et puis après un certain temps, un certain nombre d’années, les corps sont ajustés, alors quand ils sont ajustés tu fonctionnes normalement, mais tu es fusionné. Mais l’être humain est multidimensionnel, l’être humain connaît seulement cet aspect de son expérience qui est physique et matérielle, il ne connaît pas les autres aspects, mais l’être humain est multidimensionnel.

Richard Glenn :
Est-ce que ce ne serait pas une bonne chose d’enseigner ce que Bernard enseigne dans les conférences ?

Bernard de Montréal :
Non ! Non, il y a des choses qui doivent être expliquées. Pour aller dans ce que j’appelle la psychologie du paranormal, il faut aller fortement mais dans un cadre très précis.

Dans une conférence c’est… dans une conférence d’abord il y a des gens qui viennent et qui ne sont pas prêts, il y a des gens qui sont venus à mes conférences par des amis, parce que ce travail-là crée un changement vibratoire, automatiquement, demandez à n’importe qui dans la salle qui est venu aux symposiums, ça crée un changement vibratoire.
Alors ce changement vibratoire se fait, mollo, lentement, chez chaque individu, c’est ça qui crée la résonance qui permet le contact avec eux autres, lentement, pas pour une fusion parce que pour être fusionné cela prend une certaine résistance d’un corps, alors chacun a sa résistance, mais dans une conférence c’est… d’abord, une conférence c’est publique, n’importe qui vient, tandis que dans un symposium, ils me disent : faut amener lui, faut emmener lui, je fais amener chaque personne, eux autres composent le groupe, eux autres connaissent chaque individu chimiquement, électriquement, il n’y a pas de hasard dans un symposium, tandis que dans une conférence, il y a des gens qui viennent et qui ne pourront pas venir dans un séminaire avant deux ans… 
Dans deux ans ils viendront, ça sera le temps, sans ça tu retardes l’évolution des individus qui veulent aller trop vite dans une direction et puis, ils perdent le contrôle de leur évolution, il ne faut pas perdre le contrôle de son évolution ! Ces forces-là sont très grandes.
Alors c’est comme ça que ça marche, c’est pour ça que je fais des séminaires, sans cela je n’aurais pas besoin de faire des séminaires, je pourrais faire le séminaire ici, mais il n’y a aucun contrôle, il faut que les gens qui viennent dans la salle viennent en relation avec des évènements qui les connectent à d’autres personnes, alors, à ce moment-là ce ne serait pas bon.

Richard Glenn :
Il y a quelqu’un-là qui aurait une question.

Un monsieur : 
Quel rapport y a-t-il entre l’intuition et l’ajusteur de pensée ? Et une autre sous question : est-ce que l’ajusteur de pensée intervient jusque dans le choix de ma couleur de cravate ?

Bernard de Montréal :
Alors, l’intuition, ça provient du plan de l’âme.
L’intuition souvent est cette interférence par les autres plans, l’imagination, l’intellect vont diminuer, colorer l’intuition mais originellement l’intuition ça vient de l’âme.

Alors en ce qui concerne la deuxième question, lorsque… plus il y a un lien chez l’être humain entre le haut et puis le bas, plus il y a une fusion, plus il y a fusion et plus il y a d’harmonie entre le haut et le bas, alors le haut travaille en relation avec le tempérament de l’individu, le tempérament de l’individu détermine les possibilités de choix de l’individu, et puis là haut ils travaillent avec ça, ils ne vont pas te faire porter une cravate rose s’ils sentent que tu as une cravate bleue, ça, ça serait de l’interférence, ça ne serait pas de l’harmonie, alors ils peuvent te faire porter une cravate rose durant une initiation, mais ça c’est pour établir une communication, pour te forcer, pour ouvrir les centres, pour permettre à la personnalité de s’allier avec eux autres, ça c’est pour déconditionner l’Ego, mais une fois que le travail est fait c’est l’harmonie totale, alors ta sensibilité est plus grande, tes goûts peuvent être un petit peu moins orthodoxes, mais il y a une harmonie entre ton tempérament et eux- autres, c’est évident, ça répond à ta question ?

Richard Glenn :
Est-ce qu’il y a quelqu’un d’autre pour le micro ?…Non ?

Bernard de Montréal :
Je veux dire quelque chose que je voulais dire mais que je n’ai pas pu dire dans les séminaires, je vais le dire parce qu’il y a le temps : Il y a des gens qui ont un contact, qui communiquent dans leur tête, ça c’est bien beau de communiquer dans notre tête, mais il faut savoir avec qui on communique…

Alors si vous comprenez qu’il n’y a pas de différence entre les morts puis les vivants, surtout que les morts n’ont pas de corps physique, et puis que les morts ont leur personnalité : qu’il y a des morts intelligents, qu’il y a des morts évolués, qu’il y a des morts qui sont sages, qu’il y a des morts qui sont spirituels, et puis qu’il y a des morts qui sont crasses.

A ce moment-là, quand vous communiquez avec des plans où il y a une relation télépathique entre une entité qui est sur un autre plan et puis vous-même, il ne faut pas prendre pour du cash chez eux autres, les gens s’imaginent que parce qu’une personne est morte qu’elle comprend tout ! Ce n’est pas vrai ça ! Les gens qui sont morts sont sur un plan, ils ont toute leur patente, ils ont tous leur opinion, leur niveau d’évolution, ils ont une plus grande vision des choses que nous autres, mais ils n’ont pas nécessairement plus de sagesse que nous.

Souvent ces entités-là, surtout les jeunes enfants, qui sont morts jeunes, cinq ans, six ans, sept ans, quand ils sont sur les autres plans, qu’ils sont libres de leur personnalité physique, ils vont entrer en contact avec des personnes qui sont sensibles puis vont les taquiner, mais le gars qui va se faire taquiner il ne trouve pas ça drôle ! 
C’est pour ça , je ne veux pas rentrer la dedans parce que c’est d’autre matériel, mais je veux laisser comprendre aux gens que tout contact avec les autres plans n’est pas nécessairement salutaire à votre évolution…. surtout en ce qui concerne le Plan de l’Astral, parce que d’ailleurs c’est tout dans ces mondes-là, il y a des gens qui sont dans l’Astral qui sont dans des sphères très, très, très sombres, ils veulent évoluer, ça peut leur prendre un certain temps pour évoluer, et puis s’ils entrent en contact avec un être humain, automatiquement la personne peut passer un mauvais quart d’heure.

Il y a des gens qui sont en contact avec des Egos qui sont très, très évolués, ça c’est superbe, c’est ceux qu’on appelle des guides spirituels ou des Êtres spirituels, il y en a qui sont en contact avec d’autres entités que j’appelle moi des contacts psychologiques, mais ces gens-là peuvent réellement vous causer beaucoup de problèmes, ces gens-là peuvent vous bloquer ! et puis l’ajusteur de pensées lui qui est en haut il ne peut rien faire : c’est à l’être humain de connaitre les Lois des mondes invisibles, pour en arriver lui, à éliminer toute cette crasse-là, pour qu’il puisse éventuellement entrer en contact avec son propre ajusteur de pensées, qu’il n’y ait personne entre lui et vous, et quand ça se produit et que vous êtes en contact avec votre propre ajusteur de pensées, à ce moment-là tout est très clair, c’est là où vous commencez à avoir du discernement, mais tant que vous n’avez pas ça, vous ne pouvez pas avoir de discernement, c’est là que les gens se créent beaucoup de problèmes, puis que les gens souffrent de beaucoup de problèmes psychologiques, les psychologues devraient comprendre ça.

Le monde des morts ! Les moooorts, ils sont vivants les morts !!! 
Ils ont tous leur petite personnalité et ils sont tous aussi bons ou crasses que quand ils étaient sur la Terre affaire, puis ils évoluent eux autres aussi, seulement ils n’ont pas de corps matériel, ils ont un avantage c’est qu’ils ont accès à leur mémoire, mais ils ont beaucoup de désavantages c’est qu’ils ne peuvent pas altérer leur situation très rapidement, et souvent ils vont essayer d’évoluer plus vite en se mettant en contact avec une personne sur le plan matériel pour participer à la lumière de cette personne-là, parce qu’ils sont eux, dans des sphères sombres, alors ils ne sont pas heureux…

Et puis, les gens ne sont pas encore équipés, j’en ai fait une expérience en fin de semaine-là pour montrer jusqu’à quel point c’est délicat ce problème-là, les gens ne sont pas équipés psychologiquement pour pouvoir commander à ces êtres-là, parce que les gens ne connaissent pas les Lois de l’invisible.
On ne peut pas commander à la Hiérarchie c’est évident parce que la Hiérarchie fait partie de toute cette grande unité de Conscience dans le Cosmos, et elle cherche à s’unifier avec soi-même, mais les morts, les entités qui sont en évolution, les Egos qui ne sont pas sur des plans assez élevés, qui nous cassent les pieds et bien faut mettre ça à la porte, faut pas entretenir ces communications-là, vous allez vous polluer l’esprit et vous allez capoter, je vous dis ça en passant, je vous en reparlerai plus tard.

Richard Glenn :
On a quelqu’un d’autre au micro.

Une dame pose une question : 
Je voudrais savoir si le corps de Jésus ressuscité, ce serait l’archétype de la 6ème race ?

Bernard de Montréal :
Oh ça c’est une question bien intuitive, mais elle ne comprend pas ce qu’elle veut demander, mais elle intuite quelque chose ! 
Les gens qui intuitent quelque chose et puis qui sont gênés, souvent ils vont perdre de l’information, ils vont arrêter là, ils vont se dire « ah ça ne se peut pas… » pourtant sa question est extrêmement importante, puis son intuition elle se situe justement au niveau où je parlais tout à l’heure au début de la conférence, quand j’ai dit lorsque le contact se fera entre la Hiérarchie, la Conscience Christique, l’être humain sera doté d’un corps parfait, mais qui aura été construit dans une autre partie de la Galaxie, avec comme modèle la structure atomique et la mémoire anatomique du corps du Christ.
Le corps du Christ lorsqu’il s’est transmuté par la Lumière est devenu automatiquement parfait, ce corps-là va servir de modèle à la constitution, à la reconstruction du modèle planaire des êtres qui vont revenir sur la Terre pour contacter l’être humain mais qui vont être eux, modifiés, dans tous leurs instants par la Conscience et l’énergie du Christ. 
Alors à votre réponse, à votre question je vous donne votre réponse-là, et je tiens à vous dire que votre intuition est très intelligente, votre intelligence est très intuitive...

Fin de l’enregistrement...

Source pour écouter plusieurs Audio MP3 Bernard de Montréal/Richard Glenn... /https://archive.org/details/Bernard.de.Montreal.Conferences.avec.Richard.Glenn.audio.Mp3

Publié par Cristalyne 22 Avril 2017  Colonne de feu 2

 

 


 

×