Joao De Deus, guérisseur

***Joao Deus(Jean De Dieu) medium Guérisseur***

UN HOMME HORS DU COMMUN... 

Joao Teixeira de Faria dit Joao DE DEUS (Jean De Dieu)

MEDIUM et GUÉRISSEUR BRÉSILIEN... Une vie faite d’humilité et de don de soi

   

 

Présentation de "l'homme miracle du Brésil"

Joao de Deus est né sous le nom de « Joao Teixeira Da Faria », le 24 juin 1942 au Brésil, dans la province de Goias, dans la petite ville de Cachoeria Da Fuaca. Son père, José Nunes Da Faria, était tailleur de pierre et avait de très faibles revenus pour subvenir aux besoins de sa famille. Joao a grandi dans la pauvreté et à l'âge de seize ans, lorsqu'il a découvert ses dons de guérisseur, il est parti sur les routes pour soigner les gens des villages, en échange d'un toit pour passer la nuit, d'un repas ou de vêtements. 

Reconnu par le Dalaï Lama et l'administration du Pape Jean-Paul II, comme étant un envoyé de Dieu, cela fait maintenant plus de cinquante ans qu'il offre au monde entier, des "miracles" de guérison sans demander d'argent en échange de son travail. Selon lui, sa mission est issue d'une dette karmique qu'il est venu régler dans cette vie-ci et, si un jour, il demandait une quelconque somme d'argent en échange des soins qu'il donne, le Divin le laisserait de côté et plus aucune guérison ne serait possible au travers de ses mains. En quelque sorte, il est lié par un contrat avec le tout puissant créateur de l'univers. 

Le principe de son travail est de laisser une Entité bienfaitrice, incorporer son corps et permettre à cette dernière de réaliser sa mission à soigner ou conseiller les gens. Pendant tout ce temps, Joao est ce que l'on appelle, un médium en transe et n'est pas conscient de ce qui se passe, jusqu'à ce que l'Entité en question l'ait quitté. Une fois qu'il reprend conscience, aucun souvenir de ce qui s'est passé ne lui reste en mémoire. Joao de Deus se dit être juste un couturier, un instrument du Divin. A ce jour, il est le médium le plus puissant car, il a la faculté de se laisser incorporer par plus de trente Entités différentes. 

Quand je fais référence au terme « Entités », il s'agit d'esprits spirituellement évolués qui ne se sont pas réincarnées (Saint Ignace de Loyola, Sainte Rita de cassia, Docteur Augusto de Almeida, Saint François Xavier, etc.), mais en revanche, continuent à oeuvrer pour le bien-être de l'humanité. En leur présence, chacun peut ressentir une formidable énergie bienfaisante, qui est ni plus, ni moins, de l'amour. C'est ce qui imprègne le coeur de tous ceux qui viennent à la casa. En définitive, se rendre à la casa de Dom Inacio pour y trouver la guérison, c'est s'ouvrir à cette fabuleuse énergie d'amour de laquelle l'ensemble de l'humanité s'est coupé. 

Joao de Deus est le plus connu des quelque 7000 guérisseurs brésiliens, le pays présentant la plus longue et intensive tradition de guérison spirituelle. Le médium brésilien, exerçant en état de transe totale, est généralement reconnu comme le plus important guérisseur de notre époque. Son travail de guérison jouit d'une publicité à l'échelle mondiale et a été décrit dans de nombreux livres, films et émissions de télévision. Ceci fait de Joao le médium-guérisseur le plus étudié de la planète : des milliers de médecins ont pu, au fil des années, observer de très près d'innombrables opérations chirurgicales et se rendre compte du sérieux et de l'efficacité de son travail...

Diapositive4c

***Pour tous ceux qui croient, aucun mot n’est nécessaire. Pour tous ceux qui ne croient pas,  aucun mot n’est possible***

***Dom Inacio de Loyola*** 

 

 

 Rencontrez le médium-guérisseur brésilien Joao de Deus (Jean de Dieu ).

 

Peut-être que la raison pour laquelle Joao de Deus est devenu le guérisseur le plus marquant de notre époque est justement l’humilité avec laquelle il remet son travail entre les mains de Dieu. Depuis que ses dons de médium lui ont été révélés à l’âge adolescent, Joao a voué sa vie à la Guérison Spirituelle durant plus de 50 ans. Il n’a jamais permis à son ego, à sa personnalité,  de se soustraire à cette mission divine, même si son activité de guérison allait de pair à ses débuts, à l’époque de la dictature au Brésil, avec un rejet, voire des persécutions. Il fut souvent battu ou jeté en prison – son seul « crime » était pourtant d’avoir soigné des gens ! À mesure que le nombre de guérisons prenait de l’ampleur, le nombre de ses ennemis, jaloux de son travail ou voyant leurs intérêts propres menacés, se multiplia également. 
C’est ainsi que Joao, le non-médecin, fut inlassablement dénoncé aux officiers de police pour pratique illégale d’activités médicales. Mais dans le même temps, le nombre de ses bienfaiteurs, soutiens et admirateurs pour certains très influents, grandit également, si bien que sa mission de guérison, si importante pour lui, fut souvent menacée, mais jamais sérieusement mise en danger. Du fait justement que parmi les innombrables personnes guéries se trouvaient également beaucoup de membres du système judiciaire, jusqu’aux plus hauts juges régionaux ou fédéraux, il put échapper au sort réservé à son célèbre prédécesseur, Ze Arigo. Ce guérisseur, opérant également des opérations sanglantes à travers l’être spirituel du Dr. Fritz, fut condamné dans les années 50 à une peine de prison de plus d’un an, malgré le grand succès de ses guérisons.
  Il dut commencer à purger celle-ci malgré toute la sympathie que lui témoignait le peuple brésilien. Ze Arigo fut pourtant grâcié par le président de l’époque, Kubitschek, dont la devait la vie au guérisseur. Joao de Deus, dont la période d’activité suit celle de Ze Arigo, a soigné jusqu’aujourd’hui le nombre presque inconcevable de huit millions de personnes. La reconnaissance et l’estime croissantes que lui portent celles-ci constituent un puissant champ d’énergie protectrice lui permettant de continuer son travail.
  Le seul changement intervenu dans son activité de guérisseur eut lieu il y a une trentaine d’années. À cette époque, Joao, qui avait jusqu’alors voyagé à travers tout le Brésil, s’établit, sur le conseil du grand médium et soutien Chico Xavier, à Abadiania, dans le centre du Brésil. Aujourd’hui comme autrefois, Joao n’a de cesse de souligner que ce n’est pas lui qui soigne, mais Dieu ; qu’il n’est qu’un canal, à travers lequel agit la force de guérison divine. Cette détermination intérieure à servir et à guérir lui confère la force d’encore et toujours entrer en transe et de mettre son corps à disposition des entités spirituelles qui travaillent à travers lui. 

  Le médium Joao et les 36 Entités

Le soutien du monde spirituel

  Ce n’est pas Joao lui-même qui soigne et qui guérit. Il dut quitter l’école très tôt, presque analphabète, pour soutenir sa famille pauvre, et ne dispose ainsi d’aucune connaissance médicale ou anatomique. Ce sont bien plus les Entité Spirituelle de personnalités décédées, qui exerçaient dans leur vie antérieure comme médecins, chirurgiens, guérisseurs, philosophes ou théologues.

Il en va ainsi par exemple pour Ignace de Loyola, François d’Assise, Bezerra de Menezes, Dr. Fritz, Dr. Osvaldo Cruz, Dr. Augusto de Almeida, Dr. Jose Valdevino ou d’autres parmi les 36 Entités qui agissent à travers Joao lorsqu’il est en transe. Il n’y a pourtant jamais qu’une seule et même Entité qui travaille à travers le médium : entre la session du matin et celle de l’après-midi, il peut s’agir à chaque fois une Entité différente.

Ces Entités disposent indubitablement de facultés d’action qui dépassent notre niveau actuel de compréhension scientifique. Les opérations spirituelles ainsi que les interventions chirurgicales, qui pour des raisons juridiques ne peuvent avoir lieu qu’au Brésil, sont des preuves indiscutables de forces supérieures – tout comme l’insensibilité à la douleur maintes fois observée par des milliers de médecins malgré l’absence d’anesthésie. Ou encore le renoncement, lui aussi prouvé, à toute mesure d’antisepsie, qui après des milliers d’opérations physiques n’a pas une seule fois conduit à un cas d’infection.

Bien évidemment, toutes ces interventions seraient impossibles sans la coopération du puissant médium Joao pendant son état de transe. Les êtres spirituels utilisent le corps, les mains, la voix du guérisseur pour manifester leur travail d’aide et de guérison. Dans cette optique, celui-ci doit renoncer totalement à sa volonté, son identité et sa personnalité propre durant la période de transe, afin que l’Entité concernée puisse prendre possession de la sienne. À l’inverse, les guérisons réussies par le médium Joao ne seraient pas non plus concevables sans l’apport des forces, bien supérieures aux notres, du Monde Spirituel. C’est cette « Médecine Spirituelle », dont le fonctionnement mystérieux mais réel échappe encore à la science, qui mène encore et toujours à la guérison de personnes dont le caS était considéré par la médecine officielle comme incurable... 

Ihfrpufsor3i0siyqfd8wyodsei***Guérison Spirituel***

TROUVER DIEU :«Trouver Dieu en soi ne nécessite pas de le chercher. Trouver Dieu est lui préparer la place. Afin qu’Il puisse se faire jour : se débarrasser de ses carcans terrestres, de ses inquiétudes, de ses certitudes et ne laisser parler que le cœur, car le coeur de l’homme est le berceau de l’enfant Dieu qui ne demande qu’à grandir en son sein. Pour trouver le Dieu unité d’amour de lumière et d’abnégation, il faut faire place nette aux mauvais penchants, ne pas les laisser s’installer, les faire disparaître et mettre à la place de beaux sentiments, de belles paroles sincères, de jolies pensées. Alors seulement dans le cœur altruiste et libéré de tous carcans, dans le cœur neuf de l’homme à nouveau né mille et une fois, alors seulement Dieu peut lui apparaître, car le Dieu de chaque coeur ne peut respirer dans un corps, une âme et un esprit qui n’a pas encore su être à sa hauteur. Elever son âme, son coeur et son esprit est la solution de rencontre avec le Divin ».

L’AMOUR :« L’amour est le bienfait qui rend les hommes heureux et libres, l’amour est comme un soleil qui irradie tout l’espace. Il est libre et autonome, il ne reprend jamais mais donne toujours. Sa source est intarissable et se dispense comme le vent dans les feuillages. L’amour ne peut qu’apporter le bonheur à satiété. Il est tout ce que l’homme recherche en réalité dans toutes ses vies. L’homme ne voit pas, pauvre âme en détresse, qu’il lui suffirait de s’ouvrir à l’amour universel pour trouver le bonheur suprême et pour trouver Dieu, car Dieu est l’amour et jamais l’amour n’abandonne personne, mais il faut savoir le voir dans tous les actes de sa vie, mais il faut vouloir le voir dans tous ses sens en toute circonstances, mais il faut oser l’avouer, oser le prendre, vouloir le donner et le reconnaître en toutes choses. L’amour n’est jamais que le lien suprême entre les êtres, entre les choses, entre les sens. L’amour est un bienfait que Dieu a donné à tous, en reconnaissant l’amour on peut reconnaître Dieu ».

« L’amour est le moteur de ton âme, il te porte toujours plus haut en l’amour pour tes frères. L’amour n’a ni commencement ni fin, il est éternel comme ton âme et si tu le cherches ailleurs qu’en ton cœur, tu ne le trouveras pas car l’amour est en toi, il est Dieu en toi et pour trouver Dieu, il faut chercher l’amour et pour chercher l’amour nul besoin de se perdre dans les dédales de la pensée, c’est le cœur qui fait tout, c’est le cœur qui est tout, c’est le cœur le moteur et l’amour le conduit ».

LA TRANSMUTATION MENTALE :

« La transmutation mentale est un art difficile qui demande une approche progressive. C’est en acceptant ses souffrances d’abord que l’homme peut transcender. Il doit avant tout accepter la souffrance comme un bienfait de l’amour, car toute souffrance, si elle provient d’une cause, doit annuler l’effet et pour transcender sa souffrance l’homme doit l’accepter comme un bienfait de Dieu qui lui permet d’abord d’alléger ainsi son karma et de progresser en l’esprit en voyant l’évènement de plus haut et pas seulement dans le terre à terre. Une fois que l’homme a acceptée cette souffrance, alors seulement il lui est permis de trouver l’harmonie qui lui rendra le cœur léger et hospitalier. Enfin, il ne doit pas se laisser entraîner dans des polarités extrêmes car tout est rythme et après les souffrances viennent toujours la félicité. Tout l’art de la transmutation mentale se contient dans l’harmonie en toute chose. L’homme, après avoir accepter, doit se polariser sur le pôle opposé, ainsi s’il ne veut plus souffrir il doit penser à la joie, à l’amour et à l’harmonie en ayant soin de vouloir cet équilibre, mais cette volonté aussi doit être équilibrée, elle ne doit être ni farouche ni lancinante, tout est dans la voie du milieu qu’il faut trouver. Transformer la souffrance en harmonie ou la haine en amour demande le même effort mental : se polariser sur l’autre extrémité, puis revenir enfin au milieu pour trouver l’équilibre qui donnera la force éternelle. »

DANGER DU SPIRITISME :

« Le spiritisme est dangereux pour le profane, pour l’homme sans foi ni loi qui ne désire que les sensations fortes ou l’amertume, mais pour le juste et le bon le danger est nul. Pour faire du spiritisme il faut être en condition physique et psychologique saine et vouloir le beau et le vrai, celui qui nous contacte pour des sensations fortes trouvera de quoi assouvir sa faim, mais celui qui ne veut que l’amour et le don de soi, sera comblé bien au-delà de ses désirs. Faire du spiritisme n’est ni un jeu ni un passe-temps, cela demande une connaissance de soi et une maîtrise de ses peurs à toute épreuve car le danger est grand également d’entrer en contact avec des esprits vils qui ne cherchent qu’à se moquer ou donner de fausses informations pour son plaisir. Faire du spiritisme est un acte de foi et d’amour et rien ne peut remplacer cela, aucun autre sentiment aucun autre motif ne peut le suppléer sous peine de se voir devenir le jouet de forces occultes non maîtrisables et viles. Le mental est le fil conducteur qui mènera le postulant vers ce qu’il cherche réellement au fond de lui, alors mieux vaut bien se préparer. S’il arrive que le profane se voit partir dans des bas fonds, alors seul son mental, sa pensée et son travail sur lui-même pourra lui permettre de s’en sortir, il devra repenser ses motivations et hausser ses vibrations en changeant son comportement et ses pensées au quotidien, car vous attirez à vous celui qui vous ressemble tout au fond de votre cœur et de vos pensées les plus cachées. Ainsi pour se libérer, il est de bon augure de cheminer en l’esprit et d’avoir pour ses frères des pensées et des comportements d’amour, car l’amour attire l’amour et le désordre n’engendre que le chaos. Le spiritisme n’est pas un jeu ni un passe temps, encore moins une partie de rires pour agrémenter une soirée ennuyeuse, le spiritisme est un acte de foi et d’amour, c’est le premier pas vers l’esprit, c’est le premier pas vers sa propre âme qu’il vous faudra trouver et seul le cœur peut vous y conduire ».

LA SOLITUDE :

« La solitude est un bien fait pour le cœur qui ainsi se retrouvant face à lui-même peut s’auto analyser et progresser, la solitude est un cadeau de Dieu à celui qui a la foi en une vie meilleure afin qu’il puisse préparer en lui-même les terres arides qui deviendront fertiles sous le jouc de la méditation, de la réflexion et de l’amour. La solitude n’est pas donnée au hasard, elle est envoyée au méritant et au cherchant ».

POUR UNE PETITE AME :

« Pauvre âme en détresse, pauvre cœur meurtri, blessé et si seul. Ne sois pas triste, ne pleure plus et ne laisse plus ton cœur aller à la dérive. L’heure n’est plus aux lamentations mais au renouveau absolu. L’espoir est là, il naît dans ton cœur et ton esprit en lisant ces lignes, car tu sais qu’elles ont été écrites par amour, pour te consoler, pour consoler la pauvre âme perdue en ce monde, parfois si perfide que tu te demandes ce que tu es venue y chercher. Alors écoute moi bien, je te le dis tout droit, tu es venue ici chercher l’amour, comme la fleur cherche le soleil pour s’épanouir. Comme elle, tu souffres parfois et bien plus souvent qu’à ton tour. Tu cries alors à l’injustice, mais l’injustice serait de te laisser meurtrie dans ton coin et dans l’indifférence. Mais tu n’es indifférente à personne. Tu es une âme d’amour et de lumière, qui va, marchant d’un pas mal assuré, vers la lumière Divine. N’oublie pas que seul ton cœur peut t’y conduire, écoute-le toujours et il te mènera dans des sphères inconnues de ton esprit.

Va petite âme, va, avance, même si tu trébuches parfois, toujours tu te relèveras parce que Dieu l’a voulu ainsi, il a choisi pour toi et pour tes frères la voie de l’amour et du pardon. Jamais il ne t’abandonne, jamais il ne te laisse seule. Tu te crois souvent abandonnée et tu manques mille fois de succomber sous le poids des blessures et des tortures, mais tu n’es pas seule, jamais. Il y a toujours autour de toi tout un monde d’amour qui te pénètre de sa lumière Divine et qui te relève à chaque faux pas.

Va, petite âme en détresse, ne pleure plus, relève la tête et le menton, tu es aimée, tu es choyée, tu es enfant de Dieu et Dieu n’abandonne jamais ses enfants. Reste en l’espoir d’un nouveau monde pour toi et pour tous tes frères, car demain est un autre jour, celui du soleil plus brillant que toutes les étoiles de la galaxie réunies. »

LE JUGEMENT :

« L’âme alors, en auto conscience fera le bilan de ses vies passées et du chemin accompli. Elle sera son juge le plus exigeant n’omettant aucun de ses vices cachés car alors la lumière Divine l’éclairera sur toutes les conséquences de ses actes envers lui-même et son prochain. Elle déterminera alors ce qui lui manque pour avancer en l’Esprit et rejoindre son Dieu, demandera à réparer ses fautes dans une prochaine incarnation et à atteindre le discernement nécessaire à son avancement spirituel par le biais de nouvelles expériences terrestres. Chaque épreuve est un salut de plus vers sa voie du progrès, jusqu’au jour où, ayant enfin compris que la matérialité n’est qu’un outil d’avancement et d’épuration, elle demandera à redescendre pour aider ses frères à évoluer à leur tour, leur donnant dans un élan d’abnégation totale, la voie de l’exemple et du progrès, mu par une satisfaction d’altruisme et d’amour uniquement ».

« Le mal est l’obscurantisme dans lequel l’homme s’englue. Il ne peut en sortir vainqueur que s’il maîtrise ses dualités psychiques et s’il sait aimer son frère comme lui-même ».

« Etre dans la lumière est un état de conscience qui transcende la matière ».

« Le bien et le mal sont des notions de conscience humaine. Pour retrouver l’essence Divine, le bien et le mal doivent fusionner ».

« Fusionner le bien et le mal c’est ne pas revêtir un manteau blanc ou un manteau noir, c’est être nu ».

« Etre nu, c’est revêtir la peau de l’enfant qui ne juge rien mais observe et apprend de toute ce qui fait son environnement ».

« Être nu, c’est apprendre à partir de l’observation de l’extérieur à en faire un enseignement pour soi même et les autres afin de trouver son Dieu intérieur ».

NE TE LAISSE PAS ETEINDRE :

« Ne te laisse jamais éteindre par les difficultés de la vie, va droit devant avec amour et altruisme, tu verras alors l’harmonie en toutes choses et le soleil levant te mènera toujours vers des Cieux plus bleus. Ne sois pas triste, rien n’arrive jamais au hasard, tout est prévu pour te faire grandir et te ramener au Père. Ne blâme jamais personne que toi-même lorsque les choses ne vont pas comme tu aimerais, c’est juste parce que tu n’as pas appris à les regarder. Alors, apprend, travaille, lis, réfléchis, donne et ne reprend jamais. Redeviens l’enfant de ton cœur et remercie le Ciel des bienfaits qu’il t’accorde, car sans lui tu n’aurais peut-être pas avancé en l’esprit. C’est le Ciel qui t’attire à lui en dépit de tes réticences et tes retours incessants à la matérialité. Sois heureux, tu le mérites, prend soin de toi, prend soin des autres et donne, donne, donne et redonne de l’amour toujours. Tu en as une source inaltérable et inépuisable en ton cœur, fait la jaillir sans en perdre une goutte, elle est ta fontaine de jouvence. »

Ne pleurez plus :

« Ne pleurez plus mes frères, vos défunts ne sont pas défunts. Ils sont plus vivants que jamais, ils sont dans l’amour et la félicité. Ils vous aiment, ils vous regardent avec compassion et altruisme. Ils essaient de vous parler mais vous ne les entendez pas, votre coeur n’est pas en état de les entendre parce que votre souffrance est trop grande. Pour entendre vos amours de l’autre vie, apaisez vos souffrances, apaisez votre esprit, apaisez votre coeur, alors vous percevrez l’imperceptible murmure de la rosée du matin qui anime les âmes. Ils sont tout près de vous et vous suppute à l’oreille l’espoir et l’amour, ils ne sont malheureux que de vos souffrances. Ne pleurez pas pour eux, ne plaignez pas l’enfant ou l’amour parti. Partir ne veut pas dire adieu, partir n’est qu’un au revoir, car rien ne se meurt jamais, ni les âmes ni l’amour. Tous vous attendent avec le sourire bienveillant aux lèvres pour enfin retrouver ensemble la joie et la vie éternelle.
Ne pleurez plus mes frères. Soyez en l’espoir, il vous portera à la félicité et au renouveau des âmes fusionnelles ».

« La justice de Dieu n’est que la voie royale qui mène à Lui. Ce n’est pas un précepte moral mais une ascèse purificatrice et rédemptrice. La justice Divine c’est être en adéquation avec Lui ».

« L’homme ne peut être au-dedans et au dehors, il doit choisir sa voie ».

« Le détachement est l’art de transformer ses passions primaires en la qualité Divine opposée »

« Les émotions ne sont pas les sentiments, les premières doivent être transmutées et les seconds bien ressentis. Ce n’est qu’à cette ultime condition que l’homme s’auto dépassera accédant ainsi à un plan de conscience subtil qui lui donnera la paix du cœur et la joie de l’esprit ».

« L’amour est bien plus qu’un sentiment, l’amour est un état ».

« Le Royaume des Cieux est dans ton cœur, nul ne peut le trouver en dehors de toi, tout est là, dans le cœur de l’homme qui, s’il sait transcender ses états primaires, trouvera le Dieu qui est en lui-même et nulle part ailleurs ».

« L’homme petit par la taille mais grand par le cœur, vit dans le monde qu’il se créé, ainsi son mental est son environnement et sa propre source. Qu’il se défasse de toutes ses illusions et le mental fera place à l’illumination ».

« Le Royaume des Cieux est en toi et tu es en lui. Fusionne le dedans et le dehors et tu trouveras la terre promise ».

« Rien ne se construit à la minute et l’Amour est un long chemin ».

« La méditation ne peut être efficace si tu ne te libères pas d’abord de toutes tes divisions ».

LA CONNAISSANCE :

« La connaissance est d’abord la connaissance de soi qui te mènera au plus profond de ton abîme intérieur. Ainsi dépouillée de tout ce que tu crois savoir, tu peux accéder à la connaissance gnostique, mais le chemin est long et difficile et seul le cœur véritablement pur peut espérer en entrevoir une infime parcelle »

LA FOI :

« La foi est intrinsèque et a la valeur que chacun saura lui attribuer. Elle est soumise à la hiérarchie spirituelle et ne peut en aucun cas remplacer l’amour. L’Amour et la foi sont intimement liés. Celui qui réussira à lier en son cœur amour et foi, aura franchi le grand saut vers des sphères rédemptrices ».

SE LIBERER :

«Se rendre libre en l’esprit c’est se dépouiller de tout ce qui rend l’âme entravée par les activités terrestres, se rendre libre en l’esprit c’est laisser parler son cœur uniquement son cœur, se rendre libre en l’esprit c’est laisser s’ouvrir enfin sa parcelle Divine, se rendre libre en l’esprit c’est se rendre libre de trouver Dieu ».

LA COLERE :

« La colère est le sentiment qui met ton harmonie en péril, elle est source de souffrance et d’actes de malveillance, elle ne peut que mener au plus profond de ton côté obscur. Il faut transcender cette émotion négative qui ne t’apporte que péril en ta demeure. Fais sortir cette force vive de ton cœur parce qu’elle t’empêche de faire place à Dieu. Dieu ne peut se révéler que dans l’harmonie et la paix intérieure, Dieu ne peut trouver sa place en ton cœur si tes sentiments engendrés par la colère ne reflètent que la noirceur des émotions. Retrouve la Divinité en apaisant ton cœur et ton esprit, retrouve l’harmonie, la voie du milieu qui ne peut exister sans la voie de la sagesse, sagesse du cœur, sagesse du corps, sagesse de l’esprit ».

LA SYNCHRONICITE :

«La synchronicité est l’expression du Tout quand il veut se montrer sous son jour le plus fabuleux. Il sait ainsi nous faire savoir que Tout est un, que tout est lié et que la pensée est créatrice, car dans le domaine de la synchronicité comme en parlent si bien vos philosophes terrestres, c’est le tout qui, de part son fil conducteur permet aux évènements de s’accomplir en un temps similaire afin que celui qui cherche puisse trouver et que celui qui doute puisse recevoir l’esprit du tout d’une façon déguisée, mais qui n’en n’est pas moins aussi juste que toutes celles que l’homme a pu comprendre jusqu’à lors. La synchronicité est une des faces cachée du Tout pour faire comprendre à l’homme qu’il est lié à la création et que la création lui permet à son tour de créer ».

LES SYMBOLES :

« Les symboles sont la source. Ils permettent par le canal de l’intuition d’être guidé vers la lumière Divine, en laissant de côté le mental et l’analytique. C’est en scrutant les symboles avec les yeux de l’âme que le postulant aura accès à des mondes d’enseignement que nul ne peut lui apporter en dehors de lui-même. Les symboles sont la marque Divine des mondes cachés intérieurs et extérieurs de l’homme. Etudier les symboles donnera la clé de beaucoup de questions dont les réponses sont inscrites dans l’inconscient collectif et que chacun aura loisir d’aller chercher au plus profond de lui-même ». « L’arbre c’est la vie, l’arbre c’est aussi la connaissance, celui qui observe la nature en apprendra bien plus dans la contemplation que dans toutes les bibliothèques ». « La matière sacralisée deviendra Une en l’Esprit ».

L’HOMME CREATEUR : Question : L’homme créateur. L’homme est créateur de multiples façons, par son corps il créé ou se reproduit, mais par son mental comment arrive t-il à créer et que peut il créer ? Et si l’homme est créateur, puisqu’il est inclus dans le tout, que le tout est esprit et que l’univers est mental, cela ne revient il pas à dire que c’est le Tout qui est créateur et qu’ainsi l’homme est dans l’illusion de créer, c’est-à-dire qu’il croit créer par lui-même mais qu’un réalité c’est le tout qui créé et que l’homme seul ne créé rien ? En deux mots, l’homme étant une création mentale du tout, est-il réellement créateur lui-même ou bien croit il l’être mais en réalité c’est le Tout seul qui crée ?

« L’homme est à l’image de Dieu, créateur de son propre univers. Par son mental il créé les mondes qui le transforme en des sphères choisies. L’homme ne peut rien sans le Tout, effectivement mais le tout le soutien toujours et est son âme en partie. L’homme ne peut créer s’il n’est pas en l’esprit du tout, car l’esprit du tout est tout et partie, mais si l’homme ne peut rien créer sans le tout, le tout lui permet de créer, ainsi l’homme par la force de sa pensée peut créer les mondes de son choix. Il n’est pas illusoire de croire que l’homme crée seul, car à l’image de Dieu, du Tout, il peut par la force de sa pensée créer les évènements qui découleront de son mental. S’il a des pensées d’amour et d’altruisme alors il créera les égrégores qui retentiront sur lui-même et le monde, car toute pensée produit une cause qui deviendra un effet et c’est en cela que l’homme peut intervenir sur sa propre vie et celle de ses frères. Que l’homme ne se déçoive pas lui-même en ne croyant pas ou ne pensant pas, une pensée fortement ressentie ou un sentiment d’intelligence crée un effet. L’homme doit devenir la cause de ses effets et non pas subir l’effet sans connaître la cause, et seules ses pensées peuvent lui apporter le monde souhaité, mais pour cela il doit d’abord s’analyser car s’il laisse son inconscient prendre le dessus, alors il ne se créera que des mondes chaotiques. Le secret de l’homme créateur est la force de sa pensée. L’homme est une illusion de l’absolu, mais une réalité du relatif. Le Tout l’a créé à son image, il est donc aussi réel que le Tout, et de part sa réalité, il créé d’autres réalités tout aussi palpables que tous les mondes issus du Tout. Rien ne peut empêcher l’homme de créer ce qu’il souhaite. A lui de vouloir le beau et il créera le beau, à lui de vouloir le bien et il créera le bien, à lui de vouloir l’amour et il créera l’amour.

L’AU-DELA :

« L’homme, en effet, n’est pas le seul être vivant de la création. Le Tout est en perpétuelle création et, si rien ne se meurt jamais, tout se reconstruit toujours. Après la mort du corps, qui retourne en poussière, l’âme s’élève et rejoint son plan de conscience d’où elle peut, si elle le souhaite, retrouver tous ceux qui lui sont chers, dans cette vie, dans les précédentes et dans les futures, car le temps n’existe que dans le mental de l’homme sur la terre. L’âme peut ainsi se mouvoir à la vitesse de la lumière sur les plans qui lui correspondent. En ce qui concerne les autres mondes, il en est de même et chacun retrouve ses frères mais tous, ont le choix pour leur incarnation d’un monde ou d’un autre. Aussi, lorsque l’homme rejoint l’au-delà, il y retrouve tous ceux qui sont chers à son cœur et quelque soit le monde auquel il appartient. S’il y a plusieurs mondes, il n’y a qu’un au-delà qui, certes, n’est pas probant aux yeux des hommes mais existe pour tous. Ce qui diffère pour les uns et pour les autres, ce sont les accès aux différents plans. Comme il y a des mondes inférieurs, il y a des mondes supérieurs, aussi l’âme qui rejoint le monde au-delà, n’aura pas accès à tous les plans. Souvent les mondes différents évoluent sur des plans de conscience différents, ce qui explique que les uns se rencontrent les autres pas. Mais tout étant un et un en tout, viendra le jour où l’homme qui aura su s’élever aura accès à tous les plans de tous les mondes, ce n’est qu’une question de temps si l’on peut dire, car, au regard de l’éternité, le chemin à parcourir n’est en réalité qu’une seconde du temps humain. Tout est un et un est en tout, tout évolue toujours, tout avance toujours, rien ne régresse et l’espoir de l’homme réside en cette loi de progression constante que le tout met en place perpétuellement. Tout pourvoit à toutes choses, à toute création. Il est un en l’esprit et un en l’homme, Il est tout et partie, Il avance et ne recule jamais, il créé et ne détruit rien, ni les corps, ni les cœurs, ni les âmes. La loi du rythme émise de Sa volonté suprême pourvoit à son accomplissement, la loi du genre assure la création perpétuelle et la loi d’amour emmène toujours plus haut les cœurs et les âmes de toute sa création. Ce qui est aveugle pour vos yeux n’en demeure pas moins une vérité absolue que l’homme ne peut saisir puisqu’il fait partie pendant ses incarnations du monde relatif. Tous les mondes au-delà s’enchevêtrent et se tirent mutuellement vers le haut, vers le Père, vers le regard Divin. Tous les mondes au-delà interagissent les uns avec les autres pour aider dans leur évolution tous les êtres de tous les mondes à les rejoindre auprès du Père éternel dans l’amour, la joie et la félicité suprême. Mais il en passe par de multiples périples de vies sur les différents mondes où chaque être devra apprendre à transcender sa nature primaire pour évoluer vers l’esprit Divin, l’esprit du Tout, l’esprit d’amour et d’amour uniquement ».

«N’écoute toujours que ton cœur et tu verras les mondes cachés. Les mondes cachés sont ceux que ton cœur connaît mais que ta raison et tes sens ignorent, les mondes cachés sont à l’intérieur de toi, les mondes cachés sont les mondes de lumière et d’amour, les mondes cachés sont ceux qui te mèneront au royaume de Dieu, les mondes cachés sont ceux qui te mèneront à l’amour Divin ».

« Le doute est salutaire, il permet de se remettre en question constamment »

« La libération arrive lorsque le moi ne sent plus le besoin de s’auto flageller, lorsqu’il s’accepte comme il est avec ses qualités et ses défauts, ce qui permet une idée supérieure de soi même »

« La véritable identité de l’esprit se trouve sur des plans supérieurs »

TRAVAIL SUR SOI :

« Oser se rendre compte que tout évènement de la vie est un apprentissage sur soi même pour apprendre à renaître à un niveau supérieur est le véritable but »

« Tant que tu crois savoir, tu ne sais rien, c’est seulement lorsque tu as vécu l’évènement que tu peux te rendre compte de ce qu’il veut t’apprendre en travaillant sur toi, sinon tu ne connais que ce que tes pensées veulent te faire croire ».

« Chercher un sentiment dans le temps de l’illusion, vient à chercher une aiguille dans une meule de foin. Chercher un sentiment éternel dans le monde temporel c’est comme chercher une aiguille dans une meule de foin et ne peut engendrer que conflit interne ».

« Ne laisse pas les éléments extérieurs te dicter ta conduite ou ta pensée, c’est en toi que tu dois trouver et reconnaître les éléments qui te feront trouver le chemin de l’amour et de la félicité suprême. »

« Si tu compares le mal à lui-même, tu peux en déduire si c’est un bon ou un mauvais mal. Par exemple, si tu trouves que haïr est mal, compare ta haine à la haine et tu sauras si ta haine est une bonne ou une mauvaise haine. La haine de la sauvagerie est une bonne haine puisqu’elle engendre l’amour ».

« Une bonne relation saine et durable est celle qui est comprise et acceptée comme telle. Dans ta relation avec quelqu’un par exemple, réfléchi à ce que la personne t’apporte et ce que tu attends d’elle, ensuite accepte ou refuse cette relation comme telle. Par exemple, si tu donnes de l’amour sans rien attendre en retour, tu attends tout de même que cette personne reçoive cet amour…. ».

« Pour mieux prendre ton envol, apprend à reconnaître qui tu es vraiment et pas ce que les autres veulent que tu sois ou, qui tu crois devoir être ».

« Cesse de vouloir être aimable avec toi-même et prend toi en mains pour avancer, cesse de te cacher derrière de faux semblants qui arrangent bien ton égo, et te dire en face la personne que tu es vraiment ». Reconnaît tes côtés obscurs pour les transformer en lumière ».

« Tant que tu crois que ta vie est faite de faux semblants, elle en dépendra, lorsque tu auras compris que ta vie est celle de l’esprit et non pas celle du domaine périssable, alors tu auras trouvé la porte de sortie ».

« Ton moi profond et Divin sait bien que ton moi personnel et terrestre n’est pas toi. Le vrai toi n’est pas en terre mais en l’esprit et ton esprit le sait ».

« Ta fausse vie te fatigue en réflexions stériles, en dualités mentales alors que la vraie vie est faite d’amour et d’amour éternel »

« La confiance que tu mets en d’autres ou en éléments extérieurs reflète le fait que tu ne te fais pas confiance toi-même, que la confiance n’est pas en toi, alors que tu as tout ce qu’il te faut pour te sortir toi-même des situations les plus extricables, il te suffit de les reconnaître et de les lâcher pour accéder à une vérité supérieure salutaire ».

« Tu ne dois laisser personne décider à ta place de ton chemin, il te faut le choisir toute seule, pour ensuite choisir les bagages qui te permettront de le parcourir. Si tu laisses quelqu’un d’autre choisir ton chemin, tu deviens dépendante de la personne et donc des bagages que tu te croiras obligés de prendre pour être en conformité avec ce que tu crois devoir faire pour avancer ».

« Tu dois te détacher de tous tes désirs pour avancer en l’Esprit, même ceux qui te tiennent le plus à cœur. La fraternité ne se désire pas elle se vit, celui qui ne souhaite pas la pratiquer est libre de s’enfermer dans ses propres épines ».

« L’apaisement est le fruit d’une ascèse personnelle, le guide ne peut que guider ». « Le mensonge est mère de tous les travers car celui qui s’abaisse à mentir, s’abaisse à se trahir lui-même en s’opposant son propre calvaire ».

LA PORTE :

« La porte est la porte sacrée du temple intérieur où le profane aura loisir d’y chercher son nouveau monde. Après une longue et difficile ascèse, il accèdera au royaume Divin qui amène au Tout en un et Un en tout. Seul le travail intérieur alchimique transforme son antre pourvue de démons en or salutaire, qui lui fera entrevoir des trésors cachés bien plus beaux que tout ce qu’il a pu imaginer. Les trésors de l’homme sont en lui, à lui de les dénicher et de les faire resplendir à la lumière. Dieu est en lui, mais Il ne dévoilera sa face qu’à celui qui aura su par son cheminement d’amour et de libération, aller à sa rencontre. La rencontre avec le Divin ne peut avoir lieu que dans l’esprit libre de tout carcan, car seule la conscience libérée peut faire place à l’amour et l’amour à la félicité. Le royaume de Dieu est entre les mains du profane qui deviendra initié pourvu qu’il en ait la volonté et le pouvoir par une foi sans faille et un amour toujours grandissant, car l’amour est le joyaux de l’âme qui ne se révèle à Dieu que lorsque l’esprit est libéré ».

CHRIST :

« Christ n’est pas une entité, ni Céleste ni terrestre. Christ est le symbole de l’union mystique entre le Ciel et la terre. Christ est l’âme du monde dans tout ce qu’elle contient. Il est le haut et le bas, les ténèbres et le Ciel, l’enfer et le paradis. Christ est à l’homme ce que Dieu est aux humains. Christ est le symbole de l’accomplissement de l’âme qui, descendue en terre y a laisser toutes ses passions, toutes ses souffrances, tous ses vices et tous ses tracas pour s’élever vers le Divin, en crucifiant sur la croix de la matière et l’autel de la douleur toutes ses dualités et ses jugements erronés. C’est parce qu’il a su souffrir toutes ses passions sans jamais faillir avec force et courage que l’homme s’élève vers le monde qui est le sien dont il est issu de part l’éther primordiale, c’est parce qu’il a su transcender sa nature primaire qu’il a pu s’élever et rejoindre le Père spirituel, c’est parce qu’il a su aimer le monde plus que lui-même avec toutes ses vicissitudes que l’homme redevient l’homme universel et Un, uni en son corps, en son âme et en son esprit à l’esprit Divin, l’esprit du Un, l’esprit du tout .Christ symbolise tout cela à la fois de part le déroulement même de sa vie mystique et initiée. L’homme rejoindra à son tour l’âme, le corps et l’esprit du monde.

L’EGOISME :

« L’égoïsme ne se combat pas, il se transcende. Pour faire place à l’égoïsme il te faut travailler sur toi-même et donner tout ce que tu as sans rien attendre en retour. Seul le cherchant sincère saura trouver la félicité dans son cœur. Il ne s’agit pas de se diriger vers d’autres cieux mais seulement de regarder le sien et de l’élever. L’égoïsme de l’homme réside dans sa peur ancestrale de perdre quelque chose ou quelqu’un, s’il connaissait les mondes cachés il ne chercherait nullement à obtenir ce qui lui appartient déjà. Mais il a peur l’homme, il a peur de se voir dépouiller de son moi, comme si son moi était lui, comme si ce moi était seul au monde, car l’homme se sent seul, il ne sait pas que toujours un autre être est en lui, que le Divin l’accompagne toujours. Il ne le voit pas, il ne le sent pas, il a étouffé sous ses carcans et sa cuirasse la lumière qui doit le guider, il a laissé son cœur s’atrophier et il ne respire plus, il ne bat plus, il est faux et il est fou. Le coeur de l’homme ne demande qu’à se relever mais l’homme ne l’écoute pas, il préfère écouter sa fausse personnalité qui lui dit « va, prend, avance en terre chercher les richesses de la matière et tu seras heureux », mais le bonheur ne s’achète pas, il se conquiert à force de travail et de don de soi. Mais se donner à son frère est un exercice trop difficile qui fait croire à l’homme qu’il se met en danger alors que le danger est en lui, en écoutant ses viles passions et ses pouvoirs éphémères. L’homme n’a pas encore appris à réfléchir par lui-même, il suit son instinct de survie qui lui réclame toujours les premières places et les plus beaux trésors. Mais tout ce qui brille n’est pas or et l’autre soi de l’homme si bien caché en son sein, ne se révèlera que lorsqu’il aura appris que c’est dans le secret de son cœur et seulement là qu’il peut trouver les mondes inconnus ».

« Dieu est partout et en nous aussi et l’âme est la partie de nous qui s’en rapproche le plus ».

«L’âme est l’essence de l’être comme le cœur est l’essence du corps ».

« L’âme est la partie de toi-même qui te mènera à Dieu. L’esprit est ta partie Divine, celle qui veut retourner au Divin. L’âme est la conscience de ton esprit. L’homme est très complexe, il a un corps, un esprit et une âme. L’homme est un. L’homme est à l’image de Dieu, donc de l’univers. L’univers aussi à une âme universelle, un corps et un esprit ».

« La vision pénétrante est celle qui permet à ton esprit d’englober le tout dans une vision d’ordre parfait et immuable ».

LA SAGESSE :

« La sagesse c’est savoir se taire quand on est dans la souffrance, car la souffrance du cœur est souffrance des actes et des mots, et les mots sont puissants, ils peuvent détruire les âmes les plus fragiles. La sagesse c’est savoir parler quand l’autre est dans le chaos pour lui dire les mots du réconfort et de l’apaisement. La sagesse c’est savoir aimer l’autre plus que soi même au point de lui donner tout le bien qu’il mérite en tant qu’enfant de Dieu, enfant du Père, enfant de la terre et du Ciel. La sagesse c’est savoir qu’on ne sait rien et qu’en conséquence toute notion de bien et de mal est totalement superflue puisque les choses sont ce que l’homme a décidé d’en faire. Tout est en lui et nulle part ailleurs, il ne sert à rien de vouloir contrôler son prochain en lui disant s’il fait bien ou s’il fait mal, toutes ces notions sont exergues de l’égo qui domine toujours l’être qui ne s’élève pas. La sagesse c’est savoir que tous et chacun est à la fois enfant de Dieu et un petit Dieu lui-même, mais que le « diable » est toujours aux aguets prêt à tuer l’enfant Dieu pour quelque pouvoir maléfique. La sagesse c’est savoir être soi même en restant l’enfant de son cœur, nul autre savoir ne peut lui être supérieur car l’enfant Dieu doit grandir pour devenir enfant de la lumière, et ce n’est qu’au prix d’une ascèse purificatrice du cœur et de l’esprit que le monde peut s’y acheminer, s’acheminer vers l’enfant c’est s’acheminer vers l’amour et seul l’amour mène à l’apaisement et la félicité suprême, nulle autre vertu ne lui est supérieure. Donnez, donnez de l’amour toujours et tout sera enfin en l’Un ».

« L’acte libre est celui qui naît dans le cœur, au-delà des sens et de la matière, l’homme ne peut s’enchaîner s’il laisse seulement parler le cœur ».

LA COMPASSION :

« La compassion est la plus noble mission de l’homme. Elle lui permet d’ouvrir son cœur en abrégeant la souffrance d’autrui, car qui sait être véritablement compassionné pour son frère, devient pour ce même frère celui qui saura transposer la souffrance de l’autre en un bienfait réparateur de son corps et de son esprit. Etre compassionné depuis l’esprit et le cœur est source de toutes les guérisons, celle de l’autre et celle de soi même car tout est un et un est tout ».

« L’amour c’est l’état permanent de celui qui a su transcender sa nature première pour la transporter en sa nature divine. L’amour est l’état de celui qui est, et celui qui est, est un et unique. L’amour c’est devenir enfin l’enfant de Dieu, l’enfant trois fois né. L’amour est l’état permanent de celui qui a su aimer tout l’univers comme lui-même. L’Amour c’est Etre et Etre c’est l’Amour ».

« Trois fois né : né du corps, né du cœur et né de l’esprit, car celui qui a su renaître à ces trois niveaux est enfin réalisé ».

« Renaître du corps en oubliant qu’il ne sert que pour soi, car le corps est un véhicule qui nous est prêté le temps d’une vie et qu’il nous faut abandonner la mission accomplie.Renaître du cœur, car le cœur de l’homme est dans la division. Il ne peut aimer tout en même temps, il a toujours des priorités, or le cœur de l’homme doit tendre à l’amour universel, car seul l’amour pour tout est l’amour véritable. Renaître de l’esprit car l’esprit est l’homme dans sa globalité et c’est en faisant un dans son esprit avec l’esprit du tout que l’homme pourra embraser toute la création.Lorsque l’homme sera enfin trois fois né, alors il connaîtra la terre promise et le royaume des cieux ».

LA MALADIE :

« La maladie du corps n’est jamais que le reflet de la maladie de l’âme. Si tu es dans l’affliction de ton corps, sache combien il est important de vouloir soigner ton âme. Regarde en toi et demande toi ce qui dans la vie t’a fait tant souffrir pour que tu en arrives là, puis prend le mal à sa racine et tout doucement avec amour et patience, remercie-le de t’avoir montrer le chemin de la rédemption en intervenant sur ton corps. Remercie-le de cette extériorisation qui va te permettre l’intériorisation, puis regarde toi bien au fond des yeux, retrouve l’origine de la souffrance et alors elle disparaîtra puisque l’ayant comprise tu l’auras admise et l’ayant admise, elle n’aura plus lieu d’exister alors elle disparaîtra et disparaîtront avec elle, tous les maux qui lui étaient liés. Ne crains plus alors d’autres maladies, sois celui qui se dit toujours qu’il est en parfaite santé comme est parfait le Plan Divin. Ne crains plus rien parce que tu n’as rien à craindre, le Père pourvoit à tous nos besoins et si tu sais te connaître toi-même, tu te délivreras tout seul de tous les maux et de toutes les afflictions. Accepte, accepte ensuite ce que Dieu t’envoie comme épreuves, elles sont un bienfait pour l’épuration de ton âme et la délivrance de ton karma. Rien n’arrive jamais au hasard, tout est parfait car tout concorde à la beauté et à l’avancement de monde. Tout, tout est fait pour que le monde soit heureux et s’il ne l’est pas, il ne doit s’en prendre qu’à lui-même ».

« Dieu nous a créé par amour et dans son infinie bonté il nous a fait tout petit pour que nous puissions grandir en lui afin que nous le voulions. Dieu ne nous impose rien, il nous laisse nos choix, si nous voulons retourner en lui, c’est à nous de faire ce qu’il faut pour cela c’est à nous de vouloir l’atteindre pour le retrouver. »

LIBRE ARBITRE :

« Ton libre-arbitre consiste à savoir ce que tu vas faire pour que ton destin s’accomplisse de la façon la plus appropriée à ton élévation morale. Au vu de l’éternité le libre-arbitre et le destin doivent être vu dans l’éternité et pas sur une seule vie. »

LE MEDIUM :

« Le médium sert son Dieu en servant ses frères, son cheminement est difficile mais sa récompense sera grande en lui-même et en Dieu puisqu’il aura su rester fidèle à ses engagements envers son Dieu » « Le médium se remet en question constamment, il découvre chaque jour, alors le doute l’envahit toujours, il ne sait plus qui il est, où il va et s’il est sur le bon chemin, mais Dieu veille sur lui et toujours il retrouve son chemin vers son Dieu. Le médium pleure souvent mais ses larmes sont d’amour car le médium est amour, il aime ses frères et son Dieu par-dessus tout. Le médium est envoyé de Dieu sur terre pour donner aux hommes un peu de lueur, d’espoir dans un monde difficile mais si riche en enseignements. Le médium pleure d’amour devant les beautés universelles, le médium pleure de joie devant l’enfant qui vit, le médium pleure souvent devant l’immensité de l’océan comme l’immensité de l’amour de Dieu envers ses enfants, le médium pleure de tristesse devant l’indifférence, l’intolérance, la bêtise l’hypocrisie et la haine, le médium pleure beaucoup mais ses larmes lavent le monde des impuretés qui le paralysent dans le mensonge, la guerre, la haine et la bêtise humaine. Heureux soit le médium car il est envoyé de Dieu pour ouvrir la route à ses frères vers la lumière Divine. »

« L’âme est éternelle, l’âme sait ce qui est bien pour toi, l’âme est l’amour en ton cœur et en ton corps, l’âme te guide, l’âme te mène toujours plus haut, si tu sais l’écouter. L’âme est ton salut, elle n’aspire qu’à retrouver Dieu, pour cela elle te fait avancer avec elle afin qu’un jour tu retrouves qui tu es vraiment : une partie de Dieu. Savoir écouter son âme est un exercice difficile qui s’apprend et qui se pratique au quotidien. »

« Par sa force, par sa pensée, l’homme créé des liens de cause à effets suivant son niveau de conscience et suivant la direction de ses pensées. Tout acte a une conséquence, toute pensée a une conséquence, la force de l’homme est dans sa capacité de création, mais il ne sait pas s’en servir et devient alors un être sans grande envergure qui se contente de vivre petitement, alors qu’il a tout en lui pour grandir et faire grandir. L’homme ne s’ouvre pas à sa vraie vie qui est celle de l’esprit et il se perd dans les méandres de son étroitesse. »

LES AMES SOEURS :

«Les âmes sont soeurs au-delà du temps et de l’espace par la grâce Divine. Seul le tout puissant peut lier au delà de tout. Il ne faut pas confondre âme soeur et lien de cause à effets. Vous pouvez être puissamment attiré par tous les liens d’amour terrestre pour quelqu’un sans être pour cela âme soeur. L’âme soeur est en fait l’amour en l’esprit trouver et non l’amour terrestre. Certaines se retrouvent incarnées en même temps sous formes diverses familiales, d’autres semblent séparer par le temps et l’espace parce que Dieu l’a voulu mais sont en réalité liées à tout jamais dans l’amour Divin et rien ne peut les séparer puisque volonté du Divin. Chaque âme trouve un jour son âme soeur, chaque âme un jour lie son passé son présent et son futur avec celle en qui il a trouvé l’amour en l’esprit, l’amour transcendant, l’amour en Dieu. Nul ne peut ensuite séparer ce que Dieu a unit. »

LA PRIERE :

« La meilleure prière sera celle qui vient de ton cœur, peu importe les mots, seul compte l’intention et le sentiment d’amour que tu ressentiras pendant ta prière » « La prière est un élan du cœur vers le Divin. C’est comme une pulsion que tu lances dans l’espace, et plus ton cœur est sincère, plus la prière atteint son but. C’est comme une balle que tu lancerais dans l’atmosphère, ainsi l’amour qui la lance lui donne sa vitesse et atteint son but. Plus tu pries avec amour et sincérité, plus la prière a des chances d’arriver au but que tu veux lui donner, aussi n’hésite pas à faire des prières plus courtes mais plus sincères, les mots ne servent à rien, c’est l’élan du cœur qui donne la pulsion nécessaire pour atteindre le cœur de notre Père. Rien ne sert de dire de longues phrases en pensant à autre chose, cela aurait le même effet que de lire une recette de cuisine. Par contre l’élan court mais sincère arrive instantanément aux oreilles de notre Dieu tout puissant qui ne manque jamais d’exaucer les vœux sincèrement formulés pour les personnes, et les hommes ne devraient pas plus prier dans leur lit que dans une chapelle, ils devraient simplement envoyer vers le Divin des élans d’amour pour leurs frères sans mots, sans vouloir, juste de l’amour sincèrement ressenti, alors le monde s’enrichirait de millions d’égrégores d’amour qui leur seraient redistribués au centuple, mais au lieu de cela, ils préfèrent des formules toutes faites sans sentiment, en pensant à leur labeur du lendemain et ils croient ainsi avoir accompli leur devoir envers Dieu. Mais le devoir n’est à accomplir qu’envers eux-mêmes et envers leurs frères, ils ne l’ont pas compris pour la plupart. La seule voie à suivre, le seul chemin à emprunter est celui du cœur sur la terre comme dans le Ciel, c’est le cœur qui fait tout, il est plus puissant que mille mots, il est la force universelle qui fait se déplacer les montagnes et bouger les planètes, il est le salut de l’âme, il est le salut de l’homme, celui de la terre et de tous les mondes. Il n’y a dans tout acte de toutes vies que l’amour qui peut rendre heureux et faire avancer. L’amour est le salut de l’âme et le salut de tout ».

«La prière sans amour ne sert à rien ».

« Tu peux avancer chaque jour en travaillant sur toi-même pour apprendre à aimer toujours plus et voir en chacun de tes frères une partie Divine et une partie de toi. Que serait le monde si chacun n’était pas à sa place et si les places étaient réservées ?Il te faut à présent bien prendre conscience en toi que tout est un et un en tout. Il te faut non pas le croire mais le ressentir. Le ressentir comme vrai.Dieu est l’être suprême et éternel, il aime toute sa création même si sa création ne le lui rend pas toujours très bien. Dieu est le père et le fils, Dieu est tout ce qui vit, en tout ce qui meurt. Dieu est là au fond de toi, fais le surgir, fais le aimer, fais le donner, fais le vivre en toi, à travers toi, pour toi et pour tes frères, car tes frères sont toi et ils sont un. Un en tout et tout leur appartient comme tout appartient à Dieu, au Dieu vivant et éternel maître et esclave, maître et élève, maître et enfant.Si tu veux avancer, il t’appartient à présent de laisser parler Dieu à travers ton cœur, à travers ton corps, à travers ton esprit.Mais la difficulté est certaine car le quotidien t’attirera toujours vers la matière et il te sera très difficile, comme à tous, de lui résister, mais la foi et l’amour rendent toujours plus forts et tu sauras faire fi des sirènes pour avancer toujours d’un pas franc et assuré vers le père et le fils. Seul celui qui aura su ne pas flancher pourra atteindre l’Esprit et l’Esprit est en tous, il te suffit de le laisser parler à travers toi. »« Vois les choses et les êtres avec les yeux de Dieu, avec les yeux de l’âme, ne reste pas plantée en terre, élève ton esprit et il s’envolera vers d’autres Cieux plus beaux et plus purs, c’est là que tu rencontreras l’Esprit, car l’Esprit ne peut atteindre la matière que si celle-ci s’élève vers lui. Va, médite ces paroles et tu rencontreras enfin les mondes cachés et les trésors enfouis ».

LA FOI :

« La foi est l’expression de la volonté (« la foi est la volonté de faire ce en quoi tu crois »).

Donne et ne reprend jamais. Aime et ne cherche pas ce qui est vain mais seulement ce qui est vrai. La foi est à l’homme ce que la fleur est à l’esprit, c’est-à-dire qu’il faut faire sortir ton christ intérieur pour faire sortir ta foi et la partager , car c’est dans le partage que la foi s’exprime le mieux. Celui qui ne croit pas en l’homme ne croit pas en son Dieu, car Dieu est en chacun de nous et celui qui doute de son frère, doute de Dieu. Chaque homme suit un chemin qui, s’il semble différent le mènera pourtant au même but un jour ou l’autre. La foi doit apprendre à reconnaître cela, la foi se vit en soi et se partage aussi. La foi est en toi et la foi te donnera toutes les ailes, toutes les beautés, tous les trésors et tous les buts. La foi n’est rien d’autre que l’amour en Dieu et l’amour en l’homme car celui qui aime ne peut douter de Dieu alors il ne peut douter de l’homme ».

« Tu trouveras bien autre chose si tu sais entrer en toi pour en sortir plus grande ».

« Le monde et la vie, tout est déjà en toi. Il te suffit de le voir, le monde recèle des trésors cachés que tu ne vois pas parce que ton cœur ne lui a pas encore ouvert ses portes. Pour ouvrir ton cœur au monde, à la vie éternelle, regarde en toi et regarde en chacun le Dieu qui y vit. Ne cherche pas ailleurs ce qui est déjà là, ne cherche pas à avoir ce qui t’appartient déjà. Tout est un et Un est en tout. Tu es une partie du tout et le tout lui-même. Ce que tu veux tu l’as déjà, ne cours pas après des chimères, le monde t’appartient, le monde est en toi, l’amour est en toi, Dieu est en toi, je suis en toi, tu es en moi, tout est lié, tout est vivant, tout existe déjà pour toi, pour moi, pour nous tous, pour et par le tout ».

« Aimer est la plus belle chose au monde, aimer c’est fusionner dans le grand tout. » « Le pardon est la plus belle chose au monde, il apaise les coeurs blessés et fait réfléchir les coeurs blessants, le pardon est le bien précieux qui nous élève vers l’amour et nous permet de nous sentir libre. Libre d’aimer à nouveau. Sans le pardon, le coeur se ferme et se meurtri, il est seul et malheureux ». « Vivre en l’esprit c’est vivre en Dieu, l’esprit est éternel, comme l’amour qu’il porte aux hommes de bonne volonté. Vivre en l’esprit c’est être en l’espoir d’un monde nouveau ». « La réalité est en toi, elle est celle que ton esprit est prêt à accepter. La réalité des uns n’est pas celle des autres, toute réalité est bonne pourvu qu’elle soit sincèrement ressentie »

LE RETOURNEMENT :

« Le retournement est le retournement du cœur, c’est le repentir de l’homme qui choisit le Divin en lui et ne cède pas aux illusions de son égo. Le retournement c’est l’opération qui consiste à se comporter sincèrement en Dieu vivant et éternel sans fastes ni couronnes. Le retournement c’est la résurrection, c’est l’appel du pain et du vin, de l’Amour et de la grâce. Le retournement c’est laisser vivre Dieu en soi, c’est lui laisser toute la place. » NB : « le pain est la nourriture spirituelle et le vin est le beuvrage qui rend l’âme charitable ».

« Penser à la mort, c’est renaître à la vie »

« L’éveil est la qualité intrinsèque inhérente à l’être. Atteindre l’éveil c’est atteindre le Soi, atteindre le Soi, c’est se réaliser et se réaliser c’est arriver au Nirväna, à l’union avec l’Etre suprême et Un ».

Nul ne peut servir Dieu et l’argent. L’argent sert l’homme mais c’est un service dont il se rend esclave. Dieu sert ses enfants et c’est une servitude dont ils ne savent pas apprécier la grandeur de part l’étroitesse de leur esprit.

Pardonner, n’est pas remettre à l’autre sa feuille de créances. Pardonner c’est sentir en son cœur que de créance il n’existe point. Pardonner c’est ne pas vouloir effacer mais être en la liberté d’aimer sans ressentir la moindre créance ni recevabilité quelconque. Pardonner c’est d’abord ne plus vouloir, ne plus avoir, et seulement être.

Le présent n’est pas le temps, le présent est l’instant inscrit dans l’éternité. Vire au présent est se libérer de son passé et de son avenir.

Le souffle Divin est souffle de vie, nul ne peut le profaner en prononçant de veines paroles. Le souffle Divin donne la vie.

L’EGO : L’égo est le reflet de l’âme. Il y a deux personnalités en toi, celle de ton identité terrestre et celle de ta parcelle Divine. Le but de tout homme est de transcender son identité terrestre pour laisser s’épanouir l’identité réelle. Tu n’es sur terre que pour faire avancer ton esprit vers le UN et l’égo inférieur qui le caractérise ici bas n’est qu’un costume de passage que tu laisseras avec ton corps lorsque le jour du grand retour sera arrivé. Pour avance vers l’éternité il ne faut pas faire taire ton égo, ta personnalité terrestre, mais lui donner sa dimension Divine, son identité spirituelle. Pour cela tu as deux choix *, le bon et le mauvais, si tant est que l’on puisse trouver une chose mauvaise, notion de jugement tout à fait terrestre e donc complètement erronée. L’identité terrestre n’est qu’un des multiples moyens d’avancement pour ton esprit, chaque vie t’apprend quelque chose sur ta véritable identité et chaque vie participe ainsi à faire grandir ton égo supérieur, ton grand Soi, ta parcelle Divine. Rien ne sert de vouloir étouffer, anéantir ou abroger ton moi inférieur, il reviendra aussi vite sous une autre forme. Transforme le au contraire, fais de lui l’artisan de la paix, de l’harmonie et de l’Amour universel. Vois en chacun de tes frères la grâce Divine et l’harmonie parfaite des contraires qui se complètent et ne font qu’un dans le grand jeu de la vie, qui, si elle n’est qu’illusion, est aussi apprentissage salvateur pour faire grandir l’enfant, l’enfant Dieu qui ne demande qu’à être reconnu au sein d’un corps qui t’a été prêté et qui retournera en poussière mais que tu dois aimer pour t’avoir permis d’apprendre encore, d’expérimenter toujours et d’aimer surtout. *deux égos, deux choix : laisser parler l’inférieur et travailler sur soi-même afin d’écarter toutes les épines, ou bien, le transcender, en faire une puissance créatrice d’amour et de bonheur, car la véritable identité de l’esprit est joie et amour. Le seul plan qui soit réalité est le plan spirituel, celui qui saura intégrer cette notion abstraite dans sa vie dite concrète, aura alors les clés de la manifestation, devenue pour lui symbole de la gloire de Dieu et de la réalité manifestée sur un plan inférieur, qui deviendra supérieur lorsqu’il aura rejoint le Tout. L’Esprit n’est pas Dieu. Dieu est la cause première de toute chose, l’Esprit est sa volonté manifestée et manifestante se mouvant sur un plan inférieur.

L’EGREGORE : Chacun est en interaction avec l’autre. L’égrégore se dit d’une entité créée par le groupe hommes, qui va, de par son mental, son émotion, ses aspirations ou ses craintes, créer ainsi une masse énergétique destinée à faire vivre le groupe comme le groupe alimente l’égrégore. Il existe de nombreux égrégores en bien ou en mal. Tout est forces, tout est magnétisme, les semblables s’unissent et deviennent alors créateurs d’une masse intelligente. L’inconscient collectif devient alors égrégore entité spirituelle ou autre, force d’amour ou de haine.

LES SYMBOLES ET L’INCONSCIENT COLLECTIF : Les symboles sont la source de tout progrès spirituels, puisqu’en eux se trouvent tous les archétypes de tous les temps. Ils ont évolués dans l’inconscient collectif au fil du temps et ce qu’ils représentaient hier ne représente plus tout à fait la même chose aujourd’hui. En puisant dans ton propre inconscient, tu pourras trouver la clé de nombreuses réponses à tes nombreuses interrogations. Ton inconscient ne fait qu’un avec l’inconscient collectif du monde, en recherchant en toi, tu trouveras en tous, en trouvant en tous tu auras les réponses. On parle d’inconscient collectif dans lequel on peut aller chercher, puiser à la source des informations.Ce sont les hommes qui ont créés les symboles à l’origine de part leur inconscient. A partir des enseignements ils ont élaborés des mythes et des légendes afin de ne pas dévoiler une lumière trop vive à qui ne pourrait l’entendre. Ces mythes, ces légendes se sont transformées en symboles, le tout s’inscrivant dans l’inconscient puis inconscient collectif dans lequel chacun peut aller puiser pour trouver la clé qui ouvrir la porte d’une nouvelle naissance. Pour puiser dans ton inconscient il te suffit de choisir un symbole et de le laisser te parler, te dire tout ce qu’il t’évoque, en le lassant aller jusqu’où il voudra sans chercher à penser consciemment ou interférer.

Et Dieu créa l’homme et l’homme fut fait à sa ressemblance et sa ressemblance est divine, mais il l’ignore et souvent il profane le sacré en s’automutilant par des actes et des pensées indignes de son essence, mais le père éternel, tout puissant et infiniment bon rappelle toujours à lui le fils qui se perd, et le fils comme le père, est éternel et rejoindra un jour la lumière éternelle de l’Amour et de la gloire pour les siècles des siècles.

La résurrection est l’apprentissage.

L’apprentissage est de trouver le Dieu qui est en tous et en chacun. L’apprenti apprend à se défaire de toutes ses fausses croyances pour renaître à la vie et devenir un jour enfin chevalier de la lumière.

L’homme de foi saura la voie juste.

L’enseignement est la vie, la vie est enseignement. Le guide guide, la vie enseigne et l’apprenti apprend.

Seul celui qui ne cherche pas trouve, car celui qui ne cherche pas accepte, et c’est dans l’acceptation que la lumière se fait jour.

Le médium n’est pas celui qui croit être, le médium est celui qui devient.

Le maître n’est pas celui qui t’éveille, le maître est celui qui te permet de le faire toi même. n’écoute aucun maître que celui qui est en toi, personne d’autre que lui ne peut te faire franchir la rivière sacrée...Source Lumière

Source...http://www.joaodedeus-jeandedieu.com/

 

×